07 juin 2016
Marine Foulon

Le renouveau des couches lavables

La place des couches lavables continue de progresser. Retrouvez dans cet article toutes les bonnes raisons de s'y mettre.

Partager

Environ 10 ans après leur retour en France grâce à des professionnels visionnaires et des parents très concernés par la santé et l’avenir de leurs enfants, la place des couches lavables continue de progresser. Pourtant la norme est à la couche jetable, ordinaire ou parfois qualifiée d’écologique. Car quoi de plus spontané que de jeter les couches sales de nos bambins ?

Rien, si personne ne vous a dit qu’une couche lavable est une alternative moderne qui ressemble à une jetable, mais en plus jolie, et qu’il existe un voile de protection que l’on jette aux toilettes. Rien, si vous n’avez pas en tête que le budget couches lavables est entre deux et trois fois moins cher que celui des jetables[1]. Rien, si l’on omet qu’un enfant, avant d’être propre vers deux ans et demi, aura généré environ une tonne de déchets de couches, c’est-à-dire de quoi remplir une chambre de 10 m2. Soit autant de déchets incinérés ou enfouis…

Des intérêts incontestables

Parler de couches lavables, c’est encore s’exposer aux idées reçues. Redisons-le, il est loin le temps des langes de nos grand-mères, qu’il fallait plier, attacher avec une épingle à nourrice et frotter pour laver ! A l’époque des machines à laver, lavage et séchage nécessitent certes organisation et temps mais ils ne sont pas incompatible avec la vie moderne, d’autant moins si les tâches domestiques sont bien réparties… C’est un engagement personnel souvent basé sur des convictions environnementales, car l’impact écologique des lavables est moindre que celui des jetables (à toutes les étapes du cycle de  vie), même lorsque l’on prend en compte l’augmentation des lessives et donc de l’eau et de l’électricité consommés. Les couches lavables sont exemptes de produits chimiques (comme le polyacrylate de sodium qui gélifie l’urine) et c’est un avantage de poids quand on sait que la peau du bébé est très perméable aux produits, comme l’a montré le scandale des parabens. Les matières utilisées (coton, chanvre, lin…) préviennent chez la plupart des enfants les rougeurs et érythèmes fessiers.

Des collectivités qui s’engagent

En France, les textiles sanitaires dont font partie les couches, constituent le flux de déchet qui augmente le plus[2]Ces biens à usage unique maintiennent une forte pression sur les ressources naturelles du fait de leur durée de vie ultra-courte. Jetées avec les déchets ménagers, les coûts liés à la collecte et au traitement des couches sont à la charge de la collectivité et portés par les contribuables.

C’est pourquoi le recours aux couches lavables s’inscrit totalement dans l’objectif de réduction des déchets ménagers. Depuis plusieurs années, et peut-être encore plus aujourd’hui avec l’Appel à projets du Ministère “Territoires zéro déchet zéro gaspillage”, certaines collectivités s’engagent pour promouvoir leur utilisation, à l’instar du SYMEVAD (département du Nord) qui fournit gratuitement aux parents un lot complet de couches lavables et les oriente vers l’association La Ficelle, pour l’accompagnement pratique. Il ne s’agit pas d’imposer l’utilisation systématique des couches lavables aux parents mais de les y encourager. D’autres collectivités soutiennent les structures de la petite enfance qui souhaitent passer aux couches lavables. Pour l’heure, la démarche avance bien plus facilement dans les crèches privées ou associatives, qui portent parfois de véritables projets environnementaux. Si par le passé beaucoup de ces structures de l’Economie Sociale et Solidaire ont eu des difficultés à perdurer, notamment en raison d’un marché peut-être encore réduit, il y a tout intérêt à soutenir ces projets maintenant que les couches lavables sont davantage connues.

Vers une fédération des acteurs des couches lavables

Parce que plusieurs métiers sont liés aux couches lavables et que les professionnels sont souvent isolés, Zero Waste France a souhaité les soutenir en impulsant une démarche de coopération. Une première journée professionnelle sur les couches lavables a donc été organisée fin mai 2016 pour permettre aux acteurs de se rencontrer. Plus d’une vingtaine de fabricants, revendeurs, consultants, bénévoles associatif, techniciens et élus de collectivités ont ainsi pu partager leurs expériences et faire part de leurs projets et leurs besoins. La journée a été l’occasion de faire le point sur l’actualité de la couche lavable et de présenter les bonnes pratiques liées à l’utilisation des couches lavables (étude réalisée par l’ADEME en 2015).

Les échanges ont été riches et ont permis d’aborder les questions liées à la communication, aux services de lavage ainsi que les manières de travailler avec les structures de la petite enfance et les collectivités. Les participants se sont montrés très motivés par la perspective de se fédérer pour promouvoir collectivement les couches lavables. Une association professionnelle pourrait être créée suite à cette rencontre.

[1]Selon la boutique Apinapi, sur 2,.5 ans, le budget moyen en couches jetables est estimé à 1500 € Celui des lavables oscille entre 500 et 700 € plus 150 € pour l’eau et l’électricité.

[2]Les textiles sanitaires (couches, lingettes nettoyantes, coton, essuie-tout, protections périodique…) représentent environ 19 kg par habitant et par an, soit 5 % des ordures ménagères résiduelles (ADEME 2009).

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]