Loi anti-gaspillage au Sénat : des reculs sur le plastique, des avancées concrètes pour la seconde main

La loi anti-gaspillage était débattue cette semaine au Sénat. Concernant le développement de la consigne et la lutte contre les produits plastique à usage unique, la loi enregistre certains reculs. En revanche, la chambre haute a nettement rehaussé l’ambition du texte de loi en matière d’allongement de la durée de vie des produits.

Partager

Rien n’est cependant gravé dans le marbre à ce stade : le texte de loi sera débattu à l’Assemblée Nationale à partir du mois de novembre. Les mesures listées ci-dessous sont donc pour l’instant provisoires.

Lutte contre le plastique à usage unique, les actions concrètes repoussées à plus tard

Le sujet des emballages et des plastiques à usage unique a occupé une place importante dans les débats. On peut se réjouir en la matière de certaines avancées : 

  • Le droit de se faire servir dans son contenant personnel : La pratique n’était pas interdite, mais le fait de l’inscrire formellement dans la loi devrait rassurer les commerçants et faciliter le geste pour les clients !
  • L’interdiction de mise à disposition gratuite de bouteilles plastiques dans les établissements recevant du public à partir de 2021. 
  • Des mesures spécifiques pour lutter contre la dispersion des granulés de plastique industriels dans l’environnement.  

Mais au delà de ces quelques mesures, aucune avancée concrète et immédiate pour lutter contre le plastique à usage unique n’a été prise. Au contraire, le Sénat a reculé sur les interdictions de produits plastique à usage unique censées entrer en vigueur dans quelques mois. Exit l’interdiction des coupes à glace et des boîtes en plastique jetables, pourtant prévues pour janvier 2020. L’interdiction des pailles, des assiettes filmées en plastique et des couverts à usage unique est quant à elle repoussée d’un an, et les exemptions pour les bioplastiques et plastiques “compostables” sont maintenues. Les sénateurs ont également refusé de faire un pas supplémentaire dans la transition du jetable au réutilisable. Pourtant proposée par plusieurs groupes politiques, l’interdiction d’utiliser des emballages jetables pour les repas pris sur place dans les établissements de restauration n’a pas été adoptée

A toutes ces mesures concrètes et rapide d’application, le Sénat a préféré des objectifs lointains, sans doute moins susceptibles de “fâcher” immédiatement les lobbies industriels, comme celui d’une diminution de 50% des emballages en plastique à usage unique en 2030 (puis de nouveau 50% d’ici 2040). 

La consigne : un projet non-abouti

La mise en place d’une consigne sur les emballages était un des points phare du projet de loi, et il a sans surprise occupé une part importante des débats. Côté positif, on peut se féliciter que les sénateurs aient réaffirmé dans les débats la priorité à donner au réemploi des emballages (emballages en verre qui peuvent être lavés et remplis à nouveau) par rapport au recyclage (consigne sur les bouteilles plastique). Cependant, dans le texte, le projet de loi reste largement insuffisant. En effet, le Sénat s’est contenté de supprimer la possibilité de mise en place d’une consigne sur les bouteilles plastique ou les canettes, rendant la consigne possible uniquement pour réemploi (sur les bouteilles en verre). Mais pour que la consigne sur les bouteilles en verre devienne une réalité, la question principale à se poser est : comment inciter/contraindre les entreprises à basculer d’un emballage jetable vers un emballage réutilisable en verre

Pour parvenir à cela, il faut, selon Zero Waste France, prioritairement faire progresser concrètement le réemploi du verre grâce à des mesures spécifiques de soutien à la pratique (financement de laveuses, quota réemploi, etc). Dans un second temps, des systèmes de consigne mixtes (pour réemploi et recyclage) peuvent être développés, à condition que tout investissement dans le système de consigne pour recyclage profite également au réemploi : par exemple, que les machines de déconsignation soient susceptibles d’accueillir également les emballages en verre réutilisables.  Autant de mesures techniques et concrètes qui n’ont pas été retenues à ce stade.

