Dossier thématique

Lutter contre les traitements polluants

Mise en décharge, incinération, tri mécano biologique... A quoi correspondent ces filières ? Voici les clés pour comprendre l'industrie du traitement des déchets.

Chaque année en France, 37,9 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés sont produites (incluant les ménages, déchèteries, commerçants de proximité). Selon l’Ademe, 42% de ces déchets font l’objet d’une valorisation “matière” ou “organique”. Mais 26% sont toujours envoyés en décharge (“installation de stockage de déchets non dangereux“), et 32% dirigés vers l’incinération (“usine d’incinération des ordures ménagères“).

La mise en décharge

Sur le territoire français, environ 230 décharges sont actuellement en fonctionnement, et ont accueilli 18 millions de tonnes de déchets dits “non dangereux” en 2015 (une grosse moitié provient des ménages). La mise en décharge consiste à enfouir des déchets dans un grand trou de plusieurs hectares, creusé à même le sol (en général argileux), équipé de systèmes de drainages et de bâches afin d’éviter les fuites. Ce mode de traitement des déchets est polluant et non soutenable, car il participe à l’artificialisation des sols et rend impossible le recyclage des déchets qui y sont déversés. Les décharges rejettent en outre des effluents polluants tels que les lixiviats, eaux de percolation chargées en polluants. Enfin, même équipées de systèmes de captage des gaz, les décharges émettent du méthane participant au changement climatique.

Quelle est la réglementation applicable ?

La mise en décharge des déchets non dangereux est réglementée par un arrêté du 15 février 2016 qui prévoit toutes les normes techniques à respecter. Traitement des lixiviats, captation des gaz, exploitation des casiers… Toutes les réponses aux questions techniques sont dans ce texte !

Que dit la loi de transition énergétique ?

La loi du 17 août 2015 a fixé un objectif de division par deux des déchets non dangereux non inertes enfouis en 2025 par rapport à 2010 (cet objectif ne concerne pas les déchets du BTP). Le nombre de décharges exploitées devrait ainsi substantiellement diminuer dans les prochaines années, pour ne plus enfouir “que” 10 millions de tonnes de déchets par an à horizon 2025. La nouvelle directive européenne relative à la mise en décharge adoptée en 2018 prévoit quant à elle que 10% des déchets municipaux soient enfouis d’ici 2035, ce qui en fait un objectif à terme plus contraignant.

L’incinération

126 usines d’incinération traitent annuellement environ 14.5 millions de tonnes de déchets, majoritairement ceux des collectivités locales et des ménages. L’incinération consiste à brûler les déchets à haute température dans des fours avec excès d’oxygène, afin d’en réduire le volume. Ce mode de traitement est polluant et non soutenable, car en réalité environ 20/25% du tonnage entrant ressort sous forme de “mâchefers” (imbrûlés, incombustibles, cendres…), et 3% sous forme de résidus d’épuration des fumées (REFIOM) classés “dangereux”. Si l’incinération est certes encadrée par la réglementation, elle émet des polluants dans l’air ainsi que des rejets aqueux en fonction du mode de traitement des fumées. Les rejets sont bien entendu soumis à des normes, ce qui signifie que  des seuils de pollution sont définis, mais il ne s’agit pas de seuils “zéro”, et la pollution n’est donc pas évitée. Les investissements lourds dans ces usines, (de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d’euros), la nécessité de les faire fonctionner toute l’année 24h/24 hors maintenance, ainsi que la tendance à les surdimensionner, freinent fortement les démarches locales de réduction et de recyclage des déchets. Pour faire oublier cela, les usines d’incinération sont opportunément renommées “unités de valorisation énergétique” lorsqu’elles produisent de la chaleur et/ou de l’électricité.

Quelle est la réglementation applicable ?

L’incinération des déchets non dangereux est réglementée par un arrêté 20 septembre 2002 qui prévoit toutes les normes techniques à respecter. Traitement des fumées, limites autorisées de polluants, températures de combustion, rejets aqueux… Toutes les réponses aux questions techniques ou presque sont dans ce texte !

Que dit la loi de transition énergétique ?

