24 août 2018
Laura Chatel

#3 – Déchets abandonnés : qui est responsable ?

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre articles, pour prendre du recul et décrypter les enjeux liés à ces déchets parfois qualifiés de “sauvages”.

Partager

L’incivisme est souvent cité comme le responsable numéro un des déchets retrouvés dans la nature. Bien sûr, à l’origine du déchet abandonné, il y a souvent un geste volontaire, et donc un comportement individuel incivique. Mais la question de la responsabilité dans le phénomène des déchets sauvages ne peut être réduite à la seule lutte contre l’incivisme. Les choix stratégiques de grandes entreprises (avoir recours à l’usage unique, créer des “mini-formats”, mettre sur le marché des emballages jetables dans des pays sans système de gestion des déchets…) influencent également de manière considérable les quantités de déchets produites et rejetées dans la nature. De plus, les solutions qui pourraient permettre de résoudre le problème à la source (réduction du plastique, consigne pour réutilisation, interdiction des petits formats…) sont souvent âprement combattues par ces mêmes entreprises, ajoutant à la responsabilité “directe” dans le phénomène, une responsabilité dans l’inaction politique en la matière.

Poser la question de la responsabilité c’est aussi s’interroger sur qui doit payer ? Le débat est relancé cette année avec la proposition de directive pour lutter contre le plastique à usage unique présentée par la Commission européenne. Celle-ci prévoit notamment que les marques mettant sur le marché certains produits régulièrement retrouvés dans la nature (mégôts, protections hygiéniques, contenants de vente à emporter…) contribuent au coût de nettoyage de ces déchets dans la nature.

En effet, au-delà du coût environnemental, qui reste difficile à évaluer, les déchets abandonnés ont un coût financier plus direct pour certains acteurs. Les collectivités (et donc les contribuables) financent par exemple le nettoyage ou le ramassage régulier des mégots et autres déchets dans certaines zones sensibles ou touristiques. Les pêcheurs et les activités dépendant de la mer peuvent également enregistrer des pertes dues aux déchets abandonnés. Autres victimes plus inattendues : les agriculteurs, qui voient certaines de leurs bêtes se blesser ou mourir à la suite de l’ingestion de déchets. Une étude néerlandaise a ainsi évalué qu’entre 11 000 et 13 000 bêtes étaient blessées chaque année au Pays Bas du fait de déchets abandonnés et entre 3 000 et 4000 d’entre elles en mourraient, résultant en une perte totale de 10,8 à 16,6 millions d’euros par an au total pour les agriculteurs.

Sur le papier, la proposition européenne de faire contribuer les entreprises au coût de nettoyage de leurs déchets est une simple extension du principe de responsabilité élargie du producteur, déjà en vigueur dans toute l’Europe. Celui-ci prévoit que les marques contribuent au coût de traitement des produits qu’elles mettent sur le marché, une fois ceux-ci devenus “déchets”. En réalité, ce qui se joue dans cette mesure est aussi la reconnaissance formelle de la responsabilité des entreprises elle-même dans la problématique des déchets abandonnés, et conséquemment le rôle qu’elles peuvent jouer dans la prévention du phénomène. Sans surprise, cette proposition européenne est largement combattue à Bruxelles. Pas moins de 68 grandes fédérations professionnelles et représentants d’intérêt d’entreprises ont signé en août une note de position commune, soulignant entre autre que les déchets sauvages étaient avant tout causés par l’incivisme et le manque de sensibilisation citoyenne et que les entreprises faisaient déjà suffisamment pour lutter contre le problème, en finançant par exemple des opérations de nettoyage.

25 mars 2020

Réseau Zero Waste France : la barre des 100 groupes locaux dépassée !

Le développement exponentiel du réseau des groupes locaux Zero Waste France et de leurs actions ces derniers mois témoigne de l’intérêt grandissant des citoyens pour la démarche zéro déchet. Retou[...]

à la une
04 mars 2020

Municipales : notre analyse des programmes des candidats de 10 villes clés sur le tri des biodéchets

Zero Waste France a analysé le contenu des programmes des principaux candidats à la ville cœur des 10 métropoles françaises les plus émettrices de gaz à effet de serre (Paris, Marseille, Lyon, Lil[...]

01 mars 2020

Recrutement d’un·e chargé·e ou responsable des affaires juridiques chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France recrute un·e chargé·e ou responsables (selon niveau d'expérience) des affaires juridiques en CDI.

19 février 2020

Stoppons la vente de vaisselle jetable !

Pour contourner l’interdiction de vendre de la vaisselle en plastique jetable, certaines entreprises se contentent d’apposer sur leurs produits la mention “réutilisable”. Comment pouvons-nous agir[...]

à la une
13 février 2020

Plastique jetable vendu comme “réutilisable” : on ne laisse pas passer !

Le tour de passe-passe est simple et efficace : pour continuer à vendre de la vaisselle en plastique jetable, pourtant interdite depuis le 1er janvier 2020, certaines entreprises se sont contentée[...]

12 février 2020

Réduction des déchets dans la commande publique : ce que dit la loi anti-gaspillage (décryptage 7/7)

La loi économie circulaire modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion avale des déchets... Elle comporte égalemen[...]

12 février 2020

Décharge, incinération, tri des déchets… Ce qui change avec la loi anti-gaspillage (décryptage – 6/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien au zéro déchet... Elle réforme également certains aspects de la gestion des déchets, avec des [...]

06 février 2020

Ce que la loi anti-gaspillage va changer en matière d’information des consommateurs (décryptage – 5/7)

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, soutien aux alternatives. Le texte contient un article qui vise à améliorer l’informat[...]

04 février 2020

STOP PUB : la fin des flyers avec la loi anti-gaspillage ? (décryptage – 4/7)

A la suite de l’adoption de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, le dispositif légal encadrant le STOP PUB évolue. Si des avancées concrètes sont à saluer co[...]

03 février 2020

La loi anti-gaspillage renforce et précise la responsabilité élargie des producteurs (Décryptage – 3/7)

La loi modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : information des consommateurs, lutte contre le jetable… Elle réforme également en profondeur les systèmes de Responsabilité éla[...]