08 septembre 2021
Moïra Tourneur

Le Plan national de prévention des déchets 2021-2027 : comprendre et participer

Le prochain Plan national de prévention des déchets (PNPD) est en phase de concertation jusqu’au 30 octobre prochain. Zero Waste France fait le point sur ce document structurel dans la politique de prévention des déchets et sur les modalités de participation citoyenne.

Partager

Un plan pour condenser la politique française de prévention des déchets

“Donner la priorité à la prévention et à la réduction de la production de déchets” constitue le premier des objectifs de la politique nationale de prévention et de gestion des déchets, inscrits dans le code de l’environnement. A cet égard, il est prévu qu’en plus de la loi et de ses décrets et arrêtés d’application, un document de planification nationale en matière de prévention des déchets soit élaboré par le ministère chargé de l’environnement : c’est le Plan national de prévention des déchets (PNPD), qui existe depuis 2010. 

Ce plan a vocation à dresser un inventaire exhaustif des objectifs nationaux de prévention des déchets fixés par la loi, des mesures de prévention des déchets déjà mises en œuvre, de celles qui doivent être poursuivies et des nouvelles mesures à mettre en place, ainsi que d’une évaluation de l’impact de ces mesures. Il doit également déterminer les situations de référence, les indicateurs associés aux mesures de prévention des déchets et la méthode d’évaluation utilisée.

Le PNPD doit donc être un outil récapitulatif de la réglementation déjà existante, mais aussi comporter des mesures plus concrètes à l’usage des acteurs de la prévention des déchets (collectivités locales et entreprises en particulier) visant à l’atteinte des objectifs de la France en matière de prévention des déchets – objectifs qui découlent bien souvent du droit européen. 

Le PNPD est un outil qui innerve plusieurs autres outils de planification du droit français : en particulier, les plans régionaux de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) et les schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) doivent être compatibles avec le PNPD, uniquement concernant les mesures de réduction de la pollution plastique

Le précédent PNPD couvrait la période 2014-2020 ; ce projet de nouveau plan arrive donc avec du retard, et dans un contexte de bilan très mitigé du précédent plan. En effet, les objectifs fixés par le PNPD 2014-2020 sur la base de la réglementation française et européenne sont pour la plupart loin d’avoir été atteints. A titre d’exemple, si le plan prévoyait une baisse de 10 % de la production de déchets ménagers et assimilés par habitant entre 2010 et 2020, cette dernière n’a diminué que de 1,3 % entre 2010 et 2018. Les attentes de Zero Waste France à l’égard du prochain plan sont ainsi d’autant plus fortes que l’urgence climatique et environnementale se fait plus pressante.

Objectifs 2021-2027 : une redite de la législation qui manque de précision et d’opérationnalité

Contrairement au précédent programme national qui consacrait des axes d’action distincts aux différents types de déchets (déchets d’activités économiques, du bâtiment, gaspillage alimentaire, déchets marins, etc.), le présent plan entend traiter globalement la prévention des déchets à travers 5 axes d’action thématiques orientés autour de l’écoconception, la réparation, le réemploi, la réduction et la lutte contre le gaspillage, ainsi que l’action publique.

Ministère de la Transition écologique

Au-delà des mesures prévues par la loi comme la disponibilité des pièces détachées pour les équipements électriques et électroniques, l’augmentation de la part des emballages réutilisés et réemployés mis en marché par rapport aux emballages à usage unique, ou encore le développement de la vente en vrac et l’interdiction de plastique à usage unique pour les fruits et légumes, le plan 2021-2027 entend mobiliser les acteurs économiques à grand renfort d’accords volontaires. Alors que ce type d’acteurs a un rôle de premier plan à jouer dans la réduction de la production de déchets à la source et la conception de produits plus durables, réparables et réemployables, Zero Waste France estime que de tels engagements uniquement volontaires resteront insuffisants. Elle propose plutôt la mise en place de feuilles de routes assorties d’échéances et d’indicateurs précis ainsi que d’obligations de reporting par filières afin d’engager fortement et durablement les entreprises.

Par ailleurs, si le plan est effectivement supposé condenser la réglementation et les objectifs existants en matière de prévention des déchets, Zero Waste France regrette qu’il se contente globalement de les rappeler sans les doter de moyens d’action et de mise en œuvre concrets. A titre d’exemple, le plan prévoit dans son axe 2 la mise en place des fonds réparation pour certaines filières REP – une mesure instaurée dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Pour autant, il n’y associe aucune mesure plus précise, répétant simplement la lettre de la loi à cet égard. 

Dans cette perspective, l’association craint que le plan ne manque une nouvelle fois ses objectifs en évitant de leur allouer de véritables moyens de mise en œuvre. C’est pourquoi elle a formulé plusieurs propositions pour préciser les différentes mesures énoncées : elle suggère notamment la mise en place d’une grille hiérarchisée permettant de proportionner le soutien public aux efforts de R&D en matière d’écoconception (mesure 1.1.3), que l’utilisation des fonds réparation et réemploi des différentes filières REP fassent l’objet d’un reporting dédié (mesures 2.1.1 et 3.1.2), ou encore que les acteurs qui recyclent les invendus fournissent un justificatif prouvant que le réemploi des produits n’a pas été possible (4.4.1).

Lire la contribution de ZWF sur le PNPD

La possibilité pour les citoyen·nes de s’exprimer sur le plan

Conformément aux dispositions prévues par le code de l’environnement, le ministère de la Transition écologique organise une concertation du public au cours de l’élaboration du plan. Les citoyen·nes sont donc invité·es à donner leur avis sur le plan et ses mesures d’ici au 30 octobre prochain sur la plateforme dédiée.

Pour chaque axe, il est possible de voter pour les mesures qui apparaissent les plus pertinentes, d’évaluer leur niveau d’ambition et détailler leurs conditions de réussite. De même, différents webinaires et ateliers participatifs sont prévus pour informer les personnes et recueillir leur opinion.

Alors que les acteurs notamment économiques ne manqueront pas de faire remonter leurs préoccupations quant au contenu du plan, cette consultation est l’occasion de faire entendre sa voix citoyenne. En l’état, ce document pourtant socle de la politique de prévention des déchets en France, et qui servira de référence dans les prochaines années, pèche par son manque d’ambition globale en évitant de prévoir des moyens de mise en œuvre adéquats. En complément d’ONGs comme Zero Waste France, les citoyen·nes peuvent aussi interpeller les pouvoirs publics et demander à rehausser l’ambition des mesures

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]