Exports de déchets et retours à l’envoyeur : analyse d’une crise mondiale des déchets (3/3)

Suite à la fermeture des frontières chinoises annoncée en 2017, et de l'effet domino qui s'en est suivi en Asie, un véritable séisme agite le monde du traitement des déchets. Voici un dossier en trois parties pour faire le point. Partie 3/3 : quelles conséquences en France de cette crise mondiale ?

Partager

En France, quelles conséquences dans le monde du traitement et du recyclage des déchets ?

En France, la chasse aux déchets exportés illégalement pourrait bien entraîner des sanctions administratives par les services de l’Etat. Le Parisien révélait en novembre 2019 l’amende de 192 000 € infligée à une société de courtage, en raison de vingt conteneurs de plastique illégaux retournés par la Malaisie.

Surtout, la fermeture des frontières étrangères vient tendre une situation déjà difficile s’agissant du traitement des déchets. L’amoncellement de certains flux de déchets démontre qu’une partie est difficilement recyclable, et qu’en tout état de cause il existe une crise des débouchés, faute d’industrie manufacturière suffisamment preneuse de matière secondaire pour la réincorporer dans une production.

Dans son rapport 2018 « le marché du recyclage », la fédération des entreprises du recyclage (FEDEREC), pointe l’effondrement de certains exports hors Europe suite à la destination de la Chine. Des tensions sont pointées pour les filières des métaux, des métaux non ferreux (moteurs électriques, câbles), papiers-cartons. L’illustration est encore plus nette pour la filière des plastiques (voir page 25) :

Alors que l’État français et l’Union européenne affichent des objectifs ambitieux de réduction de mise en décharge d’ici à 2025/2030, les industriels du recyclage en particulier se plaignent ouvertement du manque d’exutoires pour éliminer les déchets non recyclables, ou des déchets recyclables n’ayant pas trouvé preneur. Les usines d’incinération fonctionnent quant à elles déjà à plein régime (14.5/15 millions de tonnes par an) pour traiter en majorité les ordures résiduelles des ménages. Résultat, les entreprises du recyclage (FEDEREC) demandent notamment le développement de nouvelles capacités de traitement par combustion (avec la filière naissante, cristallisant de nombreuses espérances, des « combustibles solides de récupération »). Est aussi poussée la possibilité de déroger à la limitation des capacités de mise en décharge actées par les plans régionaux, tout comme l’acceptation prioritaire des refus de tri en décharge (mesures finalement adoptées dans la loi anti-gaspillage – consulter notre article de synthèse ici). Paradoxalement, le secteur du recyclage réclame donc un accès facilité à des exutoires relevant de l’économie… linéaire.

De son côté, l’industrie du traitement des déchets (décharges, usines d’incinération) n’est pas la plus gênée par cette crise des exports, dans la mesure où tout déchet traité en France génère un surcroît d’activité. Baisse des capacités de mise en décharge et hausse de la demande se conjuguant, elles impliquent ainsi un encombrement des installations, ainsi qu’une hausse du prix du traitement.

Si les exports vers l’Asie sont voués à se réduire, attendu que les pays restreignent les uns après les autres les imports, certaines sources nous confient leur crainte que les exports se tournent désormais massivement vers l’Europe de l’Est et la Turquie, à la faveur de la réglementation européenne qui doit encore pour sa part évoluer. Déplacer le problème d’un continent à l’autre n’aurait cependant rien d’une solution durable.

Sans doute, certains États vont-ils faire évoluer leur réglementation. Pour sa part, la France entend elle-même renforcer son arsenal réglementaire et améliorer la traçabilité des exports, puisque dans le cadre de la loi économie circulaire en cours de discussion, figure une disposition précisant, pour les filières de responsabilité élargie des producteurs (REP), que « les éco-organismes sont tenus d’assurer une traçabilité des déchets dont ils ont assuré, soutenu ou fait assurer la collecte dans l’exercice de la responsabilité élargie des producteurs, jusqu’au traitement final de ces déchets. Lorsque ces déchets quittent le territoire national pendant tout ou partie des étapes jusqu’au traitement final, les éco-organismes sont tenus de déclarer auprès du ministre chargé de l’environnement la nature, la quantité et la destination des déchets exportés« . La limite de cette mesure, qui permet tout de même de renforcer le rapport de force avec les éco-organismes, est qu’elle ne s’applique pas aux déchets non soumis à REP (voir article 2/3).

Cette crise remet en lumière une évidence qui mérite d’être rappelée : nous (et en particulier les pays riches et industrialisés) produisons trop de déchets, que ceux-ci soient recyclables ou non. En outre, si cette crise des exports met en difficulté une partie de l’industrie du traitement des déchets et en particulier les industriels du recyclage, elle laisse pour l’instant hors de cause les responsables premiers de cette surproduction de déchets, et ceux qui en bénéficient le plus : les metteurs en marché des produits manufacturés. Ceux-ci ont en effet été peu inquiétés jusqu’à présent alors même que, par exemple, 45% du plastique produit en France l’est à des fins d’emballage. A l’heure actuelle, l’esquisse de réponse à cette crise consiste à laisser l’industrie des déchets régler le problème toute seule, notamment en développant une nouvelle filière de combustion (CSR) qui génère beaucoup d’espérances, ou en trouvant de nouvelles routes d’export. Il faudrait au contraire que survienne une prise de conscience du problème global, pour enfin se tourner enfin vers des politiques drastiques et rigoureuses de prévention des déchets et de décroissance, incluant aussi les industries manufacturières. Pour cela, il serait souhaitable que l’industrie du traitement des déchets notamment pèse de tout son poids face aux metteurs en marché, pour demander plus de prévention des déchets et d’éco-conception des produits, mais sans doute s’agit-il d’un vœu pieux.

En tout état de cause, géopolitique oblige, les pays (notamment) asiatiques ont bien compris qu’ils appuient sur une plaie douloureuse pour les pays Occidentaux, qui noue un véritable rapport de force. La brèche ouverte, il est peu probable que cette pression se relâche dans un avenir proche.

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]