Mon STOP PUB n’est pas respecté ! Que faire?

Votre boîte aux lettres est équipée d’un autocollant STOP PUB mais vous recevez toujours des publicités ? Voici nos conseils pour passer à l’action !

Partager

Votre boîte aux lettres est équipée d’un autocollant STOP PUB mais vous recevez toujours des publicités ? Voici nos conseils pour passer à l’action ! L’Ademe a estimé que les publicités et imprimés non adressés représentent environ 31 kg par foyer par an. A ce sujet, le site Stop Pub apporte beaucoup d’informations et de solutions. Il présente par exemple quoi faire si votre autocollant est arraché par votre syndic ou gardien d’immeuble.

Commander des autocollants Stop Pub

Quelques conseils pour que l’autocollant STOP PUB soit mieux pris en compte

  • le rendre bien visible, avec une taille et des couleurs adaptées (voir l’autocollant de ZeroWaste France ci-dessous)
  • qu’il soit officiel : même si tout support doit pouvoir faire l’affaire, peut-être n’est-il pas respecté parce qu’il n’a pas l’air officiel. Demandez-en un à Zero Waste France, au groupe local Zero Waste proche de chez vous (trouvez-le ici),  ou bien directement auprès de votre mairie
  • proposez-en à vos voisins : votre action sera d’autant plus efficace si vous êtes nombreux dans la démarche. Vous pouvez faire une commande groupée d’autocollants avec vos amis et voisins

Comment le faire respecter?

Si vous avez déjà fait la démarche d’apposer un autocollant sur votre boîte aux lettres mais qu’il n’est pas respecté, plusieurs solutions s’offrent à vous.

Rendre la pub aux commerçants

Vous recevez sans cesse le menu du restaurant d’à côté ou les publicités des agences immobilières du quartier ? Il est possible de rapporter les documents reçus aux commerçants locaux qui les ont déposés. A ce moment, il est utile de leur rappeler aimablement que la présence du STOP PUB indique que l’on ne souhaite pas recevoir leurs publicités, mais aussi que son non-respect représente une infraction.

Contacter la société de distribution

Parfois, les publicités sont distribuées par des sociétés externes (les catalogue de supermarchés ou les menus de grandes chaînes de pizza par exemple). Dans ce cas, le mieux est de contacter la société de distribution pour leur mentionner que votre STOP PUB n’est pas respecté. Si cela persiste, vous pouvez leur envoyer une lettre de signalement (voir un exemple de courrier type interpellant directement les marques).

Dans les deux cas, il est utile de savoir que le non-respect de cet autocollant fait l’objet, depuis le 1er janvier 2021, d’une contravention de la cinquième classe (article L. 541-15-15 du Code de l’environnement) : le dépôt de publicités dans une boîte aux lettres équipée d’un STOP PUB est passible d’une amende allant jusqu’à 7500€ pour les personnes morales, voire 15 000€ en cas de récidive.
Pour le rappeler, vous pouvez utiliser cette affiche ou une étiquette, à mettre dans votre hall d’immeuble ou directement sur votre boîte aux lettres par exemple.

Que faire si votre autocollant est arraché?

Les syndics ou concierges n’ont le droit de retirer votre STOP PUB que si le règlement intérieur de l’immeuble interdit de modifier l’aspect visuel des boîtes aux lettres. Mais dans ce cas, il doit proposer une alternative à l’autocollant qui lui convienne. En revanche, si il n’y a aucune mention de ce type dans le règlement intérieur, arracher l’autocollant constitue une infraction.

Interpeller les marques sur les réseaux sociaux

Enfin, pour les marques nationales, un moyen efficace est de les interpeller sur les réseaux sociaux tels que Twitter ou Facebook, avec une phrase simple et une photo, en citant la marque avec des mots clés type #stoppub #zerodechet #infraction. Cela affecte leur image publique et les incite à réagir.

Par exemple, voici une action qui a bien fonctionné car l’enseigne concernée a répondu directement en s’engageant à mieux respecter l’autocollant.

Et la publicité adressée directement à votre nom?

Dans le cas où vous recevez des documents à titre nominatif, le STOP PUB n’est pas opposable. Vous disposez cependant d’un droit d’accès à vos données, ainsi que d’un droit de rectification / opposition : vous pouvez ainsi demander le retrait de vos informations personnelles d’un fichier informatique non-obligatoire, et indiquer qu’à défaut vous saisirez la CNIL.

Vous voilà équipés de clés d’action : participez à la réduction des publicités et des déchets qui en résultent !

Actualités

à la une
11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]

06 mars 2024

Règlement européen sur les emballages : Zero Waste France et No Plastic In My Sea regrettent un texte édulcoré et insuffisant pour mettre fin au tout-jetable

Les négociations sur le règlement UE sur les emballages ont abouti lundi 4 mars 2024 sur un accord de compromis entre les États membres et le Parlement européen, mais l’accent mis sur le recyclage[...]

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]