Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien loin de la demande de la Convention citoyenne pour le climat et des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre affichés.

Partager

On ne va pas obliger mais bien favoriser ; le président de la Confédération nationale des producteurs de vin et eaux-de-vie à appellation d’origine contrôlée m’a dit que la réécriture de l’article l’avait rassuré et était une bonne nouvelle pour la filière viticole“ : c’est en ces mots que le rapporteur général du projet de loi Climat Jean-René Cazeneuve a voulu apaiser les député.es présent.es dans l’hémicycle pour débattre de l’ambition consigne de la future loi Climat ce vendredi 2 avril. En réponse à tous les arguments fallacieux sur la consigne pour réemploi exposés par certain.es député.es (“le verre réemployé serait plus émetteur de gaz à effet de serre à cause de son poids” ; “il n’y a pas besoin de réemployer le verre puisqu’il est déjà très bien recyclé” ; “le verre réemployé risquerait à terme de créer des nids de poule sur les routes” ; etc.), c’est donc une perspective purement économique court-termiste qui a prévalu.

Au détriment des considérations environnementales et citoyennes, des amendements plus ambitieux comme le 6690, le 6410 ou encore le 870, envisageant de réelles perspectives pour le déploiement de la consigne pour réemploi, auront reçu des avis défavorables de la part du Gouvernement et de la rapporteure Aurore Bergé. Les interventions de Mathilde Panot et Michel Vialay, rappelant les vertus environnementales fortes de la consigne pour réemploi, elle-même attendue par les consommateurs et consommatrices, n’auront pas suffi à faire voter ces propositions.

Dans cette perspective, l’adoption d’un amendement permettant d’encourager le recours aux emballages standardisés dans le cadre du réemploi, issu d’une proposition de Zero Waste France, ne peut faire office que de maigre consolation : en l’absence de mesures plus structurelles pour permettre le déploiement concret de systèmes de réemploi, sa portée reste malheureusement limitée.

 

Aux antipodes de la généralisation réclamée par la Convention citoyenne pour le climat, l’ambition consigne du projet de loi se résume donc à date à évaluer les impacts environnementaux de la consigne, sans prévoir quoi que ce soit de concret pour son développement par ailleurs.

 

Zero Waste France et les plus de 8 000 signataires d’une lettre citoyenne appelant à plus d’ambition sur le vrac et la consigne dans le projet de loi espèrent fortement que les débats au Sénat permettront de donner un cap plus concret au développement de la consigne pour réemploi.

Loi Climat : pour plus d’ambitions !

Actualités

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

à la une
11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]

06 mars 2024

Règlement européen sur les emballages : Zero Waste France et No Plastic In My Sea regrettent un texte édulcoré et insuffisant pour mettre fin au tout-jetable

Les négociations sur le règlement UE sur les emballages ont abouti lundi 4 mars 2024 sur un accord de compromis entre les États membres et le Parlement européen, mais l’accent mis sur le recyclage[...]

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]