07 mars 2019
Thibault Turchet

Plainte STOP PUB contre Intermarché et Pizza Hut : classement sans suite avec rappel à la loi

Le 30 août 2018, Zero Waste France et Zéro Déchet Strasbourg portaient plainte contre deux établissements strasbourgeois d'Intermarché et Pizza Hut, pour non-respect du STOP PUB. Six mois après cette première, le Procureur de la République a décidé de classer la plainte sans suite, tout en adressant aux enseignes un rappel à la loi.

Partager

Classement sans suite avec rappel à la loi

Un premier pas est donc franchi pour démontrer que le non-respect de cet autocollant constitue effectivement une contravention, est pris au sérieux et pourra un jour exposer à des poursuites.

Il s’agit d’une décision encourageante, vers une reconnaissance que le non-respect du STOP PUB constitue effectivement une infraction pénale. Pour mémoire, la plainte déposée par Zero Waste France et Zéro Déchet Strasbourg se fondait sur l’article R633-6 du Code pénal qui dispose que : « […] est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 3e classe le fait de déposer, d’abandonner, de jeter ou de déverser, en lieu public ou privé, à l’exception des emplacements désignés à cet effet par l’autorité administrative compétente, des ordures, déchets, déjections, matériaux, liquides insalubres ou tout autre objet de quelque nature qu’il soit, y compris en urinant sur la voie publique, si ces faits ne sont pas accomplis par la personne ayant la jouissance du lieu ou avec son autorisation » (amende de 450€ – multiplié par 5 pour les personnes morales).

En classant sans suite, le Procureur a en revanche considéré, en vertu de son pouvoir d’appréciation, qu’il n’était pas « opportun » d’engager des poursuites au regard de la gravité des faits. Il a en somme considéré qu’il était nécessaire de laisser une chance aux enseignes identifiées, en leur adressant cet avertissement sous la forme d’un rappel à la loi.

Cette décision n’est donc pas surprenante puisqu’il s’agissait d’une première du genre, appelant à une action pérenne et progressive. Ce dossier de plainte était très pédagogique : le rappel à la loi qui en découle est une première pierre pour la construction d’une jurisprudence claire, établissant le fait que ne pas respecter le STOP PUB constitue une contravention et peut être sanctionnée. Voilà qui jette une base intéressante pour de futures actions.

Un rappel à la loi, et après ?

Depuis 2017, un groupe facebook permet, à Strasbourg, de tracer les enseignes ne respectant pas l’autocollant. Plus de 900 personnes sont désormais membres de ce groupe qui permet de collecter des statistiques, établir des recoupements, et mobiliser les citoyens. Premier constat sur le terrain, le non-respect du STOP PUB par les enseignes Intermarché et Pizza Hut en local a presque disparu depuis le dépôt de la plainte en août 2018. Cela démontre bien que les enseignes ont les moyens pour faire respecter le STOP PUB lorsqu’elles le veulent, en particulier en passant cette consigne très clairement à leurs prestataires de distribution. Cela est d’autant plus possible que les sociétés de distribution comptabilisent avec précision les STOP PUB sur les boîtes, et pourraient adapter les quantités distribuées.

A l’échelle de la France, cette action a suscité de l’intérêt auprès de beaucoup d’autres groupes locaux Zero Waste. Des actions citoyennes sont montées ainsi que des dossiers juridiques. En fonction des circonstances locales, de nouvelles actions pourront être enclenchées dans les prochains mois, en testant le cas échéant d’autres modalités. Par exemple, d’autres catégories d’entreprises régulièrement contrevenantes comme les agences immobilières pourraient aussi être incriminées, ainsi que celles des sociétés de distribution les moins coopératives. En outres, des pratiques de « dépôts sauvages » se développent fortement et ne sont pas plus acceptables (paquets de publicités au pied des immeubles ou dans les halls). Les méthodes de preuve aussi pourraient évoluer (caméras placées dans certains halls, multiplication des constats d’huissier, flagrant délit, etc.).

Localement, Zéro Déchet Strasbourg entend bien sûr accentuer la sensibilisation et la distribution de STOP PUB, qui reçoivent toujours un très bon accueil du public (15 000 distribués en 2018). Bien sûr les enseignes précédemment incriminées vont faire l’objet d’un suivi spécifique pour éviter tout relâchement. Enfin, le classement trimestriel des contrevenants les plus récurrents se poursuit afin d’alerter les enseignes concernées.

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]