12 mars 2015
Thibault Turchet

La mise en décharge

Près de 230 décharges autorisées sont exploitées en France. Quels sont les enjeux de cette filière ?

Partager

Quelques chiffres

Sur le territoire français, environ 230 décharges sont actuellement en fonctionnement, et ont accueilli 18 millions de tonnes de déchets dits « non dangereux » en 2015. Une grosse moitié provient des ménages, le reste est issu des activités économiques diverses. Une décharge consiste à enfouir des déchets dans un grand trou de plusieurs hectares, creusé à même le sol (en général argileux), équipé de systèmes de drainages et de bâches afin d’éviter les fuites. Ce mode de traitement des déchets est polluant et non soutenable, car il participe à l’artificialisation des sols et détruit les déchets qui deviennent irrécupérables. Les décharges produisent en outre des déchets dangereux tels que les lixiviats, eaux de percolation chargées en polluants. Enfin, même équipées de systèmes de captage des gaz, les décharges émettent du méthane participant au changement climatique.

Quelle réglementation applicable ?

La mise en décharge est encadrée par l’arrêté du 15 février 2016 qui regroupe la majeure partie des normes applicables. Ce texte prévoit notamment que les décharges doivent être équipées de système de captage des gaz, lesquels doivent être a minima torchés, ou valorisés énergétiquement. L’exploitation se déroule par casier successif, c’est-à-dire qu’une petite zone est exploitée sur une durée relativement courte (de l’ordre de un à deux ans), et recouverte pour ensuite passer à l’enfouissement sur une autre zone, etc. Le massif de déchet doit être régulièrement recouvert d’une couche de matériaux évitant les envols et réduisant les nuisances. De même, les lixiviats (eaux qui percolent dans les déchets) doivent être captés et en règle générale traités sur place. L’arrêté prévoit enfin les différents seuils à respecter dans les polluants émis, en particulier s’agissant des rejets aqueux des décharges. Un certain nombre de normes sont précisées dans l’arrêté préfectoral autorisant l’installation. Cet arrêté, qui est communicable de droit à toute personne qui en fait la demande, doit donc être systématiquement consulté pour connaître les obligations de l’exploitant avec précision.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 prévoit la division par deux des déchets non dangereux non inertes (donc hors BTP) des déchets enfouis en 2025 par rapport à 2010.

Les enjeux actuels

Depuis plusieurs années, la tendance est donc à la réduction progressive des tonnages envoyés en décharge. La loi de transition énergétique aura donc pour effet de réduire significativement le nombre de décharges en France dans les prochaines années. Cet objectif s’apprête en effet à être transcrit dans les plans de prévention et de gestion des déchets élaborés par les Régions d’ici 2019.

Cet objectif doit s’accompagner d’une hausse significative de la « taxe générale sur les activités polluantes » payée par les exploitants. En effet, la mise en décharge d’une tonne de déchets coûte à l’heure actuelle environ 80€ ne moyenne en France, prix assez faible qui a pour effet de peu inciter au développement de la prévention et du recyclage. Une première révision de cette taxe à la hausse a été réalisée en 2016, mais sans néanmoins fixer des taux accompagnant la bonne application de la loi de transition énergétique. Il est désormais urgent que la TGAP soit révisée pour ramener au moins à 100€ le prix de la mise en décharge dans les prochaines années. Ce sont en tout état de cause les conclusions de la feuille de route pour l’économie circulaire discutée en 2017/2018, dont la transcription dans la prochaine loi de finance est fondamentale.

Enfin, certains industriels notamment souhaitent faire de l’objectif de réduction de mise en décharge un argument plaidant en faveur de l’incinération des déchets, et de la production de « combustibles solides de récupération ». Cela est particulièrement mis en avant pour les collectivités équipées d’usines de tri mécano biologique des déchets (TMB), qui ne parviennent pas à recycler des déchets. De nombreuses collectivités s’apprêtent ainsi à simplement transférer les déchets de la décharge vers l’incinération, par la production de ces combustibles. Une telle orientation ne permettra cependant pas de gérer les déchets durablement, et ce sont bien la prévention et le recyclage / compostage des déchets qui doivent, demain, permettre de réduire les tonnes envoyées en décharge.

Actualités

à la une
29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]