19 février 2021
Moïra Tourneur

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engagements volontaires qui constituent une bonne première étape - à la condition essentielle que les annonces se concrétisent en actes.

Partager

L’essor de la restauration livrée et de ses déchets

Quelques mois après l’entrée en vigueur de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, l’ancienne secrétaire d’Etat à l’économie circulaire Brune Poirson avait réuni en juillet 2020, les acteurs de la restauration livrée pour leur demander de travailler sur des stratégies “zéro déchet”. En effet, avec plus de 200 millions de repas livrés en 2019, et considérant que 3 à 4 emballages sont utilisés par repas, le secteur de la restauration livrée, à l’origine de plus de 600 millions d’emballages à usage unique par an, est fortement producteur de déchets. Ce sont autant de pollutions liées à la fabrication de ces emballages et à leur traitement en fin de vie, d’autant plus lorsqu’ils finissent dans la majorité des cas incinérés ou enfouis.

Si la loi anti-gaspillage prévoit que le service en restauration sur place se fera dans de la vaisselle réemployable à partir de 2023, elle ne dit rien sur la vente à emporter et la restauration livrée. Alors que ce marché croît de 20 % par an, il est primordial que la restauration livrée s’oriente vers un modèle plus soutenable, centré non plus sur l’usage unique mais sur la réduction et le réemploi des emballages. Cet enjeu s’avère d’autant plus prégnant en cette période de restrictions sanitaires, où seules la livraison de repas et la vente à emporter sont autorisées, contrairement à la restauration sur place. 

Des engagements priorisés selon la hiérarchie des modes de traitement des déchets

Dans ce contexte, 19 acteurs de la restauration livrée, parmi lesquels UberEats, Deliveroo ou encore Frichti, ont travaillé avec le ministère de la Transition écologique à des engagements volontaires visant à la réduction de l’impact environnemental de leurs emballages et au développement du réemploi dans leur secteur. Ils ont ainsi abouti à la charte d’engagements signée le 15 février avec la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili en présence de Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe.

Articulée autour des 3R “réduire – réemployer – recycler” dans le respect de la hiérarchie des modes de traitement des déchets, cette charte prévoit entre autres :

  • un objectif de réduction des contenants et emballages en plastique à usage unique de 50 % d’ici 2022, et de 70 % d’ici 2023 ;
  • la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès le 1er mars 2021 ;
  • la conduite d’expérimentations sur le réemploi des contenants et des emballages dès 2021 ;
  • un objectif de 100 % de contenants réemployés livrés sur les lieux de restauration en entreprise d’ici le 1er janvier 2023.

Ainsi, sur le réemploi, des modèles de consigne devraient être testés en livraison à emporter, en partenariat avec des porteurs de projet membres du Réseau consigne.

De même, au niveau de la vente à emporter, les acteurs se sont engagés à tester des modèles où le client apporte son propre contenant pour un service direct au restaurant.

Enfin, les acteurs affichent également un objectif de 100 % de contenants et emballages recyclables à partir de 2022.

De la parole aux actes : des attentes sur la mise en œuvre concrète de ces mesures

Zero Waste France salue ces engagements qui vont dans le bon sens, en particulier sur le volet “réemploi” – bien qu’ils ne remplacent pas une trajectoire définie par la loi. Nécessaires au vu de l’urgence climatique et environnementale, ils répondent par ailleurs à une demande citoyenne croissante – en témoignent notamment les propositions de la Convention citoyenne pour le climat qui demande la réintroduction de systèmes de consigne pour réemploi des emballages en verre.

En revanche, ces engagements, parce qu’ils sont volontaires et n’ont donc pas de caractère contraignant, ne doivent pas pour autant se limiter à de simples annonces non suivies d’effets. Zero Waste France a rappelé lors de la signature des engagements ses fortes attentes quant à leur mise en œuvre. A cet effet, l’association restera particulièrement vigilante dans les mois et années à venir sur les actions menées par les signataires et ne manquera pas de leur rappeler activement les engagements qu’ils ont pris.

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]

05 janvier 2021

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.

04 janvier 2021

Non-respect du « STOP PUB » : fiche pratique pour déposer plainte

Si votre autocollant « STOP PUB » n’est pas respecté et que le dialogue avec les enseignes concernées n’a pas abouti, il est possible d’aller plus loin et de déposer plainte contre les enseignes a[...]