Recyclo’Bat réemploi les matériaux de construction

Le réemploi des matériaux de construction c'est possible ! Recyclo'bat en a fait son business depuis 2012.

Partager

Cet article de Virginie Mailles Viard est paru en première publication sur le site Touléco-green.fr.

Le projet Recyclo’Bat s’inscrit dans le paysage anarchique des déchets du bâtiment. Dans leur magasin de 130 mètres carrés à Cugnaux (31) Edouard Baudouin et David Muse gèrent, reconditionnent et vendent des déchets collectés sur des chantiers. Depuis 2012, ils font du réemploi. Autrement dit, « on ne recycle pas le déchet, explique Edouard Baudouin. On le récupère, on le reconditionne pour le rendre vendable. Là où Emmaüs, la Glanerie, s’intéressent aux déchets des particuliers, nous nous attaquons à la filière industrielle. Les entreprises jettent beaucoup, même du neuf. Et les délais sur chantiers ne permettent pas de prendre le temps de conserver les matériaux pour un futur chantier. De plus, le retraitement des déchets est de plus en plus cher et contraignant pour les petites entreprises. »

Dans le magasin de Recyclo’Bat, pas de transformation. Edouard Baudouin et David y promeuvent le réemploi en réalisant eux-mêmes des meubles à partir de matériaux de récupération. Aux côtés des matériaux d’ameublement, de bricolage collectés, neufs ou d’occasion, tous disponibles pour les particuliers et professionnels.

Reconditionné, le déchet devient une matière réutilisable

Cent millions de tonnes par an, voilà le volume des déchets du bâtiment en France. Quatre-vingts pour cent finissent enfouis ou incinérés, ce qui fait sérieusement grimper la note des émissions de CO2 imputée au secteur. Alors que reconditionné, le déchet devient une matière réutilisable pour le particulier. Recyclo’Bat s’identifie comme cet entre-deux, « entre déchetterie et magasin de bricolage afin de collecter, valoriser, revendre. » Une passerelle entre deux mondes, mais où le premier fait grise mine. « Les professionnels ne veulent pas payer la collecte, qui est un service que l’on facture. Aujourd’hui, ils broient, enterrent, transportent ces déchets dans des bennes. »

Le rebuilding center de Portland : le rêve américain

La plate-forme Recyclo’Bat puise ses racines dans l’Oregon. Créé dans les années 90, le Rebuilding Center de Portland est devenu le lieu emblématique de la survie des matériaux voués à la décharge. On y trouve et achète à des prix sacrifiés, de l’ameublement et des matériaux de construction, sauvés in extrémis. Avec 35 tonnes traités par semaine, 2 millions de dollars brut par an, et 50 emplois, le Rebuilding Center est devenu le plus grand berceau de matériaux de construction récupérés des Etats-Unis. Un rêve devenu possible grâce à quelques mesures : l’augmentation du coût d’enfouissement, une loi obligeant les acteurs à récupérer 50% des matériaux issus de la démolition, des aides fiscales pour les dons en matériaux.

« Mais que font les institutionnels français ? » s’interroge Edouard Baudouin. « Le réemploi doit avoir sa place dans les appels d’offre. Il n’existe pas aujourd’hui en France de structure telle qu’une ressourcerie spécialisée sur les déchets du bâtiment alors que des gisements importants et exploitables existent. En s’appuyant sur ce modèle notre structure propose une gestion complémentaire et innovante d’une partie des déchets du Bâtiment Travaux Publics, de l’industrie et des particuliers. Et de participer ainsi à structurer une filière de réemploi spécialisée. »

Subventionné par le FSE, le Fond Social Européen, le projet Recyclo’Bat a bénéficié de l’accompagnement Adress [1] . Il a reçu le prix Talent Créactiv’ 2014 par Toulouse Métropole, le Talent BGE 2014 Midi-Pyrénées et le Talent BGE National 2014 catégorie Economie Sociale et Solidaire. Recyclo’Bat travaillera dès 2015 avec la Sita, un partenariat qui devrait permettre au projet de prendre l’ampleur qu’il mérite.

[1] Accompagnement pour le Développement et la Réussite en ESS

03 juillet 2020

Bioplastiques, compostables, biosourcés : on fait le point !

Ils sont “biodégradables”, “biosourcés”, ou encore “compostables” et sont parfois présentés comme une solution à la pollution plastique. Zero Waste France fait le point sur les appellations utilis[...]

à la une
30 juin 2020

Le livre qui dévoile les travers du tout-recyclage

Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, publie "Recyclage, le grand enfumage : comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable" aux éditions Rue de l’échiquier.

18 juin 2020

Black Lives Matter : de la nécessité de lutter contre le racisme pour une société juste et écologique

En soutien au mouvement Black Lives Matter, Zero Waste France rappelle les liens indissociables entre lutte contre la crise climatique et lutte contre le racisme systémique.

28 mai 2020

“Zéro déchet : pour les règles aussi !” – pourquoi et comment sensibiliser aux protections réutilisables ?

La journée mondiale de l’hygiène menstruelle du 28 mai 2020 est l'occasion de rappeler l'intérêt de lever les tabous autour des règles et de partager la diversité des actions mises en œuvre grâce [...]

10 mai 2020

Déconfinement : le recours massif au jetable ne doit pas être l’unique proposition

Nous appelons à débattre de l'impact environnemental des mesures prises dans le cadre du déconfinement.

05 mai 2020

Deux nouveaux recrutements !

Ça bouge dans l'équipe de Zero Waste France ! Dans le cadre de remplacements, un poste de responsable plaidoyer et un poste de directeur/directrice sont ouverts.

30 avril 2020

L’équipe de Zero Waste France grandit et se renouvelle

Il y a du mouvement dans l'équipe de Zero Waste France ! Flore Berlingen, directrice de l'association, vous explique "qui fait quoi" et dévoile deux nouveaux recrutements...

23 avril 2020

Le MEDEF s’attaque à la loi anti-gaspillage

Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositi[...]

16 avril 2020

Crise sanitaire et (zéro) déchet : questions – réponses

Peut-on continuer à mettre en oeuvre la démarche zéro déchet, zéro gaspillage pendant le confinement ? Y'a-t-il des pratiques à éviter ?

à la une
15 avril 2020

Le lobby du plastique profite de l’épidémie pour chercher un nouvel élan

Samedi 12 avril, le journal Le Monde publiait une enquête explicitant les stratégies du lobby du plastique pour tenter un retour en force à la faveur de la crise sanitaire. Il est vrai que ces der[...]