#2 – Déchets plastiques : comment agir ?

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre articles, pour prendre du recul et décrypter les enjeux liés à ces déchets parfois qualifiés de “sauvages”.

Partager

Entre 60 et 90% des déchets retrouvés dans la nature sont composés de plastique. Et pour cause : le plastique est massivement produit pour de l’usage unique (emballages, lingettes, gobelets, pailles…). Du fait de leur légèreté (envol) et des modalités de consommation (usage nomade, faible valeur associée à l’objet), les produits plastiques se retrouvent ainsi plus facilement dans la nature, où ils mettent entre 100 et 1000 ans à disparaître complètement. Les pays européens rejettent chaque année entre 150 000 et 500 000 tonnes de plastique dans les océans.

Cette “hémorragie” est cependant loin d’être une fatalité et des mesures politiques peuvent être prises pour limiter et à termes supprimer cette pollution massive. Interdictions ciblées et incitations économiques peuvent ainsi permettre de généraliser rapidement des alternatives réutilisables et durables. Elles figurent au rang des mesures que Zero Waste France défend auprès des responsables politiques.

Interdire les produits plastiques les plus problématiques

Gobelets, assiettes et couverts en plastiques, contenants en polystyrène pour la consommation nomade, pailles, touillettes, coton-tiges… autant de produits plastiques à usage unique que l’on retrouve régulièrement dans la nature et pour lesquels il existe pourtant des alternatives (réutilisables ou compostables) qui ont fait leurs preuves.

Face à l’urgence de limiter la pollution plastique, l’interdiction de mise sur le marché de ces produits peut permettre de rapidement endiguer le problème. L’exemple des sacs plastiques en la matière montre la voie. Depuis 3 ans, de nombreux pays dont la France ont tour à tour choisi d’interdire les sacs plastiques les plus légers. Des décisions politiques dont l’effet est important: une étude a récemment montré que le nombre de sacs plastique retrouvés en mer du nord avait baissé depuis 2010, attribuant cette baisse aux mesures d’interdiction et de taxations prises dans plusieurs pays européens.

En France, l’interdiction des coton-tiges, assiettes et gobelets en plastique est prévue pour 2020. L’interdiction des assiettes et gobelets reste cependant limitée aux contenants mis à disposition vides et ne permet donc pas de s’attaquer à la problématique des emballages de vente à emporter. Aucune mesure n’a par ailleurs été prévue concernant les couverts en plastique, les pailles, les touillettes ou les contenants en polystyrène expansé.

Aujourd’hui, tous les signaux sont au vert pour continuer ce travail d’interdictions ciblées : la Commission européenne a mis sur la table une proposition de Directive visant 15 produits plastiques les plus fréquemment retrouvés sur la plage et proposant des mesures de réduction de leur consommation. Ces mesures sont par ailleurs largement soutenues par les citoyens. 82% des Français se déclaraient ainsi en faveur de l’interdiction des sacs plastiques au moment de son adoption, et une pétition demandant l’interdiction des pailles réunis à ce jour plus de 170 000 signatures.

Donner un prix au plastique

Le plastique jetable est aujourd’hui omniprésent dans notre quotidien, et par extension dans la nature, car il est peu cher. Fabriqué à partir de matériaux fossiles (pétrole, gaz, charbon…), il bénéficie du faible prix actuel de ces matières au niveau mondial. Son prix ne reflète ainsi pas le coût réel de ses déchets, qu’il soit économique (coût de ramassage et traitement des déchets, impact sur la pêche ou le tourisme) ou écologique (émissions de gaz à effet de serre, atteinte à la biodiversité…).

Pour limiter l’usage du plastique à des applications où il est essentiel, il est nécessaire de donner un prix au plastique, qui reflète son véritable impact sur nos sociétés. C’est l’objectif d’une taxe qui pourrait venir frapper certains produits plastiques à usage unique au bénéfice de leurs alternatives réutilisables. Une autre possibilité serait de procéder via les systèmes de responsabilité élargie des producteurs en prévoyant que les entreprises responsables de déchets régulièrement trouvés dans la nature sont tenues de contribuer au coût de leur nettoyage, renchérissant d’autant le prix du produit concerné. Enfin, une taxe sur la résine de plastique vierge serait aussi de nature à réduire sa consommation et encourager l’utilisation de plastiques recyclés.

Bien sûr, toutes ces mesures ne seront réellement efficaces que si, dans le même temps, des alternatives réutilisables sont promues et rendues accessibles.

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.