24 août 2018
Flore Berlingen

#1 – Peut-on « nettoyer la planète en 1 jour » ?

Le 15 septembre 2018 se déroulera une grande opération de collecte de déchets abandonnés dans la nature, le World CleanUp Day. Zero Waste France publie à cette occasion une série de quatre articles, pour prendre du recul et décrypter les enjeux liés à ces déchets parfois qualifiés de “sauvages”.

Partager

En France, plusieurs centaines d’opérations de collecte devraient avoir lieu le 15 septembre à l’occasion du World CleanUp Day et cette immense mobilisation citoyenne témoigne d’une préoccupation croissante des citoyens vis à vis de ce sujet. De nombreux adhérents de Zero Waste France organiseront ou participeront à ces ramassages, sur le terrain. Nous n’avons cependant pas souhaité nous associer formellement à la branche française de l’organisation World CleanUp, afin de marquer notre attachement à ce qui fait, pour nous, la véritable raison d’être de ces opérations de ramassage.

A quoi servent les opérations de collecte de déchets sur les plages ou autres espaces naturels ?

Première réponse, évidente : à nettoyer ! Outre le bénéfice visuel, qui n’est pas anecdotique pour des territoires dont l’activité touristique est essentielle, il s’agit de limiter la pollution générée par les déchets abandonnés. Certains sont particulièrement nocifs (les piles par exemple), et d’autres présentent le risque de se fragmenter en plus petites particules et étendre ainsi leur champ de nuisance. Ramasser les « macrodéchets » en plastique évite ainsi leur dégradation en « microplastiques » qui vont être absorbés par la faune marine.  

Chiffres clés de la pollution plastique

Le deuxième intérêt des opérations de collecte : elles sont un formidable levier de sensibilisation, de mobilisation, et de plaidoyer. En attirant l’attention des médias, elle permettent d’informer un large public de l’étendue du problème des déchets abandonnés, et de ses conséquences environnementales et sanitaires. Simples à organiser, elles donnent l’opportunité d’un premier passage à l’action, dans un cadre collectif qui prolonge et nourrit la mobilisation individuelle. Enfin, et surtout elle permettent d’alerter sur les origines du problème, afin d’agir en amont : réduction du jetable, interdiction de certains objets à usage unique ou de certains matériaux d’emballages non recyclables et non compostables.

Car en effet, il faut le dire, on ne résorbera pas le problème de la présence étouffante du plastique dans les océans par les seules opérations de collecte, qu’elles se déroulent sur terre, grâce à des millions de bénévoles, ou sur les mers, par une débauche d’énergie et de lourds investissements dans des navires high tech. Et ce pour plusieurs raisons :

  • Le robinet n’est pas fermé ! Parce que dans le même temps, nous continuons à déverser des quantités bien plus importantes (à l’échelle mondiale, mais aussi au niveau français et européen) que ce que l’on parvient à récupérer tant bien que mal. Autrement dit, colmater et écoper ne peuvent être suffisamment efficaces tant que le robinet n’est pas coupé.
  • un déchet reste un déchet. Même lorsqu’il est jeté correctement dans une poubelle, et – dans le meilleur des cas – recyclé, un déchet est avant tout un produit usagé, dont la fabrication a impliqué une consommation de ressources : énergie, eau, matières premières. Si l’on veut préserver ces ressources, il faut éviter le déchet, et donc réduire l’usage des objets et emballages jetables.

L’équipe française du World CleanUp Day ne souhaitant pas se positionner sur ce deuxième aspect, Zero Waste France a donc préféré ne pas faire partie des partenaires de cette manifestation.

Il nous semble en effet essentiel de lier les deux messages : nettoyons, mais avant tout, réduisons ! Une opération de collecte est le moment idéal pour sensibiliser à cela. Elle peut aussi permettre, à l’instar des Initiatives Océanes de l’association Surfrider, de documenter minutieusement l’étendue et le type des pollutions rencontrées. Ou encore de réaliser une identification systématique des marques présentes sur les déchets ramassés, comme y invite le mouvement Break Free From Plastic. Ces collectes de données ont un objectif précis : poursuivre la mobilisation en amont. Connaître précisément les zones polluées par des déchets et la qualité de ces derniers permet de proposer et justifier des mesures de politiques publiques, mais aussi de faire pression sur les marques et entreprises concernées.

Brand Audit - India
Résultats d’une opération d’identification des marques – Inde, 2018

Pour éviter le statu quo, voire le greenwashing, un slogan tel que “Nettoyons la planète en un jour”, doit être accompagné d’un message adressé aux acteurs politiques et aux entreprises, qui ont une responsabilité, et donc un rôle à jouer pour résoudre la problématique des déchets.

Chiffres-clés et chronologie de la pollution plastique

Une infographie de l’ONU Environnement

Une infographie de l’ONU Environnement

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]