25 mars 2019
Flore Berlingen

Deux recours déposés contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13

Zero Waste France et le Collectif 3R ont déposé, aux côtés d’habitants, deux recours contre la première phase du projet porté par le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers), qui met en péril la réduction des déchets et la transition vers une économie circulaire en Ile-de-France.

Partager

Zero Waste France et le Collectif 3R ont déposé, aux côtés d’habitants, deux recours contre le projet de reconstruction de l’incinérateur de déchets Ivry-Paris 13, porté par le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers). Ces recours visent le permis de construire et l’autorisation d’exploiter délivrés par la préfecture du Val-de-Marne. Prévue pour une mise en service en 2023, la première phase du projet, visée par les présents recours, met en péril la réduction des déchets et la transition vers une économie circulaire en Ile-de-France. Depuis 2009, associations environnementales et Franciliens sont mobilisés pour faire entendre d’autres propositions. Après des années de vaines concertations, la justice est le dernier moyen de faire entendre leur voix, et de faire respecter la réglementation.

Besoin de votre soutien pour mener à bien cette action en justice

Le Collectif 3R et Zero Waste France ont besoin de vous pour financer les recours juridiques et empêcher la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII dont les travaux démarrent cette année ! C’est notre dernière chance pour bloquer un projet polluant, obsolète et coûteux, et de mettre enfin la priorité sur les véritables solutions que sont la prévention, le tri, le compostage et le recyclage des déchets.

Faire un don pour cette action

Un projet daté et désormais contraire à la réglementation française et européenne

Le Syctom (syndicat public qui rassemble Paris et 84 communes) traite les déchets ménagers de près de 6 millions d’habitants, soit la moitié de l’Ile-de-France. Pour ce faire, il recourt massivement à l’incinération, avec trois usines de grande capacité situées à Saint-Ouen, Issy-les-Moulineaux, et Ivry-sur-Seine. Le projet de reconstruction de l’usine d’Ivry a été pensé et dimensionné par le Syctom au tout début des années 2000. Pourtant, la réglementation a considérablement évolué ces dernières années, avec :

  • En 2015, la Loi de Transition énergétique pour la croissance verte, qui a fixé de nouvelles obligations et des objectifs aux collectivités locales : gérer séparément les déchets organiques en 2025, orienter 65 % des déchets vers le recyclage ou la valorisation organique d’ici 2025…
  • En 2018, le “Paquet économie circulaire” de l’Union européenne, qui a confirmé les orientations de la loi française et assigne des objectifs encore plus proches et précis : tri des déchets organiques dès 2023, recyclage de 65 % des emballages dès 2025, réduction nette du gaspillage alimentaire, etc.

Sur le territoire du Syctom, 16 % seulement des déchets ménagers sont recyclés. Plus de la moitié des déchets actuellement brûlés dans les usines d’incinération sont en réalité recyclables ou compostables, et jusqu’à 75 % pourraient l’être dans les prochaines années. Les projections avancées par le Syctom pour justifier la reconstruction de l’usine sont très éloignées des obligations et objectifs législatifs rappelés ci-dessus.

Un projet contraire aux aspirations citoyennes

Depuis plus de 10 ans, les manifestations publiques ont été nombreuses pour alerter le Syctom. Les associations ont participé à de multiples comités de suivis, concertations, réunions publiques, enquêtes publiques… Un plan alternatif dénommé « Plan B’OM » (plan de baisse des ordures ménagères) a été publié par Zero Waste France et le Collectif 3R, pour montrer qu’une gestion des déchets radicalement différente était envisageable et souhaitable d’un point de vue tant environnemental qu’économique et social, et que l’on pourrait à terme se passer de cette usine. Sur le terrain également, les initiatives se multiplient, démontrant que la population est prête à réduire, réutiliser, recycler les déchets.

L’enquête publique sur la première phase du projet a recueilli des milliers d’avis et commentaires négatifs – plus de 95 % des avis exprimés par les citoyens.

Le site du Plan B’OM

Deux recours déposés devant le Tribunal administratif de Melun

Zero Waste France et le Collectif 3R sont représentés par Maître Louis Cofflard, avocat au barreau de Paris. Représentant des associations dans plusieurs contentieux liés à la qualité de l’air, il a obtenu en 2017 la condamnation par le Conseil d’Etat du Gouvernement à respecter les concentrations de polluants réglementés (NO2 et PM10) sur toute la France. Il révèle avoir découvert avec stupeur dans le dossier du projet de graves manquements dans la mesure des polluants de l’usine, en particulier du dioxyde d’azote (NO2), alors même que ce polluant dégrade fortement la qualité de l’air en Ile de France.

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]