Dossier thématique

Lutter contre les traitements polluants

Mise en décharge, incinération, tri mécano biologique... A quoi correspondent ces filières ? La démarche zéro déchet consiste également à connaître et remettre en cause les modes de traitement des déchets polluants.

Chaque année en France, 37,9 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés sont produites (incluant les ménages, déchèteries, commerçants de proximité). Selon l’Ademe, 42% de ces déchets font l’objet d’une valorisation “matière” ou “organique”. Mais 26% sont toujours envoyés en décharge (“installation de stockage de déchets non dangereux“), et 32% dirigés vers l’incinération (“usine d’incinération des ordures ménagères“).

Zero Waste France travaille à inverser cette tendance, notamment en soutenant des associations locales engagées pour faire respecter les normes et la réglementation ou en proposant des plans alternatifs à la reconstruction de certaines usines.

La mise en décharge

Sur le territoire français, environ 230 décharges sont actuellement en fonctionnement, et ont accueilli 18 millions de tonnes de déchets dits “non dangereux” en 2015 (une grosse moitié provient des ménages). La mise en décharge consiste à enfouir des déchets dans un grand trou de plusieurs hectares, creusé à même le sol (en général argileux), équipé de systèmes de drainages et de bâches afin d’éviter les fuites. Ce mode de traitement des déchets est polluant et non soutenable, car il participe à l’artificialisation des sols et rend impossible le recyclage des déchets qui y sont déversés. Les décharges rejettent en outre des effluents polluants tels que les lixiviats, eaux de percolation chargées en polluants. Enfin, même équipées de systèmes de captage des gaz, les décharges émettent du méthane participant au changement climatique.

Quelle est la réglementation applicable ?

La mise en décharge des déchets non dangereux est réglementée par un arrêté du 15 février 2016 qui prévoit toutes les normes techniques à respecter. Traitement des lixiviats, captation des gaz, exploitation des casiers… Toutes les réponses aux questions techniques sont dans ce texte !

Que dit la loi de transition énergétique ?

La loi du 17 août 2015 a fixé un objectif de division par deux des déchets non dangereux non inertes enfouis en 2025 par rapport à 2010 (cet objectif ne concerne pas les déchets du BTP). Le nombre de décharges exploitées devrait ainsi substantiellement diminuer dans les prochaines années, pour ne plus enfouir « que » 10 millions de tonnes de déchets par an à horizon 2025. La nouvelle directive européenne relative à la mise en décharge adoptée en 2018 prévoit quant à elle que 10% des déchets municipaux soient enfouis d’ici 2035, ce qui en fait un objectif à terme plus contraignant.

L’incinération

126 usines d’incinération traitent annuellement environ 14.5 millions de tonnes de déchets, majoritairement ceux des collectivités locales et des ménages. L’incinération consiste à brûler les déchets à haute température dans des fours avec excès d’oxygène, afin d’en réduire le volume. Ce mode de traitement est polluant et non soutenable, car en réalité environ 20/25% du tonnage entrant ressort sous forme de “mâchefers” (imbrûlés, incombustibles, cendres…), et 3% sous forme de résidus d’épuration des fumées (REFIOM) classés “dangereux”. Si l’incinération est certes encadrée par la réglementation, elle émet des polluants dans l’air ainsi que des rejets aqueux en fonction du mode de traitement des fumées. Les rejets sont bien entendu soumis à des normes, ce qui signifie que  des seuils de pollution sont définis, mais il ne s’agit pas de seuils “zéro”, et la pollution n’est donc pas évitée. Les investissements lourds dans ces usines, (de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d’euros), la nécessité de les faire fonctionner toute l’année 24h/24 hors maintenance, ainsi que la tendance à les surdimensionner, freinent fortement les démarches locales de réduction et de recyclage des déchets. Pour faire oublier cela, les usines d’incinération sont opportunément renommées “unités de valorisation énergétique” lorsqu’elles produisent de la chaleur et/ou de l’électricité.

Quelle est la réglementation applicable ?

L’incinération des déchets non dangereux est réglementée par un arrêté 20 septembre 2002 qui prévoit toutes les normes techniques à respecter. Traitement des fumées, limites autorisées de polluants, températures de combustion, rejets aqueux… Toutes les réponses aux questions techniques ou presque sont dans ce texte !

Que dit la loi de transition énergétique ?

