02 novembre 2021
Moïra Tourneur

Réduire les déchets pour agir sur le climat

Alors que la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26) démarre dans un contexte d’urgence climatique et environnementale toujours plus pressant, Zero Waste France revient sur les liens fondamentaux (et souvent ignorés) entre déchets et climat.

Partager

Le traitement des déchets, un secteur émetteur de gaz à effet de serre

L’impact climatique des déchets en France est évalué à environ 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’après le Haut Conseil pour le climat ; ce pourcentage prend en compte les émissions des principaux modes de traitement des déchets ainsi que le traitement des eaux usées. 

Les décharges, aussi appelées installations de stockage de déchets dangereux et non-dangereux, sont désignées comme les premières coupables de cet impact climatique du secteur des déchets. En effet, elles sont fortement émettrices de méthane, un gaz moins connu que le CO2 mais pourtant environ 30 fois plus réchauffant : ainsi, les décharges sont responsables de 21 % des émissions françaises de méthane, et de 83 % des émissions de GES du secteur du traitement des déchets en France. La mise en décharge est donc responsable d’une part centrale des émissions de GES, alors même que le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) insiste particulièrement sur l’urgence à réduire les émissions de méthane mondiales.

L’incinération n’est pas en reste : pour chaque tonne de déchets incinérée est émise au moins une tonne de CO2. Cependant, seule une partie de ces émissions est prise en compte dans le calcul de l’impact carbone du secteur : sont exclues les émissions issues de la combustion des déchets de la biomasse (déchets organiques, papier, bois) alors qu’elles viennent bel et bien contribuer au réchauffement climatique. De ce fait, l’énergie produite par les incinérateurs est qualifiée en partie d’énergie renouvelable, au prétexte qu’elle résulte pour moitié de la combustion de biomasse. Cette qualification est abusive, dans la mesure où les biodéchets contiennent majoritairement de l’eau et ne peuvent brûler que grâce à la présence de matériaux non renouvelables, notamment ceux issus du pétrole comme les plastiques. De plus, cette matière organique est gaspillée en étant brûlée alors qu’elle pourrait retourner à la terre pour enrichir les sols et en particulier les cultures alimentaires, par le biais du compostage. 

La très faible flexibilité des incinérateurs, conçus pour fonctionner avec une quantité de déchets constante, se transforme alors en frein aux politiques publiques de prévention des déchets et entraîne l’incinération de nombreux matériaux réutilisables, réparables ou compostables – autant de matériaux qui vont donc émettre des gaz polluants lors de cette étape de traitement, alors même que leur fabrication aura été elle-même source d’un impact climatique considérable.

Au-delà de l’impact aval, des émissions à chaque étape du cycle de vie des produits

Au début des années 2010, le cabinet Carbone 4 a démontré que, sur les 10,5 tonnes équivalent CO2 émises par personne en France, 23 % provenaient de l’achat de produits manufacturés (textile, équipements électroniques, mobilier, voitures, etc.), faisant de ce poste d’émissions le deuxième plus important juste après l’alimentation. 

Infographie Carbone 4 / TerraEco

En effet, la fabrication de produits de consommation est particulièrement émettrice de gaz à effet de serre. L’extraction de matières premières nécessaires à la fabrication en amont représente à elle seule un poste d’émissions conséquent ; s’ajoutent à cela la transformation de la matière première en produit, son conditionnement ensuite puis son transport jusqu’au lieu de vente ou directement chez les consommateurs et consommatrices : autant d’étapes qui apportent chacune leur lot d’émissions de GES. D’après Circle Economy, 62 % des émissions mondiales de GES proviennent ainsi de l’extraction, la transformation et la fabrication des biens de consommation.

L’impact climatique de la production est d’autant plus criant lorsque l’on se penche en particulier sur le cas du plastique : alors que plus de 99 % des plastiques sont fabriqués à partir de matières premières fossiles aux processus d’extraction particulièrement émetteurs, le Center for International Environmental Law estime que la production de plastiques pourrait générer à elle seule 53,5 milliards de tonnes d’émissions de CO2 d’ici 2050. Ainsi, si la production et l’élimination du plastique continuent sur leur trajectoire de croissance actuelle, ces émissions pourraient atteindre 2,8 gigatonnes de CO2 par an d’ici 2050, soit autant d’émissions que 615 centrales à charbon de 500 mégawatts.

Plastic fuels climate crisis

Finalement, l’impact climatique des déchets ne se limite pas à leur seul traitement ; du début à leur fin de vie, les produits qui deviennent des déchets émettent une quantité massive et non négligeable de gaz à effet de serre. Plus que le traitement, c’est l’étape de production qui se révèle la plus émettrice – d’où l’intérêt et la nécessité de développer des logiques de réemploi et de réparation pour allonger la durée de vie de nos objets et diminuer d’autant la pression climatique induite par leur fabrication.

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]