26 septembre 2018
Flore Berlingen

Inédit : la « face cachée » de nos objets dévoilée par l’Ademe

L'Ademe a passé au peigne fin le cycle de vie de 45 objets et équipements de notre quotidien. Ces données inédites nous permettent de connaître le bilan carbone mais aussi le poids total de matières premières utilisées pour la production de chaque objet.

Partager

L’étude publiée par l’Ademe est une première : aucune information aussi complète sur l’impact environnemental des biens de grande consommation n’était jusqu’alors disponible. Analyse de cycle de vie, bilan carbone et bilan matières ont été réalisés pour 45 objets et équipements de la vie quotidienne : électronique, électroménager, vêtements et chaussures, meubles, articles de sport. La production d’un smartphone doté d’un écran 5 pouces requiert ainsi 183 kg de matières premières et émet 33 kg de CO2.

Face cachée objets

L’impact de la production des objets

Ce que vient confirmer et illustrer cette étude, c’est notamment le poids prépondérant de la phase de production, comparée aux autres phases du cycle de vie (distribution, utilisation, fin de vie) d’une grande partie des objets analysés. Pour les équipements électroniques, la phase d’extraction des matières premières est ainsi “assez largement la plus contributrice aux quatre indicateurs d’impact retenus (changement climatique, épuisement des ressources minérales et fossiles, acidification et effets respiratoires)” note l’Ademe. Pour les produits moins pourvus en électronique (l’électroménager, bien qu’il soit également gagné par les écrans) , le bilan est plus équilibré entre phase de production et phase d’utilisation. Pour les textiles et chaussures, la balance pèse à nouveau du côté de la production, ainsi que pour les meubles, avec toutefois des différences importantes selon les matériaux utilisés et le lieu de production.

L’étude offre en outre des données inédites sur la quantité de matières premières utilisées pour produire chacun des 45 équipements analysés.  Cette “face cachée” de nos objets, invisible pour le consommateur final, pèse très lourd : le ratio peut aller jusqu’à 350 fois la masse de l’objet final pour l’électronique, jusqu’à 75 fois pour le textile, etc. Un simple four à micro-ondes de 13 kg “pèse” ainsi en réalité plus de 2 tonnes de matières premières, et la production de chaussures en tissu requiert 38 fois plus de ressources que leur poids final.

Autrement dit, chaque produit est un investissement en ressources

Il faut donc absolument faire durer le plus longtemps possible si l’on souhaite, a posteriori, éviter le gaspillage de ces ressources. Ces conclusions posent bien évidemment aussi la question de ce qui “vaut la peine” d’être produit, compte-tenu des conséquences sur les changements climatiques et autres impacts environnementaux.

Comment agir et à quel niveau ?

Ce constat chiffré dressé par l’Ademe peut nous permettre d’identifier des leviers d’action tout à fait concrets, au niveau individuel mais aussi collectif, politique, économique et fiscal.

Les 5 recommandations mises en avant par l’Ademe concernent nos choix quotidiens : éviter le suréquipement, le surdimensionnement (des écrans, par exemple), opter pour la réparation, faire le choix de produits éco-conçus, éviter de renouveler trop souvent les achats. Ces nouveaux réflexes font partie du quotidien des 12 000 participants au Défi “Rien de neuf” lancé par Zero Waste France en janvier 2018.

Toutefois et les premiers bilans de ce Défi l’illustrent, l’action des individus peut avoir une limite très nette : celle de la (faible) durabilité des équipements disponibles. Qualité inférieure, durée de vie réduite et non-réparabilité sont des facteurs de renouvellement accéléré des achats, avec, pour chaque produit neuf, les impacts décrits ci-dessus.

De petites améliorations concédées par les fabricants devant la grogne de leurs utilisateurs ne seront pas suffisantes : produire l’objet qui durera le plus longtemps possible doit devenir le nouvel objectif de recherche et développement des fabricants. Ce qui implique de sortir d’un modèle de production fondé sur la croissance du chiffre d’affaire, lui-même lié aux volumes écoulés.

Zero Waste France rappelle que trois catégories de mesures peuvent être combinées par les pouvoirs publics pour accélérer cette transition :

  • Obligations d’information du public,
  • Contraintes réglementaires portant sur la conception et fabrication,
  • Incitations fiscales.

Alors que le Projet de loi de finances (PLF) 2019 est en discussion, c’est sur ce volet fiscal que des mesures pourraient être ajoutées à la feuille de route du gouvernement. Au-delà de l’augmentation de la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) qui touche l’aval (l’incinération et la mise en décharge des objets arrivés en fin de vie), il est urgent de mettre en place des incitations en amont : réduction de la TVA sur la réparation par exemple, taxation spécifique portant sur les objets à usage unique, non recyclables et/ou produits à partir de ressources non renouvelables.

Ce rééquilibrage économique par la fiscalité ou les contraintes réglementaires est indispensable pour que les alternatives, déjà largement présentes mais pas encore majoritaires, puissent pleinement se déployer. En effet, les activités de l’économie circulaire (dont une grande partie dans le champ de l’ESS) ne pourront pas devenir aussi “compétitives” (ce à quoi le discours politique et économique dominant les encourage, voire les enjoint) tant que leurs concurrentes de l’économie linéaire n’internalisent pas le coût environnemental de leurs activités.

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.