Planification écologique : ce qu’il faut faire pour que l’économie passe de linéaire à circulaire

Le gouvernement a engagé un travail de planification écologique dont le volet consacré à l’économie circulaire commence à se dessiner. Ses orientations constitueront la base de la prochaine stratégie nationale bas-carbone (SNBC) pour la période 2025-2030. Zero Waste France fait le bilan et partage ses recommandations.

Partager

Mais d’abord : où en est la France en matière d’économie circulaire ?

Il est désormais évident que la France ne tient pas sa trajectoire de prévention des déchets car trop peu de moyens ont été mis pour le faire, que ce soit par l’Etat, les collectivités ou les entreprises. Rappelons par exemple que la loi prévoit la fin de la mise sur le marché des emballages en plastique à usage unique d’ici 2040. Pour y parvenir, la trajectoire adoptée par décret pose comme jalon de réduire de 20% les emballages plastiques à usage unique d’ici 2025. Mais sans effet pour l’instant : les quantités mises en marché ne diminuent pas. Au contraire, la consommation de plastique progresse alors qu’elle devrait baisser, et cela a des conséquences dramatiques.

Zero Waste France alerte régulièrement les pouvoirs publics : la loi AGEC est mise en œuvre trop lentement. Les reculs et remises en question incessantes empêchent d’atteindre les objectifs fixés, et le retard pris sera d’autant plus difficile à rattraper. Pour ne citer qu’un seul exemple, évoquons la fin de la vente des fruits et légumes sous emballage plastique : un lobbying effréné de l’industrie, un décret annulé, un nouveau décret contesté, des dizaines d’exemptions sont autant de ralentissements sur le chemin de la mise en œuvre de la loi.

Mais surtout, la loi AGEC n’est pas l’alpha et l’oméga de la transformation de l’économie française en économie circulaire, car de nombreux sujets restent à explorer. Et les outils de pilotage de demain restent à définir. Cela doit être l’objet de la planification écologique, qui doit notamment se traduire dans la prochaine stratégie nationale bas carbone pour la période 2025-2030. Zero Waste France alerte sur le fait que, dans les réflexions en cours, l’économie circulaire continue presque unanimement d’être restreinte à ce qu’elle n’est pas : une question de gestion de déchets.

De l’économie linéaire à l’économie circulaire : des choix de société

A l’inverse de l’économie linéaire, caractérisée par le tout-jetable, il y a l’économie circulaire, qui maintient le plus longtemps possible la valeur des produits, des matières et des ressources et réduit les déchets au maximum.

Ce schéma le résume très bien :

source: Plan C (2017) Empowering Circular Futures

L’économie circulaire ne consiste pas à améliorer le recyclage afin de continuer de (sur)produire à un rythme toujours plus grand des produits à usage unique qui rejoindront la poubelle. Cette voie-là n’est pas soutenable. Une étude états-unienne récente montre que non seulement la promotion du recyclage n’a pas permis de changer les comportements des consommateurs et consommatrices de manière efficace, et qu’en plus, elle a conduit à négliger la réduction et le réemploi, qui sont pourtant prioritaires dans la hiérarchie des modes de traitement des déchets [1]. Pour transformer l’économie française en une économie circulaire, il n’y a qu’un chemin possible : la sobriété en ressources et la fin de l’usage unique.

Pour Zero Waste France, c’est sur la sobriété que doivent porter l’essentiel des efforts, plutôt que de gaspiller de l’argent et de l’énergie dans des innovations technologiques qui ne font que perpétuer un modèle gourmand en ressources et fortement émetteur de gaz à effet de serre.

Parmi les innovations technologiques en matière d’économie circulaire, Zero Waste France questionne l’émergence récente de projets de recyclage chimique, dont les procédés complexes et polluants auront un impact environnemental bien plus conséquent que le recyclage mécanique, ce qu’il convient de sérieusement évaluer. Quelle rentabilité environnementale de ces projets comparativement à une baisse de la production de produits en plastique à usage unique ? Le recyclage, qu’il soit chimique ou mécanique, ne doit intervenir qu’après la mise en place de politiques de réduction et de réemploi, conformément à la hiérarchie des modes de traitement des déchets imposée par le droit européen et français ainsi que la Stratégie 3R de lutte contre les plastiques à usage unique adoptée en 2022. Si les projets de recyclage chimique en cours d’installation en France entendent servir l’économie circulaire en s’attaquant aux plastiques collectés que le recyclage mécanique n’est pas en mesure de traiter, Zero Waste France souligne que le passage à une économie circulaire nécessite avant tout de s’attaquer à la réduction de l’usage unique et a fortiori de plastiques qui ne sont pas recyclables.

A l’inverse, l’économie circulaire repense notre consommation en privilégiant des produits éco-conçus, réparables et réemployables. Ce n’est donc pas forcément un moins mais un autrement. Plus d’usage, plus de partage (c’est la fameuse économie de la fonctionnalité), moins de produits à usage unique ou à durée limitée. Plus de réparation et de réemploi, avec des secteurs économiques entiers à développer, pourvoyeurs d’emplois dans tous les territoires. Les emplois de l’économie circulaire sont les emplois de demain, ils doivent voir le jour sans tarder.

L’économie circulaire se joue dès la conception d’un produit, qui détermine 80 % de son impact environnemental[2]. L’économie circulaire signifie réduire de manière nette notre consommation de ressources. Or le plastique est fait à plus de 98% de matières fossiles.. Chaque usage créé de toutes pièces par l’industrie, mais ne correspondant à aucun besoin réel doit être remis en question. Chaque invention polluante et gaspilleuse d’énergie fossile doit être questionnée. L’une des dernières en date : les puffs, ces cigarettes électroniques jetables, déjà interdites chez nos voisins en Allemagne, en Belgique et en Irlande, et dont nous demandions l’interdiction en avril[3].

Pour Zero Waste France, une stratégie de planification écologique de l’économie circulaire devrait se concentrer sur deux axes principaux :

  • l’application du principe pollueur-payeur, 
  • la planification de la réduction de la production de produits polluants et à usage unique.

Voici les recommandations qui ont été adressées par Zero Waste France en juillet au Secrétariat général de la planification écologique.

→ Lire la contribution de Zero Waste Fr

  1. Recycling bias and reduction neglect, Nature sustainability, 2023
  2. Cour des Comptes européenne, Rapport spécial « Economie circulaire : une transition lente dans les Etats membres, malgré l’action de l’Union européenne« , 2023
  3. Tribune « La cigarette électronique jetable “puff”, un fléau environnemental et sanitaire qu’il faut interdire d’urgence », Le monde, 30 avril 2023.

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]