#2 – Déchets plastiques : comment agir ?

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre articles, pour prendre du recul et décrypter les enjeux liés à ces déchets parfois qualifiés de “sauvages”.

Partager

Entre 60 et 90% des déchets retrouvés dans la nature sont composés de plastique. Et pour cause : le plastique est massivement produit pour de l’usage unique (emballages, lingettes, gobelets, pailles…). Du fait de leur légèreté (envol) et des modalités de consommation (usage nomade, faible valeur associée à l’objet), les produits plastiques se retrouvent ainsi plus facilement dans la nature, où ils mettent entre 100 et 1000 ans à disparaître complètement. Les pays européens rejettent chaque année entre 150 000 et 500 000 tonnes de plastique dans les océans.

Cette “hémorragie” est cependant loin d’être une fatalité et des mesures politiques peuvent être prises pour limiter et à termes supprimer cette pollution massive. Interdictions ciblées et incitations économiques peuvent ainsi permettre de généraliser rapidement des alternatives réutilisables et durables. Elles figurent au rang des mesures que Zero Waste France défend auprès des responsables politiques.

Interdire les produits plastiques les plus problématiques

Gobelets, assiettes et couverts en plastiques, contenants en polystyrène pour la consommation nomade, pailles, touillettes, coton-tiges… autant de produits plastiques à usage unique que l’on retrouve régulièrement dans la nature et pour lesquels il existe pourtant des alternatives (réutilisables ou compostables) qui ont fait leurs preuves.

Face à l’urgence de limiter la pollution plastique, l’interdiction de mise sur le marché de ces produits peut permettre de rapidement endiguer le problème. L’exemple des sacs plastiques en la matière montre la voie. Depuis 3 ans, de nombreux pays dont la France ont tour à tour choisi d’interdire les sacs plastiques les plus légers. Des décisions politiques dont l’effet est important: une étude a récemment montré que le nombre de sacs plastique retrouvés en mer du nord avait baissé depuis 2010, attribuant cette baisse aux mesures d’interdiction et de taxations prises dans plusieurs pays européens.

En France, l’interdiction des coton-tiges, assiettes et gobelets en plastique est prévue pour 2020. L’interdiction des assiettes et gobelets reste cependant limitée aux contenants mis à disposition vides et ne permet donc pas de s’attaquer à la problématique des emballages de vente à emporter. Aucune mesure n’a par ailleurs été prévue concernant les couverts en plastique, les pailles, les touillettes ou les contenants en polystyrène expansé.

Aujourd’hui, tous les signaux sont au vert pour continuer ce travail d’interdictions ciblées : la Commission européenne a mis sur la table une proposition de Directive visant 15 produits plastiques les plus fréquemment retrouvés sur la plage et proposant des mesures de réduction de leur consommation. Ces mesures sont par ailleurs largement soutenues par les citoyens. 82% des Français se déclaraient ainsi en faveur de l’interdiction des sacs plastiques au moment de son adoption, et une pétition demandant l’interdiction des pailles réunis à ce jour plus de 170 000 signatures.

Donner un prix au plastique

Le plastique jetable est aujourd’hui omniprésent dans notre quotidien, et par extension dans la nature, car il est peu cher. Fabriqué à partir de matériaux fossiles (pétrole, gaz, charbon…), il bénéficie du faible prix actuel de ces matières au niveau mondial. Son prix ne reflète ainsi pas le coût réel de ses déchets, qu’il soit économique (coût de ramassage et traitement des déchets, impact sur la pêche ou le tourisme) ou écologique (émissions de gaz à effet de serre, atteinte à la biodiversité…).

Pour limiter l’usage du plastique à des applications où il est essentiel, il est nécessaire de donner un prix au plastique, qui reflète son véritable impact sur nos sociétés. C’est l’objectif d’une taxe qui pourrait venir frapper certains produits plastiques à usage unique au bénéfice de leurs alternatives réutilisables. Une autre possibilité serait de procéder via les systèmes de responsabilité élargie des producteurs en prévoyant que les entreprises responsables de déchets régulièrement trouvés dans la nature sont tenues de contribuer au coût de leur nettoyage, renchérissant d’autant le prix du produit concerné. Enfin, une taxe sur la résine de plastique vierge serait aussi de nature à réduire sa consommation et encourager l’utilisation de plastiques recyclés.

Bien sûr, toutes ces mesures ne seront réellement efficaces que si, dans le même temps, des alternatives réutilisables sont promues et rendues accessibles.

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]