Loi anti-gaspillage adoptée : l’analyse de Zero Waste France

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire a été adoptée le 19 décembre 2019. Elle comporte de nombreuses dispositions sur le plastique, l'information des consommateurs, le tri des (bio)déchets, la responsabilité des producteurs, la prévention et le traitement des déchets. En voici notre analyse.

Partager

Si des avancées concrètes sont à saluer, notamment l’interdiction de certains produits à usage unique ou le renforcement de l’information du consommateur, le texte (consultable ici) manque de mesures contraignantes pour enclencher une véritable transition de la société du “tout-jetable” vers l’économie circulaire. 

Zero Waste France s’inquiète ainsi du décalage entre certains objectifs adoptés (fin du plastique à usage unique, diminution de moitié des bouteilles plastiques, 100% plastiques recyclés) et l’absence de dispositions immédiates pour espérer les atteindre. La mise en oeuvre rapide de la loi notamment via ses décrets d’application sera essentielle pour lui donner un maximum de portée. 

Des avancées à souligner

Le texte adopté hier soir contient quelques avancées dans la lutte contre le jetable. A noter : l’obligation de servir dans de la vaisselle réutilisable les repas et boisson pris dans l’enceinte des établissements de restauration(en 2023), qui porte sur un gisement de déchets considérable (une enseigne comme Mc Donalds produisant, en France, 1 kg d’emballages par seconde), la suppression du plastique à usage unique dans les administrations centrales (dès 2022) ou encore l’interdiction des emballages autour des fruits et légumes non transformés (en 2021). Les députés ont également mis un coup d’arrêt au développement des “bioplastiques” en supprimant un certain nombre de dérogations auxquelles ces matériaux pouvaient jusque là prétendre. 

Au niveau de l’information du consommateur, les pratiques de greenwashing sont mieux encadrées avec l’interdiction d’apposer la mention “respectueux de l’environnement” ou encore “biodégradable” sur l’emballage et l’obligation d’indiquer la teneur en matière recyclée effectivement incorporée dans un produit pour pouvoir utiliser le terme “recyclé”. 

Enfin, la loi renforce l’obligation de tri à la source des déchets organiques, en conditionnant l’autorisation de nouvelles usines de tri-mécano-biologique à sa généralisation et en interdisant, à compter de 2027, de produire du compost à partir de déchets organiques extraits des ordures résiduelles.

De nombreux objectifs mais peu de mesures concrètes pour les atteindre

Fin des plastiques à usage unique (d’ici 2040), diminution de moitié des bouteilles plastiques commercialisées (en 2029), 100% plastiques recyclés (d’ici 2025), 5% d’emballages réutilisés (en 2023)… la loi a acté plusieurs objectifs, mais le décalage entre ceux-ci et les mesures concrètes pour les atteindre est considérable ! En effet, dans le même temps, l’Assemblée a rejeté les propositions de fixer des quotas contraignants d’emballages réutilisables à commercialiser pour les entreprises, d’interdire la mise en marché d’emballages non recyclables ou encore de bannir les petits formats de bouteilles (-50cl).

Ce sont les entreprises qui choisissent de commercialiser ou non leurs produits emballés dans du plastique. Sans mécanismes permettant de les contraindre à investir dans des solutions de vente en vrac ou d’emballages réutilisables, les objectifs nationaux de réduction du plastique adoptés risquent fort de rester des voeux pieux.

Vigilance extrême pour la phase de mise en oeuvre

La loi sera examinée en commission mixte paritaire en janvier, puis promulguée au début de l’année prochaine. Mais l’application de plusieurs mesures inscrites dans la loi vont dépendre de décrets d’application qui devront fixer l’ambition et le rythme de mise en oeuvre. Par exemple, une disposition votée hier prévoit que l’Etat fixe par décret la proportion minimale d’emballages réutilisables à atteindre pour chaque flux d’emballages et catégories de produits (boissons, produits frais, cosmétique, etc). 

Il n’est pas rare que des mesures ambitieuses votées dans la loi voient cette ambition considérablement réduite dans les décrets d’application qui suivent. Pire encore, certaines ne sont tout simplement pas appliquées, faute de moyens ou parfois de volonté de l’Etat pour le faire.

Les réactions négatives suite à l’annonce de la suppression des plastiques jetables en 2040 ont démontré que les citoyens attendent des avancées rapides et visibles dans le domaine de la lutte contre la pollution plastique. La responsabilité du gouvernement est donc immense pour enclencher immédiatement ces changements et il est très regrettable que certains arbitrages soient repoussés à un nouveau cycle de négociation et de planification qui prendra plusieurs années. 

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]