24 août 2018
Flore Berlingen

#4 – Nettoyer les plages… et l’image des entreprises !

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre articles, pour prendre du recul et décrypter les enjeux liés à ces déchets parfois qualifiés de “sauvages”.

Partager

La pratique des opérations de ramassage de déchets sur les plages ou d’autres milieux naturels est ancienne. Elle est au coeur du projet associatif d’organisations nationales ou européennes (comme Surfrider Foundation, fondée en 1990), ou régionales et locales (comme Mer-Terre, fondée en 2000 en Région PACA) car elle permet de simultanément sensibiliser, documenter, et agir sur le terrain.

Plus récemment, des initiatives individuelles, parfois largement relayées sur les réseaux sociaux (Run Eco Team, par exemple), ont relancé la dynamique et attiré un nouveau public, au-delà des militants écologistes. “Action salutaire ou militantisme gadget ?” s’interrogent les médias, face à l’engouement de ces initiatives. Pour Zero Waste France, le questionnement porte surtout sur les sponsors et soutiens de certains de ces projets.

Le soutien du groupe TIRU (filiale de Dalkia au sein du groupe EDF) au projet Run Eco Team a ainsi permis la création d’une application destinée à motiver les “ploggeurs” – les joggeurs qui profitent de leur course pour ramasser des déchets – en faisant défiler un compteur de l’énergie potentiellement produite en brûlant les déchets ramassés. On comprend bien l’intérêt pour TIRU, qui cherche à redorer le blason de l’incinération des déchets, sa principale activité. Le message, lui, est complètement contradictoire avec toutes les campagnes de sensibilisation sur la réduction des déchets, le tri et le recyclage ! De la même manière, un discours décourageant – et inexact – sur les alternatives est véhiculé par Plastic Odyssey : “Changer nos modes de consommation, arrêter l’utilisation de produits emballés et choisir des alternatives durables (bioplastiques, emballages comestibles…). Toutes ces transformations sont nécessaires mais demandent beaucoup de temps.” Des propos moins étonnants si l’on prête attention aux partenaires principaux du projet (parmi lesquels on trouve Veolia) et à l’objectif du projet : “démontrer le potentiel des déchets plastique” en développant notamment une technologie de pyrolyse du plastique.

L’intérêt des entreprises pour ces ramassages bénévoles n’est pas nouveau lui non plus (les opérations “Nettoyons la nature !” des Centres Leclerc ont démarré en 1997) mais il s’exprime plus fortement depuis que la problématique des déchets plastiques dans les océans s’affiche en une des médias. Certaines marques n’hésitent pas à en faire une pierre angulaire de leur stratégie RSE, à grand renfort de communication : Procter & Gamble se réjouit ainsi en 2017 de la participation de “milliers de bénévoles” à la collecte de déchets sur les plages, pour la fabrication d’une série limitée de bouteilles de shampoings en plastique partiellement (25% seulement) recyclé. Une opération tout à fait éphémère, limitée à la France, avec un surcoût pour les consommateurs… et pourtant récompensée par les Nations Unies.

Le géant Henkel a lui aussi récemment annoncé une initiative du même genre, reposant sur le travail de bénévoles le long du Danube, tandis que Coca-Cola en appelle aux “Litter Heroes” avec Keep Britain Tidy, aux côtés de MacDonalds, KFC et de nombreuses autres enseignes de l’agro-alimentaire et de la distribution.

Il est normal que les grandes enseignes responsables de la mise sur le marché des produits et emballages jetables participent au financement de la gestion des déchets qui en résultent. Leur influence sur les campagnes de sensibilisation du public peut toutefois résulter en un énorme écueil : celui de laisser croire que l’omniprésence du plastique dans notre environnement n’est que le résultat d’une mauvaise gestion et d’incivilités et peut donc être résolu sans jamais remettre en question le règne du jetable.

28 mai 2020

“Zéro déchet : pour les règles aussi !” – pourquoi et comment sensibiliser aux protections réutilisables ?

La journée mondiale de l’hygiène menstruelle du 28 mai 2020 est l'occasion de rappeler l'intérêt de lever les tabous autour des règles et de partager la diversité des actions mises en œuvre grâce [...]

10 mai 2020

Déconfinement : le recours massif au jetable ne doit pas être l’unique proposition

Nous appelons à débattre de l'impact environnemental des mesures prises dans le cadre du déconfinement.

05 mai 2020

Deux nouveaux recrutements !

Ça bouge dans l'équipe de Zero Waste France ! Dans le cadre de remplacements, un poste de responsable plaidoyer et un poste de directeur/directrice sont ouverts.

à la une
30 avril 2020

L’équipe de Zero Waste France grandit et se renouvelle

Il y a du mouvement dans l'équipe de Zero Waste France ! Flore Berlingen, directrice de l'association, vous explique "qui fait quoi" et dévoile deux nouveaux recrutements...

23 avril 2020

Le MEDEF s’attaque à la loi anti-gaspillage

Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositi[...]

16 avril 2020

Crise sanitaire et (zéro) déchet : questions – réponses

Peut-on continuer à mettre en oeuvre la démarche zéro déchet, zéro gaspillage pendant le confinement ? Y'a-t-il des pratiques à éviter ?

à la une
15 avril 2020

Le lobby du plastique profite de l’épidémie pour chercher un nouvel élan

Samedi 12 avril, le journal Le Monde publiait une enquête explicitant les stratégies du lobby du plastique pour tenter un retour en force à la faveur de la crise sanitaire. Il est vrai que ces der[...]

25 mars 2020

Réseau Zero Waste France : la barre des 100 groupes locaux dépassée !

Le développement exponentiel du réseau des groupes locaux Zero Waste France et de leurs actions ces derniers mois témoigne de l’intérêt grandissant des citoyens pour la démarche zéro déchet. Retou[...]

04 mars 2020

Municipales : notre analyse des programmes des candidats de 10 villes clés sur le tri des biodéchets

Zero Waste France a analysé le contenu des programmes des principaux candidats à la ville cœur des 10 métropoles françaises les plus émettrices de gaz à effet de serre (Paris, Marseille, Lyon, Lil[...]

01 mars 2020

Recrutement d’un·e chargé·e ou responsable des affaires juridiques chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France recrute un·e chargé·e ou responsables (selon niveau d'expérience) des affaires juridiques en CDI.