Projet

Mon Commerçant Zéro Déchet

Zero Waste France et les groupes locaux ont créé plusieurs outils pour développer le réseau des Commerçants Zéro Déchet dans toute la France.

La campagne Mon Commerçant Zéro Déchet

Près de 5 millions de tonnes d’emballages ménagers sont mises sur le marché chaque année en France, occasionnant une consommation de ressources naturelles très importante et des déchets en quantité. Les Français sont cependant de plus en plus nombreux à ne plus supporter l’omniprésence des emballages dans leur quotidien : selon une étude menée par Eco-Emballages en 2013, 65% des Français déclarent qu’il devrait y avoir « beaucoup moins » d’emballages et 44% estiment que l’« on pourrait s’en passer ».

Initié par Zero Waste France dans le 11e arrondissement de Paris et déjà déployé sur plusieurs autres territoires, l’opération « Mon commerçant zéro déchet» vise à développer l’utilisation d’emballages réutilisables et la réintroduction de la consigne dans le commerce alimentaire de proximité. Il propose pour cela un modèle d’action original et reproductible sur d’autres territoires, permettant de créer une dynamique de changement à l’échelle locale. Les 12 propositions d’actions présentées dans ce livret ont été élaborées à partir d’une enquête auprès de commerçants ayant déjà expérimenté des solutions de réutilisation des emballages.

Les 12 actions

1 – Je ne distribue pas automatiquement de sacs, couverts ou serviettes

Le principe

Le fait de poser cette question simple : «Avez-vous besoin d’un sac plastique?» attire l’attention des clients sur la présence de ce sac qu’ils ne remarquent plus. Cela peut les amener progressivement à changer leurs habitudes : garder sur eux un sac réutilisable ou conserver au bureau des couverts réutilisables. Cette action est applicable à tous les produits ou objets jetables distribués pour accompagner le repas : couverts, serviettes, dosettes de sauce, de sel ou de sucre (l’assaisonnement peut être ajouté sur place, au goût du client).

Le +

Un sac plastique blanc classique coûtant entre 1 et 5 centimes et un kit couvert jusqu’à 0,5€, chaque unité non distribuée est une petite économie ! Sur une année, votre budget emballage peut être considérablement réduit.

Mise en oeuvre

Cette action ne nécessite aucun investissement matériel, mais pour porter ses fruits, elle doit être accompagnée d’une communication verbale vis-à-vis de votre clientèle, doublée éventuellement d’un affichage expliquant votre démarche. Bien expliquée, votre initiative peut faire boule de neige : une entreprise voisine de votre commerce peut par exemple investir dans des couverts ou de la vaisselle réutilisable pour les mettre à la disposition de ses salariés.

Retour d’expérience

La gérante de la boulangerie Toska, situé dans le 20e arrondissement de Paris, dans un quartier très animé et dense, témoigne : “Lorsque j’ai arrêté la distribution systématique des sacs plastique, mes clients ont d’abord été surpris. Je leur ai simplement expliqué qu’il était nécessaire de diminuer mes déchets et de faire un geste pour l’environnement. Ils ont finalement changé d’habitude, car ce qui leur importe, c’est d’acheter du bon pain et non un sac.”

2 – J’informe ma clientèle pour la sensibiliser

Le principe

Vos clients n’ont pas toujours conscience de la quantité d’emballages jetables qu’ils utilisent, ni du prix de ces emballages. Leur montrer les efforts réalisés dans votre commerce pour réduire la quantité de déchets permet de les sensibiliser et de les associer à votre démarche de diminution de l’impact environnemental de votre activité.

Le +

En communiquant auprès de votre clientèle, vous montrez l’exemple et vous affirmez une position en faveur de la protection de l’environnement qui vous valorise vis-à-vis d’une population de plus en plus sensible aux enjeux environnementaux.

Mise en œuvre

La sensibilisation peut se faire via différents canaux, dont l’affichage. En informant sur la consommation de produits jetables dans votre magasin, par un message du type «Ici nous distribuons 200 sacs jetables par jour, aidez-nous à réduire ce nombre !», vous pouvez faire réagir et impliquer votre clientèle. Vous pouvez aussi rappeler, en quelques mots, l’impact des emballages jetables sur l’environnement, ou encore le fait qu’ils représentent une part non négligeable du prix des produits en vente.

3 – Je donne un coup de pouce aux clients qui s’engagent

Le principe

Pour inciter vos clients à utiliser des sacs et emballages réutilisables, vous pouvez leur faire bénéficier d’une partie des économies réalisées en distribuant moins d’emballages jetables.

Le +

Avantagés commercialement et impliqués dans votre démarche de protection de l’environnement, vos clients sont fortement fidélisés.

