Vers un monde sans déchets ?

A lire ou à écouter : Zero Waste France et Baptiste Monsaingeon décryptent les solutions actuelles qui sont proposées pour réduire les déchets.

Partager

Incinération, enfouissement, recyclage, économie circulaire, mesures d’interdiction : quelles sont les solutions qui permettront de véritablement résoudre le problème des déchets ? Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France et Baptiste Monsaingeon, sociologue, ont apporté leur analyse dans l’émission “Entendez-vous l’éco ?” (France Culture).

“On perd conscience de la réalité du déchet”

Tout d’abord, les déchets que nous voyons, chez nous, sont ceux qui se trouvent en bout de chaîne. Ce point de vue partiel laisse oublier que la phase de production est elle aussi responsable de surconsommations. La fabrication d’un four à micro-ondes, par exemple, requiert plus de deux tonnes de matières premières. Ensuite, la collecte parfois quotidienne, puis la, la mise en décharge,  et l’incinération des déchets donnent l’impression que ces derniers  disparaissent et font oublier les quantités que l’on en produit. Ces modes de traitement modernes sont pourtant loin de résoudre le problème. En plus de générer des pollutions, ils ne permettent que d’éliminer une partie des déchets. Ainsi, sur une tonne de déchets envoyés en incinérateur, environ 20% en ressortent sous forme de mâchefers (imbrûlés, incombustibles, cendres…).

“Le recyclage ne peut pas être la seule solution proposée”

Si le recyclage est bel et bien indispensable, il n’est pas suffisant puisqu’il ne permet pas de réduire les quantités de déchets, sinon d’économiser un peu de matière et de repousser le moment où la matière va devenir un déchet. Par ailleurs, la quantité de déchets à recycler est telle, dans les pays occidentaux, qu’elle excède les capacités de recyclage nationales. Cette surproduction entraîne une exportation des déchets dans d’autres pays, créant par la même occasion des pollutions et des inégalités environnementales et sociales.

“Les biodéchets n’ont pas vocation à rejoindre la poubelle”

70% de déchets organiques (restes de nourriture, marc de café, feuilles mortes…) sont encore enfouis ou incinérés alors que, triés à la source, ils peuvent être valorisés, notamment sous forme de compost. C’est d’ailleurs l’obligation que prévoit la Loi de transition énergétique d’ici 2025, incitant ainsi la mise en place de nouveaux services publics pour gérer la collecte de ces biodéchets. Cette solution permet non seulement de réduire le gaspillage de cette matière précieuse pour les sols mais elle est aussi, comme en témoigne Robert Reed, porte-parole de Recology à San Francisco, source d’économies.

Pour tout savoir sur les biodéchets

Pourquoi faut-il les séparer du reste de la poubelle ? Comment les valoriser chez soi, au bureau, avec sa commune ?

Découvrir biodechets.org

“L’économie circulaire, c’est aussi un changement d’usages et de pratiques”

L’économie circulaire est définie par opposition à l’économie linéaire : celle qui extrait, produit et jette. C’est l’idée d’une boucle dans laquelle la matière est réutilisée. Mais il ne faut pas se limiter à cette définition qui rejoint celle du recyclage : l’économie circulaire concerne aussi les usages. Il faut ainsi préférer la réparation, le réemploi ou encore le partage d’un objet en circulation à l’achat d’un objet neuf. Car l’enjeu, c’est en effet d’allonger la durée de vie et d’usage des objets, en favorisant des modèles économiques basés sur la fonctionnalité, plutôt sur que le volume.

Le Défi « Rien de neuf ? »

Le concept : essayer d’acheter le moins d’objets neufs (électroménager, livres, vêtements, meubles…) possible pendant un an

Rejoindre le Défi

“Il faut des contraintes et pas uniquement des démarches volontaires”

Comme le montre la participation de presque 13 000 personnes au Défi “Rien de neuf ?”, ce n’est pas la volonté des citoyens qui manque pour changer de pratiques. Mais leur motivation se heurte à des limites auxquelles il faut s’attaquer. C’est le cas de l’obsolescence programmée, non seulement technique mais aussi psychologique. La récente publicité de Cdiscount et la plainte dont elle a fait l’objet par l’Ademe en est l’illustration. Il revient alors aux pouvoirs publics de prendre des mesures et surtout de veiller à leur mise en oeuvre pour réduire considérablement les déchets, comme dans le cas de la loi EGAlim qui contient plusieurs mesures d’interdiction de produits jetables.

C’est donc grâce à la combinaison de ces solutions que nous pourrons considérablement réduire la production de déchets et refermer la parenthèse de la surconsommation et du gaspillage.

Ecoutez le podcast sur France Culture

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]