19 février 2021
Moïra Tourneur

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engagements volontaires qui constituent une bonne première étape - à la condition essentielle que les annonces se concrétisent en actes.

Partager

L’essor de la restauration livrée et de ses déchets

Quelques mois après l’entrée en vigueur de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, l’ancienne secrétaire d’Etat à l’économie circulaire Brune Poirson avait réuni en juillet 2020, les acteurs de la restauration livrée pour leur demander de travailler sur des stratégies “zéro déchet”. En effet, avec plus de 200 millions de repas livrés en 2019, et considérant que 3 à 4 emballages sont utilisés par repas, le secteur de la restauration livrée, à l’origine de plus de 600 millions d’emballages à usage unique par an, est fortement producteur de déchets. Ce sont autant de pollutions liées à la fabrication de ces emballages et à leur traitement en fin de vie, d’autant plus lorsqu’ils finissent dans la majorité des cas incinérés ou enfouis.

Si la loi anti-gaspillage prévoit que le service en restauration sur place se fera dans de la vaisselle réemployable à partir de 2023, elle ne dit rien sur la vente à emporter et la restauration livrée. Alors que ce marché croît de 20 % par an, il est primordial que la restauration livrée s’oriente vers un modèle plus soutenable, centré non plus sur l’usage unique mais sur la réduction et le réemploi des emballages. Cet enjeu s’avère d’autant plus prégnant en cette période de restrictions sanitaires, où seules la livraison de repas et la vente à emporter sont autorisées, contrairement à la restauration sur place. 

Des engagements priorisés selon la hiérarchie des modes de traitement des déchets

Dans ce contexte, 19 acteurs de la restauration livrée, parmi lesquels UberEats, Deliveroo ou encore Frichti, ont travaillé avec le ministère de la Transition écologique à des engagements volontaires visant à la réduction de l’impact environnemental de leurs emballages et au développement du réemploi dans leur secteur. Ils ont ainsi abouti à la charte d’engagements signée le 15 février avec la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili en présence de Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe.

Articulée autour des 3R “réduire – réemployer – recycler” dans le respect de la hiérarchie des modes de traitement des déchets, cette charte prévoit entre autres :

  • un objectif de réduction des contenants et emballages en plastique à usage unique de 50 % d’ici 2022, et de 70 % d’ici 2023 ;
  • la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès le 1er mars 2021 ;
  • la conduite d’expérimentations sur le réemploi des contenants et des emballages dès 2021 ;
  • un objectif de 100 % de contenants réemployés livrés sur les lieux de restauration en entreprise d’ici le 1er janvier 2023.

Ainsi, sur le réemploi, des modèles de consigne devraient être testés en livraison à emporter, en partenariat avec des porteurs de projet membres du Réseau consigne.

De même, au niveau de la vente à emporter, les acteurs se sont engagés à tester des modèles où le client apporte son propre contenant pour un service direct au restaurant.

Enfin, les acteurs affichent également un objectif de 100 % de contenants et emballages recyclables à partir de 2022.

De la parole aux actes : des attentes sur la mise en œuvre concrète de ces mesures

Zero Waste France salue ces engagements qui vont dans le bon sens, en particulier sur le volet “réemploi” – bien qu’ils ne remplacent pas une trajectoire définie par la loi. Nécessaires au vu de l’urgence climatique et environnementale, ils répondent par ailleurs à une demande citoyenne croissante – en témoignent notamment les propositions de la Convention citoyenne pour le climat qui demande la réintroduction de systèmes de consigne pour réemploi des emballages en verre.

En revanche, ces engagements, parce qu’ils sont volontaires et n’ont donc pas de caractère contraignant, ne doivent pas pour autant se limiter à de simples annonces non suivies d’effets. Zero Waste France a rappelé lors de la signature des engagements ses fortes attentes quant à leur mise en œuvre. A cet effet, l’association restera particulièrement vigilante dans les mois et années à venir sur les actions menées par les signataires et ne manquera pas de leur rappeler activement les engagements qu’ils ont pris.

30 avril 2021

Loi Climat : une régulation de la publicité insuffisante malgré quelques avancées

Le 17 avril 2021, l’Assemblée nationale a achevé l’examen en première lecture du projet de loi Climat et résilience. Les dispositions du texte relatives à la régulation de la publicité s’avèrent l[...]

à la une
29 avril 2021

Les démarches zéro déchet créent davantage d’emplois que l’élimination des déchets

Selon un rapport de l’ONG Gaïa, le secteur de la réparation crée 3 fois plus d’emplois que le secteur du recyclage, qui crée lui-même 50 fois plus d’emplois que l’élimination des déchets. Un rappo[...]

26 avril 2021

L’incinération est exclue du registre des investissements “verts” établi par l’Union européenne

Le 21 avril 2021, la Commission européenne a publié sa taxonomie “verte”, un registre qui définit les domaines dans lesquels les investissements sont considérés comme durables. La bonne nouvelle :[...]

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]