Mise en œuvre

Voici quelques exemples de systèmes d’incitation à la réutilisation et de fidélisation :

Un dessert gratuit pour 10 sacs en papier réutilisables rapportés

Réduction de 20 centimes (le coût de la barquette) si le client apporte son propre contenant

Echange gratuit du sac réutilisable personnalisé aux couleurs du magasin

Système de carte de fidélité offrant une réduction ou un produit gratuit pour 10 passages «zéro déchet» (= sans distribution de sacs jetables, de serviettes ou de kits couverts).

4 – Je mets en place une consigne de boîtes, bocaux ou bouteilles

Le principe

La consigne consiste à proposer vos produits habituels dans des emballages réutilisables (boîtes, bocaux ou bouteilles conçus à cette fin) pour lesquels vos clients paient une somme forfaitaire qui leur est restituée lorsqu’ils rapportent l’emballage vide.

Le +

Pour certains types d’emballages (boîtes pour salades par exemple), la version réutilisable coûte à peine plus cher que la version jetable. L’investissement de départ est donc réduit et les économies importantes.

Mise en œuvre

Dans un premier temps vous pouvez continuer à proposer à vos clients les deux types d’emballages et mettre en place un système d’incitation (voir fiche n°3) pour les encourager progressivement à adopter la consigne. Les procédures de lavage et de contrôle des emballages consignés doivent être clairement définies à la mise en place du système, mais ne nécessitent pas toujours un investissement supplémentaire ou une organisation nouvelle.

Retour d’expérience

Christelle, gérante de la boulangerie «le Festival du Goût» à Marsilly en Charente-Maritime pratique la vente en vrac de tous ses produits et ingrédients via un système de consigne : “La consigne n’a pas été difficile à mettre en place car nous possédions déjà une plonge. Les économies sont substantielles.”

5 – J’applique la consigne sur les objets peu encombrants

Le principe

La mise en place d’une consigne des emballages alimentaires principaux (boîtes, bocaux, bouteilles) peut être rendue difficile par le manque de place dans les locaux du commerce. Dans les petits espaces, on peut malgré tout innover en proposant une consigne sur des objets moins encombrants comme les couverts ou les sacs en papier.

Le +

La consigne de couverts peut vous permettre de réaliser de substantielles économies sur votre budget d’achats de kits couverts jetables : l’investissement de départ est modéré et le lavage des couverts ne nécessite pas d’installation supplémentaire (voir ci-contre). Un système de consigne permet également de fidéliser votre clientèle.

Mise en œuvre

Pour les emballages ou objets consignés destinés à un contact alimentaire (les couverts par exemple), le lavage doit suivre une procédure rigoureuse, qui peut être la même que celle appliquée pour les ustensiles de cuisine utilisés quotidiennement dans votre commerce.

Retour d’expérience

Tous les plats à emporter du restaurant Boco (Paris, 1er) sont conditionnés dans des bocaux en verre consignés. Pourquoi ce choix ? “Les bocaux sont jolis, efficaces et écologiques, et permettent de bien conserver les aliments. La majorité de nos clients réagissent d’ailleurs favorablement à ce système.”

6 – Je propose des sacs ou des cabas réutilisables

Le principe

Les sacs réutilisables, éventuellement personnalisés à l’effigie du commerce, peuvent être vendus, offerts ou prêtés contre caution, tout au long de l’année ou dans le cadre d’une opération commerciale.

Le +

En proposant des sacs réutilisables, vous pouvez diminuer, voire arrêter la distribution de sacs jetables dans votre commerce. La personnalisation des sacs permet aussi de fidéliser votre clientèle et de faire connaître votre enseigne.

Mise en œuvre

L’achat de sacs réutilisables peut facilement être mutualisé entre les commerçants d’un même quartier. N’hésitez pas à discuter au sein de votre association de commerçants ou avec votre correspondant à la mairie des possibles aides financières à solliciter pour ce type d’opération. Le coût à l’unité d’un sac réutilisable varie entre 0,19€ et 1,53€ pour des cabas en plastique et entre 1,27 € et 5,56€ pour des sacs en coton bio. La personnalisation des sacs peut être offerte par le fournisseur.

Retour d’expérience

La droguerie Gattafoni, située à Cernay, en Alsace, a offert des sacs réutilisables à tous ses clients en fin d’année : “Nous avons commencé à mettre en place des actions de sensibilisation il y a 25 ans, mais depuis quelques années, nous observons que les clients sont plus ouverts et plus volontaires face à des gestes durables”. L’opération a bénéficié du soutien de la Chambre de Commerce et d’une association de commerçants.

7 – J’accepte les contenants personnels

Le principe

Les clients viennent avec leurs propres contenants (boîtes, tasses, bols, thermos, etc.). Vous les servez directement, au lieu de leur fournir un emballage jetable.

Le +

Au-delà des économies réalisées sur vos dépenses d’emballages, cette action vous permet de fidéliser une clientèle de proximité.

