25 mars 2019
Flore Berlingen

Deux recours déposés contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13

Zero Waste France et le Collectif 3R ont déposé, aux côtés d’habitants, deux recours contre la première phase du projet porté par le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers), qui met en péril la réduction des déchets et la transition vers une économie circulaire en Ile-de-France.

Partager

Zero Waste France et le Collectif 3R ont déposé, aux côtés d’habitants, deux recours contre le projet de reconstruction de l’incinérateur de déchets Ivry-Paris 13, porté par le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers). Ces recours visent le permis de construire et l’autorisation d’exploiter délivrés par la préfecture du Val-de-Marne. Prévue pour une mise en service en 2023, la première phase du projet, visée par les présents recours, met en péril la réduction des déchets et la transition vers une économie circulaire en Ile-de-France. Depuis 2009, associations environnementales et Franciliens sont mobilisés pour faire entendre d’autres propositions. Après des années de vaines concertations, la justice est le dernier moyen de faire entendre leur voix, et de faire respecter la réglementation.

Besoin de votre soutien pour mener à bien cette action en justice

Le Collectif 3R et Zero Waste France ont besoin de vous pour financer les recours juridiques et empêcher la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII dont les travaux démarrent cette année ! C’est notre dernière chance pour bloquer un projet polluant, obsolète et coûteux, et de mettre enfin la priorité sur les véritables solutions que sont la prévention, le tri, le compostage et le recyclage des déchets.

Faire un don pour cette action

Un projet daté et désormais contraire à la réglementation française et européenne

Le Syctom (syndicat public qui rassemble Paris et 84 communes) traite les déchets ménagers de près de 6 millions d’habitants, soit la moitié de l’Ile-de-France. Pour ce faire, il recourt massivement à l’incinération, avec trois usines de grande capacité situées à Saint-Ouen, Issy-les-Moulineaux, et Ivry-sur-Seine. Le projet de reconstruction de l’usine d’Ivry a été pensé et dimensionné par le Syctom au tout début des années 2000. Pourtant, la réglementation a considérablement évolué ces dernières années, avec :

  • En 2015, la Loi de Transition énergétique pour la croissance verte, qui a fixé de nouvelles obligations et des objectifs aux collectivités locales : gérer séparément les déchets organiques en 2025, orienter 65 % des déchets vers le recyclage ou la valorisation organique d’ici 2025…
  • En 2018, le “Paquet économie circulaire” de l’Union européenne, qui a confirmé les orientations de la loi française et assigne des objectifs encore plus proches et précis : tri des déchets organiques dès 2023, recyclage de 65 % des emballages dès 2025, réduction nette du gaspillage alimentaire, etc.

Sur le territoire du Syctom, 16 % seulement des déchets ménagers sont recyclés. Plus de la moitié des déchets actuellement brûlés dans les usines d’incinération sont en réalité recyclables ou compostables, et jusqu’à 75 % pourraient l’être dans les prochaines années. Les projections avancées par le Syctom pour justifier la reconstruction de l’usine sont très éloignées des obligations et objectifs législatifs rappelés ci-dessus.

Un projet contraire aux aspirations citoyennes

Depuis plus de 10 ans, les manifestations publiques ont été nombreuses pour alerter le Syctom. Les associations ont participé à de multiples comités de suivis, concertations, réunions publiques, enquêtes publiques… Un plan alternatif dénommé « Plan B’OM » (plan de baisse des ordures ménagères) a été publié par Zero Waste France et le Collectif 3R, pour montrer qu’une gestion des déchets radicalement différente était envisageable et souhaitable d’un point de vue tant environnemental qu’économique et social, et que l’on pourrait à terme se passer de cette usine. Sur le terrain également, les initiatives se multiplient, démontrant que la population est prête à réduire, réutiliser, recycler les déchets.

L’enquête publique sur la première phase du projet a recueilli des milliers d’avis et commentaires négatifs – plus de 95 % des avis exprimés par les citoyens.

Le site du Plan B’OM

Deux recours déposés devant le Tribunal administratif de Melun

Zero Waste France et le Collectif 3R sont représentés par Maître Louis Cofflard, avocat au barreau de Paris. Représentant des associations dans plusieurs contentieux liés à la qualité de l’air, il a obtenu en 2017 la condamnation par le Conseil d’Etat du Gouvernement à respecter les concentrations de polluants réglementés (NO2 et PM10) sur toute la France. Il révèle avoir découvert avec stupeur dans le dossier du projet de graves manquements dans la mesure des polluants de l’usine, en particulier du dioxyde d’azote (NO2), alors même que ce polluant dégrade fortement la qualité de l’air en Ile de France.

20 juillet 2021

Loi Climat : un manque d’ambition global, malgré quelques avancées à l’issue de la commission mixte paritaire

La commission mixte paritaire, destinée à trouver un compromis entre l’Assemblée Nationale et le Sénat, a été conclusive et signe donc la fin des débats sur la loi Climat et résilience. Malgré que[...]

13 juillet 2021

Comment faire entendre sa voix en tant que citoyen·ne ? Les outils prévus par le droit français.

Plusieurs outils d’information et de participation citoyenne existent en droit français, afin de permettre à chacun·e de donner son avis sur la réglementation en cours de construction ou sur des p[...]

30 juin 2021

Développer le réemploi : un enjeu pour les territoires

Zero Waste Europe propose un guide destiné aux collectivités, afin de développer le réemploi sur leur territoire et créer ainsi des emplois locaux. Zero Waste France revient sur ces actions clés e[...]

30 juin 2021

Quand les professionnel·les du sport se mettent au Défi “Rien de neuf” !

Réduire les achats neufs, dans un cadre professionnel et un secteur spécifique comme celui du sport vous semble compliqué ? Pourtant c’est possible ! Inspirez-vous de ces clubs, fédérations, colle[...]

29 juin 2021

Retour sur la matinée technique : Soutenir les initiatives de consigne pour réemploi

Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 24 juin une matinée d’échanges et de retours d’expériences sur les initiatives locales de consigne pour réemploi, et le rôle que peuvent jou[...]

17 juin 2021

La loi Climat en discussion au Sénat

Un mois après que l’Assemblée nationale a rendu sa version du projet de loi Climat, c’est au tour des sénateurs et sénatrices de plancher sur le texte. Alors, bonnes ou mauvaises nouvelles sur le [...]

04 juin 2021

La loi change, les habitudes aussi : adieu gobelets jetables !

Du 12 au 26 juin 2021, Zero Waste France et son réseau de groupe locaux organisent un marathon de sensibilisation des commerçant‧es pour les inciter à la réduction des déchets.

31 mai 2021

Le lobby du papier-carton vent debout contre l’obligation de réemployable en restauration rapide

Après Copacel il y a quelques mois, c’est au tour de Revipac de vanter les vertus écologiques des emballages à usage unique en papier-carton à grand renfort d’analyses de cycle de vie. Une manière[...]

17 mai 2021

Les recommandations de Zero Waste France pour des Régions engagées dans la réduction des déchets

Les 20 et 27 juin 2021, se dérouleront les élections régionales. A cette occasion, Zero Waste France tient à formuler ses recommandations aux candidats et candidates en rappelant le rôle primordia[...]

12 mai 2021

Élections régionales 2021 : comment les Régions peuvent-elles agir en matière de réduction des déchets ?

Si les Régions détiennent la compétence de planification des déchets, leur rôle est aussi d'impulser des filières de réemploi et réparation, de former les élu·e·s et les professionnel·le·s du terr[...]