Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er juillet 2022. Zero Waste France met à disposition des outils pour interpeller les enseignes qui ne respectent pas cette interdiction.

Partager

Une interdiction d’emballer (mûre)ment réfléchie

Pour rappel, près de la moitié du plastique en France – 45,5 % en 2019 – est utilisée pour produire des emballages à usage unique. L’interdiction d’emballer des fruits et légumes frais sous plastique est l’une des mesures de la loi économie circulaire de février 2020 pour réduire cette part conséquente et parfaitement évitable de déchets plastiques. Selon le ministère de la Transition écologique, elle permet de supprimer plus d’un milliard d’emballages chaque année.  

Pour interpeller les enseignes qui continuent à proposer à la vente des fruits et légumes sous emballage composé en tout ou partie de plastique, vous pouvez utiliser le courrier-type ci-dessous. 

Télécharger le courrier

Une liste d’exemptions conséquente, le gouvernement a pêché

Face à la pression des lobbies et en dépit de l’avis des citoyen·nes et des associations environnementales, le gouvernement a fixé de très nombreuses exceptions à l’interdiction d’emballage plastique pour “les fruits et légumes présentant un risque de détérioration à la vente en vrac », par un décret du 8 octobre 2021

Quel est le calendrier des interdictions ? 

A l’heure actuelle “seuls” les fruits et légumes suivants sont concernés par l’interdiction :

poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre et carottes « normales » (qui ne sont pas primeurs), tomates rondes, oignons et navets « normaux », choux, choux fleurs, courges, panais, radis, légumes racines, topinambours, pommes, poires, bananes, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion et kakis

Il faudra attendre le 1er octobre 2023 pour que les tomates à côtes, les tomates allongées relevant du segment Cœur, les tomates cerises ou cocktail (variétés miniatures), les oignons primeurs, les navets primeurs, les choux de Bruxelles, les haricots verts, le raisin, les pêches, les nectarines, et les abricots, ne soient plus vendus sous emballage plastique. 

Les endives, les asperges, les brocolis, les champignons, les pommes de terre primeur, les carottes primeur, les petites carottes, la salade, la mâche, les jeunes pousses, les herbes aromatiques, les épinards, l’oseille, les fleurs comestibles, les pousses de haricot mungo, les cerises, les canneberges, les airelles, et les physalis seront concernées par l’interdiction à compter du 31 décembre 2024.

Enfin, ce ne sera qu’à partir du 30 juin 2026 que les fruits mûrs à point, les graines germées, les framboises, les fraises, les myrtilles, les mûres, les groseilles, la surelle, la surette et la groseille pays, les cassis, et les kiwaïs ne seront plus conditionnés sous plastique. 

Outre ce courrier-type, vous avez la possibilité d’effectuer un signalement auprès de la startup d’Etat “Signal Conso” qui est rattachée à la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Il suffit de remplir un formulaire pour indiquer que vous souhaitez signaler un problème sur un emballage, de copier-coller le texte du courrier-type ci-dessus et de renseigner les informations du magasin concerné. 

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]

02 mars 2022

Zero Waste France participe au recours interassociatif contre le décret d’application de la “loi séparatisme”.

Le 2 mars 2022, Zero Waste France s’est jointe à un recours juridique porté par plusieurs associations, pour attaquer un décret de la « loi séparatisme ». Détails d’un texte anti-démocratique et d[...]

17 février 2022

Projet de loi 3DS : une réaffirmation des compétences d’économie circulaire des collectivités locales

Un projet de loi qui vise à renforcer les compétences et le dialogue entre les différents niveaux de collectivités territoriales a été voté en février 2022. Cette décentralisation pourrait-elle êt[...]