05 février 2018
Thibault Turchet

Dossier 1/3 : les TMB « dernière génération » : des usines à produire du combustible ? Quésaco

De la loi de 2015 aux décisions de justice récentes, récit d'une technologie controversée : le tri mécano biologique.

Partager

On les a longtemps appelées les usines de « tri mécano biologique » (TMB). Les industriels et les collectivités les renomment aujourd’hui « centre de valorisation organique » ou encore « usine de tri-préparation ».
Ces usines de tri sur ordures ménagères résiduelles, tellement décriées jusqu’à être qualifiées de « non-pertinentes » par la loi de transition énergétique, ont-elles techniquement évolué en profondeur, ou ont-elles simplement changé de nom ?
Zero Waste France a enquêté sur ces usines dernier cri, et analysé les statistiques communiquées par industriels et pouvoirs publics. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le recyclage ne sort toujours pas gagnant. Aujourd’hui les tentatives de légitimation de cette technologie passent avant tout par la production de combustibles solides de récupération (CSR), des déchets broyés et séchés destinés à l’incinération. Retrouvez notre enquête publiée en trois articles distincts en bas de page.

Usine de « Tri Mécano Biologique » : Quésaco ?

Le tri mécano biologique est une technologie qui s’est surtout développée au cours des années 2000, atteignant une cinquantaine d’installations en France à l’heure actuelle. Le but : séparer a posteriori les déchets organiques et les déchets recyclables du reste des ordures ménagères résiduelles, en vue de leur valorisation notamment par compostage.

L’idée pouvait sembler séduisante mais rapidement, les retours de terrain ont fait état de performances laissant largement à désirer, malgré des investissements lourds (plusieurs millions voire dizaines de millions d’euros par installation). Incendies, casses prématurées et autres fiascos industriels ont achevé de ruiner la réputation de ces usines comme à Angers, ou encore à Montpellier (allant même jusqu’à un audit accablant par la Chambre régionale des comptes Occitanie).

Dans la réalité, ces usines se sont en effet montrées incapables d’extraire efficacement les déchets recyclables des poubelles, hormis les déchets ferreux et non ferreux magnétiquement séparables. Côté traitement des biodéchets, les exploitants comptaient surtout sur l’évaporation naturelle (environ 15% en général du tonnage entrant).  La qualité du compost produit a quant à elle toujours été décriée eu égard au laxisme de la norme NF U 44051, d’application obligatoire. Après des années d’alerte, la nécessité de renforcer cette norme est d’ailleurs une des conclusions des états généraux de l’alimentation.

Face à ce double échec, technique car revenant à continuer à envoyer en décharge une grande majorité des déchets reçus, et financier (des millions d’euros pour ça…), la loi de transition énergétique du 17 août 2015 a qualifié cette technique de « non-pertinente », dans le contexte où en 2025, les déchets organiques doivent être gérés séparément. De récentes décisions de justice viennent d’ailleurs de confirmer que la construction de nouvelles usines est interdite en l’absence d’un tri à la source des déchets organiques, condamnant le TMB mais aussi les autre “tri-préparation” (voir notre article).

Pourtant, des collectivités et des industriels continuent de construire de nouvelles usines de tri sur ordures ménagères résiduelles d’une part, et d’investir lourdement pour l’entretien des existantes d’autre part, en les renommant savamment afin de contourner la lettre de la loi ( « tri-préparation », etc.). Le nouveau mot d’ordre, tout trouvé pour continuer à justifier ces usines dont les industriels et certaines collectivités ne veulent pas se séparer : broyer et sécher les déchets (notamment plastique, papier, etc.) pour produire des combustibles solides de récupération et les envoyer en incinération (« valorisation énergétique »).

20 juillet 2021

Loi Climat : un manque d’ambition global, malgré quelques avancées à l’issue de la commission mixte paritaire

La commission mixte paritaire, destinée à trouver un compromis entre l’Assemblée Nationale et le Sénat, a été conclusive et signe donc la fin des débats sur la loi Climat et résilience. Malgré que[...]

13 juillet 2021

Comment faire entendre sa voix en tant que citoyen·ne ? Les outils prévus par le droit français.

Plusieurs outils d’information et de participation citoyenne existent en droit français, afin de permettre à chacun·e de donner son avis sur la réglementation en cours de construction ou sur des p[...]

30 juin 2021

Développer le réemploi : un enjeu pour les territoires

Zero Waste Europe propose un guide destiné aux collectivités, afin de développer le réemploi sur leur territoire et créer ainsi des emplois locaux. Zero Waste France revient sur ces actions clés e[...]

30 juin 2021

Quand les professionnel·les du sport se mettent au Défi “Rien de neuf” !

Réduire les achats neufs, dans un cadre professionnel et un secteur spécifique comme celui du sport vous semble compliqué ? Pourtant c’est possible ! Inspirez-vous de ces clubs, fédérations, colle[...]

29 juin 2021

Retour sur la matinée technique : Soutenir les initiatives de consigne pour réemploi

Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 24 juin une matinée d’échanges et de retours d’expériences sur les initiatives locales de consigne pour réemploi, et le rôle que peuvent jou[...]

17 juin 2021

La loi Climat en discussion au Sénat

Un mois après que l’Assemblée nationale a rendu sa version du projet de loi Climat, c’est au tour des sénateurs et sénatrices de plancher sur le texte. Alors, bonnes ou mauvaises nouvelles sur le [...]

04 juin 2021

La loi change, les habitudes aussi : adieu gobelets jetables !

Du 12 au 26 juin 2021, Zero Waste France et son réseau de groupe locaux organisent un marathon de sensibilisation des commerçant‧es pour les inciter à la réduction des déchets.

31 mai 2021

Le lobby du papier-carton vent debout contre l’obligation de réemployable en restauration rapide

Après Copacel il y a quelques mois, c’est au tour de Revipac de vanter les vertus écologiques des emballages à usage unique en papier-carton à grand renfort d’analyses de cycle de vie. Une manière[...]

17 mai 2021

Les recommandations de Zero Waste France pour des Régions engagées dans la réduction des déchets

Les 20 et 27 juin 2021, se dérouleront les élections régionales. A cette occasion, Zero Waste France tient à formuler ses recommandations aux candidats et candidates en rappelant le rôle primordia[...]

12 mai 2021

Élections régionales 2021 : comment les Régions peuvent-elles agir en matière de réduction des déchets ?

Si les Régions détiennent la compétence de planification des déchets, leur rôle est aussi d'impulser des filières de réemploi et réparation, de former les élu·e·s et les professionnel·le·s du terr[...]