Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant près de 7 000 heures en deux ans. Zero Waste France s’alarme de l’inaction publique face à la dangerosité démontrée des dioxines sur la santé.

Karsten Füllhaas - Unsplash
Partager

Un trop grand nombre d’heures de défaillance des équipements de mesure

Le Collectif 3R, groupe local Zero Waste engagé dans la lutte contre la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII a obtenu du SYCTOM les données détaillées des capteurs situés à l’intérieur des cheminées de l’incinérateur. Ces données ont été analysées par l’ONG néerlandaise Toxicowatch, spécialisée dans l’analyse toxicologique des polluants, dans une nouvelle étude qui montre que les capteurs n’ont pas effectué de prélèvements pendant 6 936 heures, soit l’équivalent de 289 jours, au cours des années 2020 et 2021.

“La surveillance des dioxines devrait avoir lieu en permanence”, Abel Arkenbout, directeur de Toxicowatch.

Les dioxines, composés chimiques classés cancérogènes par le Centre international de recherche contre le cancer, peuvent se former en quelques secondes, lorsque la température de combustion, à l’intérieur du four de l’incinérateur, est insuffisante (moins de 850 degrés). Comme le précise Abel Arkenbout, toxicologue et directeur de ToxicoWatch, dans l’enquête révélée par Le Monde [1] : “Un nombre aussi élevé d’heures de défaillance de l’équipement de mesure indique que la combustion n’a pas été optimale en permanence. La probabilité d’émission de grandes quantités de dioxines est donc très élevée.”

Lire l’étude de Toxicowatch

L’ONG Toxicowatch avait déjà publié en février 2022 une étude mettant en évidence des teneurs importantes de dioxines dans les œufs de poules élevées en plein air sur les communes situées autour de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII. Depuis, l’Agence régionale de santé (ARS) recommande de ne pas consommer d’œufs issus de poulaillers domestiques dans toute l’Ile-de-France.

Quels impacts réels de l’incinération sur la santé ?

Polluants organiques persistants dans l’environnement, les dioxines sont produites lors des procédés de combustion. Listées comme composés chimiques les plus préoccupants par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elles s’accumulent dans la chaîne alimentaire, en particulier les viandes, poissons, œufs et produits laitiers.

Abel Arkenbout, auteur du rapport de ToxicoWatch, précise que “La valeur limite européenne pour les dioxines n’a pas été révisée depuis plus de 33 ans alors que les preuves scientifiques s’accumulent sur leur nocivité”. Il cite l’exemple des Pays-Bas, où un moratoire est en vigueur depuis 2009 sur l’incinération des déchets : une limite dix fois plus stricte d’émission de dioxines a été fixée pour l’incinérateur construit en 2011 à Harlingen. “Si cette valeur limite avait été appliquée à l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII, celui-ci aurait été en infraction durant presque toute la période de 2020 à 2021” selon le directeur de Toxicowatch.

Cette étude pose une nouvelle fois la question des impacts sanitaires directs des installations d’incinération. Loin de n’émettre que des particules d’eau, les fumées d’incinération sont chargées de particules fines que l’on ne peut trouver qu’en les cherchant et en les mesurant. C’est alors que les études alternatives menées par des ONG montrent les failles possibles dans le contrôle des émissions par les autorités, et surtout les dangers d’une autosurveillance par les exploitants eux-mêmes.

L’Europe en surcapacité d’incinération

Cette étude est publiée à l’heure où l’ONG Zero Waste Europe publie son rapport “Enough is enough : the case for a moratoire on incineration” qui met en lumière la surcapacité des pays de l’Union Européenne (UE) en matière d’incinération des déchets.

De 2004 à 2020, la capacité d’incinération des déchets a connu une augmentation constante au sein de l’Union Européenne, d’environ 8 millions de tonnes supplémentaires par an. En 2020, les pays de l’UE ont atteint la capacité d’incinérer 200 millions de tonnes de déchets. Dans les faits, ce sont 140 millions de tonnes de déchets qui ont été gérées par les installations d’incinération cette même année. Soit une surcapacité de 60 millions de tonnes de déchets, qui continue d’augmenter chaque année.

Lire le rapport de Zero Waste Europe

Le rapport de Zero Waste Europe tire le signal d’alarme : cette surcapacité d’incinération est en opposition complète avec les objectifs de réduction des déchets et de valorisation matière  (notamment des biodéchets) prévus par le Code de l’environnement et la réglementation européenne. Janek Vahk, responsable de la politique zéro pollution chez Zero Waste Europe, déclare : “Il est temps d’instaurer un moratoire sur l’incinération.” Même si elle est depuis 2021 exclue du registre des investissements “verts” de l’Union Européenne, l’incinération bénéficie toujours d’une position privilégiée au sein de la hiérarchie des modes de traitement des déchets. Le rapport de Zero Waste Europe insiste donc sur le besoin urgent de traiter l’incinération et la mise en décharge sur le même niveau, afin de favoriser des pratiques de réduction et de gestion des déchets plus durables.

Comme le précise l’Ademe depuis 2017, la France n’a plus besoin de nouvelles capacités d’incinération au regard de la priorité devant être donnée à la réduction des déchets. Malgré ces recommandations, les projets de reconstruction ou d’agrandissement d’incinérateurs existants continuent d’émerger et d’engloutir des milliards d’euros d’argent public, qui ne financent donc pas la prévention des déchets. Mobilisés depuis 25 ans dans la lutte contre l’incinération, Zero Waste France et ses groupes locaux continuent à lutter localement contre ces projets inutiles et polluants.

[1] Le Monde, A l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII, les dioxines ne sont pas contrôles « 24h sur 24 et  365 jours par an », Stéphane Mandard, novembre 2023.

Actualités

à la une
29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]