Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac vont dans le bon sens, l’occasion d’accélérer le développement de la consigne reste pour le moment manquée.

Partager

Des avancées encourageantes sur le vrac …

En permettant l’achat de produits sans emballage et en quantité choisie, la vente en vrac entraîne la réduction des déchets d’emballage ainsi que du gaspillage, notamment alimentaire. Pourtant, cette modalité de consommation reste encore très minoritaire, alors même que 71 % des personnes appellent de leurs vœux la généralisation du vrac d’après un sondage YouGov. Le vrac souffre en effet d’un véritable manque d’accessibilité, de par une offre trop peu développée et des prix qui restent donc généralement élevés. 

Dans le respect de son double mandat pour des propositions écologiques “dans un esprit de justice sociale”, la Convention citoyenne pour le climat avait suggéré une obligation de l’implantation du vrac dans tous les magasins, permettant de faciliter l’accès au vrac et lutter contre le suremballage. Cette proposition avait été mollement reprise à l’article 11 du projet de loi Climat et résilience : l’obligation avait cédé le pas à un objectif moins ambitieux, applicable non pas aux acteurs de la grande distribution mais à l’Etat, dont l’action était supposée “tendre” à l’atteinte de cet objectif.

Lors d’un premier examen du texte le 11 mars, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a remplacé cet objectif flou et non contraignant par une obligation directement applicable aux acteurs : dans cette version de la future loi, les grandes surfaces devront soit consacrer minimum 20 % de leur surface de vente au vrac, soit proposer une certaine proportion de leurs produits en vrac.

Pour Zero Waste France, l’enjeu de démocratisation du vrac passe par un renforcement de l’offre aussi bien au niveau des points de vente (il est plus simple d’acheter en vrac si son magasin le propose), qu’au niveau des produits proposés (quand bien même un magasin dédie une partie de sa surface à la vente en vrac, il est important qu’une offre minimale puisse y être proposée). Aussi, l’association salue l’amendement adopté par l’Assemblée nationale, qui permet de donner des perspectives plus claires aux acteurs de la grande distribution quant au développement d’une offre vrac. Elle restera attentive à la suite des discussions sur ce sujet pour veiller à ce que cet article puisse représenter un véritable coup d’accélérateur pour la filière.

… mais du sur-place (voire un recul) pour la consigne

Sur la consigne en revanche, Zero Waste France déplore l’issue des débats en commission, qui n’ont pas permis d’évacuer le flou et le manque d’ambition qui entourent la mesure dans le projet de loi. L’association entend que le dispositif a été légèrement précisé : aucune mise en place de la consigne ne pourra se faire sans bilan environnemental préalable, et cette éventuelle mise en place devra s’appuyer sur les travaux du futur Observatoire national du réemploi et de la réutilisation. Cependant, son déploiement reste fondamentalement hypothétique : “des dispositifs de consigne pour réemploi peuvent être mis en œuvre ». 

Cette nouvelle rédaction fait non seulement disparaître la notion de généralisation qui avait été pourtant demandée par la Convention citoyenne, mais ne donne pour autant aucune perspective concrète de déploiement de la consigne. 

Zero Waste France appelle les parlementaires à rehausser fortement l’ambition de l’article relatif à la consigne, en accord avec les attentes citoyennes et les impératifs environnementaux. La loi doit formellement prévoir le retour de la consigne pour réemploi des emballages, dans une formulation précise et tangible. L’association poursuit sa mobilisation en ce sens en vue de la suite des débats sur le sujet à l’Assemblée.

Participez à la mobilisation !

Donnez plus de poids à nos propositions pour la consigne en interpellant vos parlementaires à travers notre lettre citoyenne !

Je signe la lettre
Loi Climat : pour plus d’ambitions !

à la une
22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]