La loi du 17 août 2015 est relativement silencieuse sur l’incinération des déchets. Sans l’encourager expressément, aucun objectif de réduction n’a été fixé. Elle prévoit seulement qu’il faut « assurer la valorisation énergétique des déchets qui ne peuvent être recyclés en l’état des techniques disponibles ». L’incinération bénéficie en réalité de nombreux coups de pouce réglementaires et fiscaux (TVA réduite sous certaines conditions, soutien à la production d’électricité, réductions de la taxe sur les activités polluantes, 50% de l’énergie considérée comme « renouvelable », etc.). Cependant, face à la tendance à la baisse des déchets, l’Ademe considère que de nouvelles capacités à l’échelle du territoire ne sont pas nécessaires.

Le tri mécano biologique

Le tri mécano biologique (TMB) est une technique industrielle visant à séparer les différents déchets contenus dans les “poubelles noires” (ordures ménagères résiduelles non triées). Une cinquantaine d’usines ont ainsi été construites en France depuis les années 2000, à l’origine avec l’objectif de produire du compost avec la fraction organique des déchets, et d’en extraire les fractions recyclables (plastique, métaux, papiers…). Ces usines se sont rapidement révélées assez inefficaces malgré leur coût élevé, de plusieurs dizaines de millions d’euros : difficultés à produire du compost de bonne qualité et à sortir des déchets recyclables, production massive de déchets à enfouir ou incinérer… Ces usines, qui permettent au final surtout la stabilisation des déchets avant mise en décharge afin de réduire les nuisances, ont été qualifiées de “non pertinentes” par la loi de transition énergétique du 17 août 2015. Depuis, plusieurs décisions de justice ont confirmé qu’il s’agit bien d’une interdiction de construire de nouvelles usines de la sorte tant qu’aucune collecte séparée des biodéchets n’est mise en place sur un territoire donné.

Actualités liées

13 mai 2019

La hiérarchie des modes de traitement des déchets devant les juridictions : de l’incantation à l’application

L'article L. 541-1 II du code de l'environnement donne la priorité à la réduction des déchets et instaure une hiérarchie des modes de traitement. Les juges rappellent de plus en plus fréquemment c[...]

06 mai 2019

Plans régionaux déchets : la montagne va-t-elle accoucher d’une souris ?

2019 voit la mise à l'enquête publique de nombreux plans régionaux de prévention et de gestion des déchets. Zero Waste France a suivi depuis le départ l'élaboration de ces plans, et s'inquiète, au[...]

24 avril 2019

Zero Waste France a besoin de vous pour financer son action juridique

Zero Waste France est une association qui lutte depuis plus de 20 ans pour la réduction des déchets à la source et utilise pour cela les leviers juridiques et l'action judiciaire pour faire avance[...]

27 mars 2019

Un rapport alerte sur les effets nocifs du plastique sur la santé tout au long de son cycle de vie

Dans un rapport publié en février 2019, le Center for International Environmental Law (CIEL) alerte sur l'impact sanitaire du plastique.

25 mars 2019

Deux recours déposés contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13

Zero Waste France et le Collectif 3R ont déposé, aux côtés d’habitants, deux recours contre la première phase du projet porté par le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers), qui met en[...]

20 mars 2019

Zero Waste France présente son rapport d’activité 2018

Découvrez l'association Zero Waste France à travers les grands projets et actions qu'elle a menés en 2018.

04 janvier 2019

Isséane : ce qui se cache derrière la vitrine française de l’incinération

Visitée par de nombreuses délégations françaises et étrangères, l'usine "Isséane" est présentée comme un modèle de gestion des déchets. En voici un décryptage des principaux éléments de langage.[...]

22 décembre 2018

Loi de finances 2019 : la réforme de la fiscalité des décharges et des incinérateurs est adoptée

Portée par Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017, actée dans la feuille de route pour l'économie circulaire en avril 2018, la réforme de la taxe générale sur les activités polluantes ([...]

08 octobre 2018

Vers un monde sans déchets ?

A lire ou à écouter : Zero Waste France et Baptiste Monsaingeon décryptent les solutions actuelles qui sont proposées pour réduire les déchets.

26 septembre 2018

TGAP déchets : le Gouvernement propose une réforme ambitieuse dans le projet de loi de finances pour 2019

Le Gouvernement propose de réformer la taxe générale sur les activités polluantes applicable aux décharges et aux incinérateurs. Décryptage d'une mesure attendue de longue date.

Publications liées