La loi du 17 août 2015 est relativement silencieuse sur l’incinération des déchets. Sans l’encourager expressément, aucun objectif de réduction n’a été fixé. Elle prévoit seulement qu’il faut “assurer la valorisation énergétique des déchets qui ne peuvent être recyclés en l’état des techniques disponibles”. L’incinération bénéficie en réalité de nombreux coups de pouce réglementaires et fiscaux (TVA réduite sous certaines conditions, soutien à la production d’électricité, réductions de la taxe sur les activités polluantes, 50% de l’énergie considérée comme “renouvelable”, etc.). Cependant, face à la tendance à la baisse des déchets, l’Ademe considère que de nouvelles capacités à l’échelle du territoire ne sont pas nécessaires.

Le tri mécano biologique

Le tri mécano biologique (TMB) est une technique industrielle visant à séparer les différents déchets contenus dans les “poubelles noires” (ordures ménagères résiduelles non triées). Une cinquantaine d’usines ont ainsi été construites en France depuis les années 2000, à l’origine avec l’objectif de produire du compost avec la fraction organique des déchets, et d’en extraire les fractions recyclables (plastique, métaux, papiers…). Ces usines se sont rapidement révélées assez inefficaces malgré leur coût élevé, de plusieurs dizaines de millions d’euros : difficultés à produire du compost de bonne qualité et à sortir des déchets recyclables, production massive de déchets à enfouir ou incinérer… Ces usines, qui permettent au final surtout la stabilisation des déchets avant mise en décharge afin de réduire les nuisances, ont été qualifiées de “non pertinentes” par la loi de transition énergétique du 17 août 2015. Depuis, plusieurs décisions de justice ont confirmé qu’il s’agit bien d’une interdiction de construire de nouvelles usines de la sorte tant qu’aucune collecte séparée des biodéchets n’est mise en place sur un territoire donné.

Actualités liées

31 juillet 2018

Arrêt de la CAA Paris du 9 février 2017 : une décision dangereuse qui déresponsabilise les acteurs du traitement des déchets

Dans un arrêt rendu en février 2017, la Cour administrative d'appel de Paris à opéré un glissement juridique risqué et peu en phase avec l'esprit de la réglementation relative aux déchets. Point d[...]

02 juillet 2018

Investissons dans les vraies solutions, pas dans l’incinération

Avec le soutien du Bureau Européen de l'Environnement (BEE), Zero Waste France dévoile une nouvelle vidéo appelant la société civile ainsi que les décideurs publics et privés, à basculer les inves[...]

à la une
08 juin 2018

Plan B’OM : 2 milliards d’euros à rediriger vers l’économie circulaire

Zero Waste France et le Collectif 3R proposent un plan alternatif au projet de reconstruction de l'incinérateur d'Ivry Paris 13.

01 juin 2018

Dépôts sauvages : un guide pour prévenir, sinon guérir

La lutte contre les dépôts sauvages requiert beaucoup d'énergie de la part des collectivités. Les associations, en particulier zéro déchet Touraine, ont compilé les connaissances sur le sujet dans[...]

22 mai 2018

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : le débat est ouvert

Paris, le 22 mai 2018 - L'ouverture de l'enquête publique sur l'incinérateur d'Ivry-Paris XIII permet aux associations de faire valoir à nouveau des alternatives à ce projet.

09 avril 2018

Programmation pluriannuelle de l’énergie et déchets : investissons dans les vraies solutions

La valorisation énergétique des déchets ne doit pas freiner le développement de l'économie circulaire, rappelle Zero Waste France dans sa contribution écrite.

26 mars 2018

Ivry-Paris XIII : Réactions à l’Avis de l’Autorité environnementale

Paris, le 26 mars 2018 - L'avis de l'Autorité environnementale rendu aujourd'hui fait échos aux préoccupations exprimées par les associations sur la compatibilité du projet avec les politiques pub[...]

23 février 2018

Publication d’une note juridique pour préciser le contenu des plans régionaux

Entre textes et jurisprudence, Zero Waste France fait le point, dans une note détaillée, sur la réglementation applicable aux plans régionaux.

05 février 2018

Dossier 3/3 : les combustibles solides de récupération issus des TMB, faire du neuf avec du vieux ?

Suite et fin de notre dossier d'analyse relatif à la filière TMB / CSR

05 février 2018

Dossier 2/3 : les TMB “dernière génération” : analyse des performances d’usines récentes

Données détaillées de TMB issues des rapports annuels communiqués.

Publications liées