En pratique

Pour avertir votre clientèle de votre démarche, vous pouvez choisir une communication visuelle, par affichage, doublée d’une communication verbale en direction de votre clientèle d’habitués. N’oubliez pas, si vous proposez une réduction ou un autre avantage commercial obtenu au bout d’un certain nombre de passages, de le faire savoir! Pour respecter l’obligation de traçabilité de votre produit en l’absence d’emballage à l’effigie de votre commerce, assurez-vous de remettre au client son ticket de caisse.

Retour d’expérience

La pizzeria Pizza e Fichi (Paris, 11e ) accepte les contenants personnels apportés par ses clients. Chiara, co-gérante : “Nous n’avons pas initié ce système : ce sont nos clients qui sont venus avec leurs boîtes et nous ont demandé si nous pouvions y mettre leur part de pizza. Cela évite, pour nos habitués, de jeter plusieurs boîtes en carton jetables par semaine !”

8 – Je pratique la vente directe au cabas

Le principe

De nombreux produits peuvent être vendus sans emballage et placés directement dans le sac, cabas ou caddie de votre client. C’est le cas des fruits et légumes peu fragiles ou destinés à l’épluchage (bananes, pommes de terre, courgettes, pommes, poireaux, etc.) mais aussi du pain, s’il est placé dans un sac réservé à cet usage.

Le +

Les sachets plastiques destinés à l’emballage des fruits et légumes sont souvent très fins et ne peuvent être réutilisés à la maison. Il est donc d’autant plus important de les réduire ! Pour le pain, l’utilisation d’un sac à pain réutilisable en coton permet d’améliorer la conservation.

En pratique

Pour faciliter la pesée des fruits et légumes en l’absence de sachet en papier ou en plastique, il suffit d’utiliser un panier ou un bac en plastique et de tarer la balance pour ne peser que leur contenu.

9 – J’incite à la réutilisation des sachets de vente en vrac

Le principe

Il s’agit d’inciter les clients à réutiliser les sacs en papier ou en plastique utilisés pour la vente en vrac des fruits et légumes qui sont souvent peu abîmés après leur première utilisation. Les sacs en tissu léger ou nylon réutilisables sont une alternative encore plus intéressante, qui peut être suggérée aux clients et/ou proposée à la vente.

Le +

Vous réduisez votre budget emballages et l’impact de cette action en termes de réduction des déchets est très important.

Mise en œuvre

Cette pratique est courante dans de nombreux magasins d’alimentation biologique. Les clients viennent régulièrement avec leurs sachets déjà utilisés ou avec leurs propres sacs réutilisables.

Témoignage

Anne Catherine Bley, gérante du Bar à soupes situé dans le 11e arrondissement de Paris, expérimente depuis plusieurs années des actions de réutilisation : “J’offre un dessert lorsqu’un client me ramène 10 sacs. Cette action fonctionne très bien car mes sacs en papier sont très solides ; environ 3 clients sur 5 se prennent au jeu. Ce geste simple permet une fidélisation des clients.”

10 – Je réclame des emballages consignés (palettes, caisses, cartons)

Le principe

Un commerce alimentaire reçoit quotidiennement de très grandes quantités d’emballages jetables de la part de ses fournisseurs. Une partie de ces emballages, utilisés pour le transport, peut être consignée pour réutilisation (palettes, caisses, cartons, fûts, bouteilles). Dans le secteur agro-alimentaire, une caisse ou une palette en plastique peut être utilisée entre 50 et 70 fois pendant sa durée de vie (environ 10 ans). Il est donc utile d’exprimer à vos fournisseurs votre souhait d’utiliser des emballages de transport réutilisables !

Le +

Pour le fournisseur, la réutilisation des emballages de transport peut représenter une économie importante, une fois l’investissement de départ amorti. De votre côté, cela signifie moins d’emballages à traiter, donc un gain de temps, de place et des économies sur votre facture d’enlèvement des déchets.

Mise en œuvre

L’Ademe a organisé en 2010 une journée technique nationale sur la réutilisation des emballages industriels. Les actes de cette journée, disponibles sur le site internet de l’Ademe, peuvent être d’une grande utilité à vos fournisseurs pour organiser leur circuit de réutilisation de leurs emballages de transport (palettes, bacs, caisses, etc.). NB : Plusieurs sociétés spécialisées proposent des solutions de location et gestion de parc d’emballages réutilisables, basées sur la standardisation de l’emballage, la vente en vrac ou en grands contenants.

11 – Je signale les emballages superflus

Le principe

En orientant vos achats vers les produits les moins emballés et en signalant les produits suremballés à vos fournisseurs, vous agissez à la source du problème. Au delà de la réglementation, ce sont en effet les acheteurs qui peuvent amener les producteurs à abandonner le suremballage.