Des avancées majeures pour favoriser l’allongement de la durée de vie des produits

De nombreuses dispositions ont été intégrées dans le texte de loi visant à permettre l’allongement de la durée de vie des produits, grâce à une meilleure information du consommateur, au soutien à la réparation et à la seconde main. Quatre avancées majeures peuvent être saluées :

  • La création d’un “Fonds réemploi solidaire”, financé par les entreprises productrices de produits neufs (via les filières REP), qui viendra soutenir les structures de l’ESS et de la solidarité (ressourceries, Emmaüs) qui récupèrent et revendent les produits de seconde main;
  • La création d’un “Fonds réparation”. Financé également par les entreprises productrices de produits neufs (via les filières REP), ce fonds permettra de rembourser au consommateur une partie des coûts de réparation lorsqu’elle est effectuée par un réparateur labellisé;  
  • Des indices pour orienter le choix des consommateurs : un indice de réparabilité sera apposé sur certains produits. Il permettra de savoir, lors de l’achat, si un produit est facilement réparable. Le Sénat a prévu qu’il soit complété d’un indice de durabilité du produit, plus large, à partir de 2024;
  • Une garantie logicielle, qui impose une obligation pour les constructeurs de proposer des mises à jour logicielles jusqu’à 10 ans après la mise en vente d’un téléphone ou d’un ordinateur;

En matière d’information du consommateur, on peut déplorer cependant en parallèle un recul important : le texte de loi rédigé par le gouvernement prévoyait que les bonus-malus auxquels sont soumis les produits en fonction de certains critères comme la recyclabilité ou la réparabilité soient affichés directement sur le produit, pour orienter le choix du consommateur. Cette mesure a été supprimée et les sénateurs ont par ailleurs ouvert la porte à une information “dématérialisée”, c’est-à-dire sur internet plutôt que sur le produit lui-même. Une possibilité qui diminue fortement l’accessibilité de l’information pour le consommateur.

Ainsi, si la loi sort du Sénat indubitablement renforcée sur de nombreux aspects, liés notamment à l’allongement de la durée de vie des produits, il reste encore du chemin à parcourir pour que le texte permette dans les années à venir une réduction concrète et massive des produits et emballages jetables en plastique. La balle est désormais dans le camp des députés qui se pencheront sur le texte en novembre. 

Actualités

16 janvier 2023

Emballages des fruits et légumes : contre le grand retour du plastique !

Près d’un an après sa mise en œuvre, l’interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique est déjà en sursis. Zero Waste France agit avec les citoyen·nes pour se prémunir d’un recul cont[...]

à la une
09 janvier 2023

Zero Waste France et 2 autres ONGs assignent Danone en justice pour son utilisation de plastique

Zero Waste France, ClientEarth et Surfrider Foundation Europe assignent en justice le géant de l’agroalimentaire Danone pour son utilisation de plastique. Selon ces ONGs, Danone ne respecte pas la[...]

01 janvier 2023

Loi anti-gaspillage : quoi de neuf en 2023 ?

Bientôt trois ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, certaines de ses mesures se font encore attendre. Zero Waste France revient su[...]

13 décembre 2022

Retour sur la matinée technique du 17 novembre 2022 : « Commande publique contre déchets plastiques »

Zero Waste France et le WWF ont organisé le 17 novembre 2022 une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique e[...]

07 décembre 2022

Plaidoyer zéro déchet : journal de bord 2022

Depuis sa création en 1997, Zero Waste France se donne pour mission de faire avancer les politiques publiques pour réduire les déchets. À travers ses actions de plaidoyer, l'association vise à fai[...]

05 décembre 2022

Déchets = énergie verte : vraiment ?

Alors que l’Assemblée nationale arrive vers la fin de l’examen du projet de loi énergies renouvelables, Zero Waste France revient sur l’occasion manquée d’aligner les politiques déchets et énergie[...]

15 novembre 2022

La résistance à la fast-fashion s’organise sur tout le territoire !

SERD 2022 : du 19 au 27 novembre, les groupes locaux Zero Waste vous ont concocté un programme aux petits oignons, pour résister à la fast-fashion partout en France. Cinés-débats, jeux de société,[...]

06 octobre 2022

Zéro déchet : un livre pour en finir avec la société du tout-jetable

Dans leur nouveau livre "Déchets partout, justice nulle part. Manifeste pour un projet de société zéro déchet, zéro gaspillage", Alice Elfassi et Moïra Tourneur, toutes deux salariées de Zero Wast[...]

05 octobre 2022

Un rapport de la Cour des comptes critique la gestion des déchets en France

Ce nouveau rapport se montre sévère avec le service public de gestion des déchets ménagers en France. Il valide également une grande partie de l’analyse et des propositions de Zero Waste France.[...]

28 septembre 2022

9 entreprises mises en demeure pour non-respect du devoir de vigilance lié à leur utilisation du plastique

Surfrider Foundation Europe, ClientEarth et Zero Waste France mettent en demeure 9 géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution pour l’insuffisance de leurs actions dans la réduction d[...]