04 janvier 2016
Thibault Turchet

Portrait-robot d’une décharge : Beynon dans les Hautes-Alpes

Parmi les visites les plus marquantes de la caravane du droit, figurent évidemment les « centres de stockage de déchets non dangereux », ou moins pudiquement les décharges. Nous vous proposons un voyage au bout de la chaîne d’élimination des déchets, un portrait-robot d’une décharge.

Partager

Dans le cadre de sa caravane du droit et du « programme accès au droit » de Zero Waste France, Thibault Turchet, avocat de formation et juriste au sein de l’association, a parcouru la France pendant un mois pour aider les collectifs locaux sur le plan juridique, et faire remonter un maximum d’informations de terrain.

Parmi les visites les plus marquantes du tour, figurent évidemment les « centres de stockage de déchets non dangereux », ou moins pudiquement les décharges. Nous vous proposons un voyage au bout de la chaîne d’élimination des déchets, un portrait-robot d’une décharge (la France compte en 2018 environ 230 décharges autorisées en cours d’exploitation).

C’est dans un petit coin de paradis, entre montagnes, ciel bleu et rivières à régime alpin paisibles, à Ventavon dans les Hautes-Alpes, que se loge la décharge dite du Beynon, que nous vous présentons.

Une installation qui évolue au cours du temps…

La décharge, autorisée en 2002 sur le site d’une carrière en cours d’exploitation, comme c’est souvent le cas, accueille initialement les déchets ménagers résiduels des collectivités des Hautes Alpes, pour une capacité de 75 000 tonnes par an (l’exploitation doit au départ durer 20 ans). Cependant, la décharge devient rapidement un exécutoire pour d’autres collectivités et d’autres catégories de déchets. La capacité de la décharge passe ainsi, en 2006, à 100 000 tonnes par an, pour accueillir dès 2010 une fraction des déchets des Alpes Maritimes.

Enfin, en 2014 et comme c’est souvent le cas, ce sont d’autres gisements de déchets qui sont autorisés, petit à petit : ici les « terres polluées non dangereuses non inertes » et les « mâchefers d’incinération d’ordures ménagères » sont alors admis, provoquant l’ire des riverains et militants qui voient la décharge enfler et empester davantage.

Des nuisances que l’on pourrait réduire

La décharge, gérée par la société « Alpes assainissement » (une filiale de Véolia), présente des nuisances que l’on pourrait qualifier de classiques si elles n’étaient pas insupportables : une quantité d’insectes ou d’animaux nuisibles qui prolifèrent à proximité des habitations, un risque pour la qualité des eaux et surtout des odeurs nauséabondes qui peuvent surgir à toute heure du jour ou de la nuit, ruinant littéralement la vie des riverains.

Il en découle, face à des nuisances qui persistent mais sont absentes lors des visites officielles ou des journées portes-ouvertes, un climat de défiance à l’égard de l’exploitant ou de l’Etat dont les contrôles sont insuffisamment fréquents.

La solution, précaire, pour les militants : se relayer afin d’observer, depuis la limite du site, les apports de déchets. Ils effectuent également des contrôles des eaux qui sortent de la décharge et qui se jettent directement dans la Durance, pour alerter les services de l’Etat en cas de problème.

Des mesures fortes à prendre

Les riverains qui se battent contre les dysfonctionnements de cette installation appellent avec force une prise en compte de leurs propositions : trier séparément les déchets organiques et les valoriser avec des solutions de lombricompostage ou compostage notamment, ce qui permettrait de fortement limiter les odeurs ; développer le recyclage, des filières de valorisation adaptées (pourquoi déchets verts ou palettes en bois se retrouvent-ils dans une décharge ?) et plus globalement mettre en place une politique ambitieuse de réduction à la source des déchets. Des solutions techniques permettent également de limiter les nuisances, en particulier la création de puits de captage des biogaz, le recouvrement plus régulier du massif de déchets comme l’impose l’arrêté d’autorisation, etc. La loi elle-même dispose très clairement que ne peuvent être enfouis que des « déchets ultimes ».

Cependant, les militants font face à plusieurs inerties, que l’on peut rencontrer ailleurs en France :

  • celle des élus communaux d’abord puisque toute commune qui a sur son territoire une installation d’élimination de déchets a droit, en vertu de la loi, à un maximum de 1.5€ par tonne de déchet enfouie, ce qui constitue évidemment un frein à une politique ambitieuse de réduction ;
  • celle de certains élus intercommunaux en charge de la gestion des déchets, trop souvent désintéressés d’une problématique qu’ils jugent lointaine ;
  • le retard des contrôles de l’Etat pourtant en charge de la police des installations classées, qui devraient être plus fréquents et systématiques (qualité des eaux, qualité des déchets enfouis, traitement des lixiviats, etc.).

Les habitants entendent profiter de la nouvelle procédure d’autorisation en cours que doit demander l’exploitant. En effet, les conditions d’exploitation ayant beaucoup évolué ces dernières années (quantités et types de déchets admis), c’est une nouvelle autorisation qu’il convient de détenir pour l’exploitant au plus vite.

Le collectif n’hésitera pas, à l’avenir, à déposer tout recours utile pour faire respecter la règlementation, qu’il s’agisse des recours administratifs, ou pour demander le respect des prescriptions devant le juge judiciaire.

En attendant, les déchets continuent d’affluer, question majeure sur laquelle les élus locaux doivent se mobiliser.

20 juillet 2022

Offre d’emploi – CDI – Responsable Administratif·ve et Financier·e

Dans le cadre d'un remplacement, Zero Waste France cherche son/sa prochain·e Responsable Administratif·ve et Financier·e pour le mois de décembre 2022.

à la une
30 juin 2022

Et si le pouvoir d’achat devenait pouvoir de réparation ?

« Zéro déchet » doit aussi rimer avec justice sociale : Zero Waste France, soutenue par trois autres organisations environnementales, milite pour que la réparation des objets soit moins coûteuse p[...]

29 juin 2022

2 nouvelles missions en service civique !

Vous cherchez une mission en service civique ? Rejoignez notre équipe pour nous aider à faire avancer la démarche zéro déchet, zéro gaspillage et à faire grandir notre mouvement !

22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]