Le +

Cette action permet d’avoir une très grosse diminution d’emballage à la source, à court terme dans le choix de vos achats et à long terme dans la modification des pratiques de vos fournisseurs : votre retour, vos avis leur permettent de s’améliorer. Les informations sur les évolutions des souhaits et besoins de la clientèle et des distributeurs sont précieuses pour les fournisseurs. La réduction des déchets est un enjeu d’autant plus important pour les consommateurs que de plus en plus de communes s’appuient sur une tarification incitative : le prix de l’enlèvement des déchets se fait en partie en fonction du poids ou du volume des poubelles.

Mise en œuvre

Dès que vous repérez un produit suremballé, faites remonter l’information auprès de votre interlocuteur commercial, qu’il s’agisse d’un fournisseur ou d’un grossiste.

Retour d’expérience

Cédric Pellicer, responsable adjoint du magasin le Retour à la terre (réseau Biocoop, Paris), veille et limite la commande de produits suremballés auprès des fournisseurs : “Nos employés, et même nos clients, nous signalent les produits suremballés. Nous avons encore beaucoup de choses à faire en ce qui concerne les emballages jetables. Il faut travailler davantage avec les fournisseurs”.

12 – Je mets à disposition des clients les cageots, cartons, etc.

Le principe

La mise à disposition des emballages ayant servi à protéger et emballer des produits (cagettes, caisses, cartons) à proximité de la caisse du magasin permet une deuxième utilisation, par les clients, de ces emballages, qui pourront ensuite être recyclés.

Le +

La mise à disposition des cartons et cagettes vous permet de réduire ou de supprimer la distribution de sacs plastiques. En rendant un service à vos clients, vous vous débarrassez aussi d’emballages encombrants et gagnez de la place.

Retour d’expérience

Le responsable de la Maison POS (Paris, 11e ) explique sa démarche : “ Trop de cagettes en bois vides partent à la poubelle ; nous les réutilisons auprès de nos clients qui s’en servent pour porter leurs courses. Ensuite, certains les utilisent comme outils de stockage.”

Aspects réglementaires

Je souhaite mettre en place un système de consigne. Quelles procédures dois- je instaurer?

Pour être en conformité avec la réglementation, il vous faut détailler toutes vos procédures de lavage (voir ci-dessous), de vérification et de reconditionnement. Ces deux dernières étapes doivent permettre de garantir qu’aucun emballage en mauvais état ne sera réutilisé.

Quelles sont les obligations à respecter en matière de lavage des emballages consignés?

Dans le cadre d’un système de consigne, c’est le commerçant qui est responsable de l’état de propreté des bouteilles, bocaux ou boîtes réutilisés. Même s’il demande à ses clients de les lui rapporter propres, il doit procéder à un lavage suivant une procédure rigoureuse et préférablement écrite. Celle-ci peut être la même que celle déjà utilisée pour le nettoyage des ustensiles de cuisine et ne nécessite donc pas toujours d’investissement supplémentaire en nouveau matériel. Pour plus de détails sur les exigences propres à chaque filière, vous pouvez vous référer aux guides de bonnes pratiques d’hygiène validés en France par l’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) ou vous former à l’application des principes de la démarche «HACCP» visant à prévenir les risques sanitaires.

À quelles conditions puis- je servir un client dans son propre contenant?

Si le contenant utilisé est la propriété du client, ce dernier est responsable de son lavage, et cette pratique ne relève donc pas de la juridiction des autorités de contrôle sanitaire. Vous devez par contre refuser de servir le client si l’emballage est souillé ou non conçu pour la réutilisation (ex. une barquette en plastique fin). Pour garantir la traçabilité de vos produits s’ils sont placés dans un contenant qui vous est fourni par le client, assurez-vous de lui remettre son ticket de caisse.

Outils pratiques

Zero Waste France a réalisé un kit d’action comprenant des fiches complémentaires au guide afin d’accompagner les commerçants et les consommateurs dans la campagne Mon Commerçant Zéro Déchet :

Sites utiles

Cartes ou listes des commerces acceptant les contenants personnels des groupes locaux Zero Waste France

Références législatives et réglementaires

  • Norme EN 13429 relative aux emballages réutilisables, disponible auprès de l’Afnor
  • Agence nationale de sécurité sanitaire : informations et avis sur l’hygiène alimentaire et les risques biologiques, les matériaux destinés au contact alimentaire

Initiatives impliquant des commerçants pour la préservation de l’environnement

Nous soutenir

Association créée en 1997, Zero Waste France est financée en majorité par les dons et adhésions des citoyens et des associations. Votre adhésion nous donne les moyens d’agir et de garantir l’indépendance de Zero Waste France !

Quel est le vrai coût d'un don ?

Un don de 30€ revient seulement à 10,20€ après réduction fiscale.

En savoir plus