05 février 2018
Thibault Turchet

Dossier 1/3 : les TMB « dernière génération » : des usines à produire du combustible ? Quésaco

De la loi de 2015 aux décisions de justice récentes, récit d'une technologie controversée : le tri mécano biologique.

Partager

On les a longtemps appelées les usines de « tri mécano biologique » (TMB). Les industriels et les collectivités les renomment aujourd’hui « centre de valorisation organique » ou encore « usine de tri-préparation ».
Ces usines de tri sur ordures ménagères résiduelles, tellement décriées jusqu’à être qualifiées de « non-pertinentes » par la loi de transition énergétique, ont-elles techniquement évolué en profondeur, ou ont-elles simplement changé de nom ?
Zero Waste France a enquêté sur ces usines dernier cri, et analysé les statistiques communiquées par industriels et pouvoirs publics. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le recyclage ne sort toujours pas gagnant. Aujourd’hui les tentatives de légitimation de cette technologie passent avant tout par la production de combustibles solides de récupération (CSR), des déchets broyés et séchés destinés à l’incinération. Retrouvez notre enquête publiée en trois articles distincts en bas de page.

Usine de « Tri Mécano Biologique » : Quésaco ?

Le tri mécano biologique est une technologie qui s’est surtout développée au cours des années 2000, atteignant une cinquantaine d’installations en France à l’heure actuelle. Le but : séparer a posteriori les déchets organiques et les déchets recyclables du reste des ordures ménagères résiduelles, en vue de leur valorisation notamment par compostage.

L’idée pouvait sembler séduisante mais rapidement, les retours de terrain ont fait état de performances laissant largement à désirer, malgré des investissements lourds (plusieurs millions voire dizaines de millions d’euros par installation). Incendies, casses prématurées et autres fiascos industriels ont achevé de ruiner la réputation de ces usines comme à Angers, ou encore à Montpellier (allant même jusqu’à un audit accablant par la Chambre régionale des comptes Occitanie).

Dans la réalité, ces usines se sont en effet montrées incapables d’extraire efficacement les déchets recyclables des poubelles, hormis les déchets ferreux et non ferreux magnétiquement séparables. Côté traitement des biodéchets, les exploitants comptaient surtout sur l’évaporation naturelle (environ 15% en général du tonnage entrant).  La qualité du compost produit a quant à elle toujours été décriée eu égard au laxisme de la norme NF U 44051, d’application obligatoire. Après des années d’alerte, la nécessité de renforcer cette norme est d’ailleurs une des conclusions des états généraux de l’alimentation.

Face à ce double échec, technique car revenant à continuer à envoyer en décharge une grande majorité des déchets reçus, et financier (des millions d’euros pour ça…), la loi de transition énergétique du 17 août 2015 a qualifié cette technique de « non-pertinente », dans le contexte où en 2025, les déchets organiques doivent être gérés séparément. De récentes décisions de justice viennent d’ailleurs de confirmer que la construction de nouvelles usines est interdite en l’absence d’un tri à la source des déchets organiques, condamnant le TMB mais aussi les autre “tri-préparation” (voir notre article).

Pourtant, des collectivités et des industriels continuent de construire de nouvelles usines de tri sur ordures ménagères résiduelles d’une part, et d’investir lourdement pour l’entretien des existantes d’autre part, en les renommant savamment afin de contourner la lettre de la loi ( « tri-préparation », etc.). Le nouveau mot d’ordre, tout trouvé pour continuer à justifier ces usines dont les industriels et certaines collectivités ne veulent pas se séparer : broyer et sécher les déchets (notamment plastique, papier, etc.) pour produire des combustibles solides de récupération et les envoyer en incinération (« valorisation énergétique »).

03 décembre 2021

Un Pacte du Pouvoir de Vivre pour (re)penser ensemble écologie, solidarité et démocratie

Il y a un mois, la coalition du Pacte du pouvoir de vivre publiait ses 90 propositions pour bâtir une autre société plus juste et écologique. Zero Waste France revient sur le mouvement et ses obje[...]

29 novembre 2021

Que deviennent les vêtements que l’on jette ?

La production de vêtements a doublé entre 2000 et 2014. Si une personne achète désormais 60 % de vêtements de plus qu’il y a 15 ans, elle les conserve cependant moitié moins longtemps. Mais alors,[...]

à la une
24 novembre 2021

Black Friday : une catastrophe écologique et sociale qui perdure en dépit de la loi

A l’heure où des photos de dunes de vêtements, prises dans le désert d’Atacama (au nord du Chili) scandalisent, les grandes entreprises préparent en toute impunité l’opération promotionnelle "Blac[...]

09 novembre 2021

Top 10 des pires pollueurs plastiques 2021 : comme un air de déjà-vu

Le mouvement Break Free From Plastic a récemment publié son audit de marques 2021 qui établit le top 10 des plus grands pollueurs plastique dans le monde. Sans surprise, Coca-Cola Company mainti[...]

08 novembre 2021

Zero Waste France s’attaque à la fast-fashion !

Zero Waste France lance sa nouvelle campagne nationale “Fast-fashion : il est temps de ralentir !”, invitant à la fois les citoyen·nes à changer leur relation aux vêtements, et les marques de la f[...]

02 novembre 2021

Réduire les déchets pour agir sur le climat

Alors que la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26) démarre dans un contexte d’urgence climatique et environnementale toujours plus pressant, Zero Waste France revient sur les lien[...]

22 octobre 2021

Retour sur la matinée technique : réduire le jetable, l’exemple de la restauration collective

Zero Waste France et le WWF ont organisé le 20 octobre une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique et l’us[...]

14 octobre 2021

Expérimentation du “Oui Pub” : la candidature est ouverte pour les collectivités locales

Jusqu’au 26 novembre 2021, les collectivités territoriales qui souhaitent expérimenter le dispositif “Oui Pub” peuvent soumettre leur candidature à l’Ademe : une opportunité d’engagement dans la l[...]

07 octobre 2021

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé une révision du marché carbone européen, outil économique majeur de lutte contre le réchauffement climatique. Or, cette proposition persiste [...]

08 septembre 2021

Le Plan national de prévention des déchets 2021-2027 : comprendre et participer

Le prochain Plan national de prévention des déchets (PNPD) est en phase de concertation jusqu’au 30 octobre prochain. Zero Waste France fait le point sur ce document structurel dans la politique d[...]