Exports de déchets et retours à l’envoyeur : analyse d’une crise mondiale des déchets (2/3)

Suite à la fermeture des frontières chinoises annoncée en 2017, et de l'effet domino qui s'en est suivi en Asie, un véritable séisme agite le monde du traitement des déchets. Partie 2/3 du dossier : retour sur la décision chinoise, et la très récente évolution du droit international en matière d'exports de plastiques.

Partager

La fermeture des frontières chinoise en 2018 : un coup de tonnerre dans le monde des déchets

Tout commence lorsqu’en 2017, la Chine notifie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) son intention d’interdire l’export vers son territoire de 24 catégories de déchets (textiles, métaux, déchets non triés…), laquelle interdiction sera renforcée par une hausse des exigences de tri des déchets encore acceptés, exigence confinant à l’impossible. Ce dispositif juridico-commercial sera également complété, sur le terrain, par un renforcement des contrôles douaniers. Ce programme appelé « Épée Nationale » a été mis en place par la Chine sur triple fond de :

  • nécessité environnementale de réduire l’impact des imports de déchets de qualité insuffisante ou trop mélangés sur son territoire (le mélange étant un facteur rendant le recyclage plus difficile) : il s’agit du facteur évoqué officiellement dans la notification à l’OMC,
  • besoin de traiter en priorité ses propres déchets, attendu que la production chinoise de déchets est en forte augmentation, en conséquence du développement industriel du pays et de l’enrichissement de sa classe moyenne,
  • montée en gamme à la fois de son industrie du recyclage et de son arsenal productiviste sans doute moins nécessiteux de matières de basse qualité.

Le séisme, colossal, a remis en question un ronron bien organisé d’exports de dizaines de millions de tonnes de déchets des pays occidentaux vers la Chine. Le re-routage n’a pas tardé et très vite, d’autres pays asiatiques ont dû faire face à des exports inédits de déchets (Malaisie, Indonésie, etc.), sur fond de bandes organisées (notamment chinoises) cherchant d’autres routes pour les déchets. A ce sujet, nous vous conseillons la lecture de ce rapport d’avril 2019 de GAIA, et de notre article en synthétisant les grandes lignes.

En l’état de nos connaissances et de l’opacité du secteur, il est difficile de nous avancer sur des chiffres, y compris s’agissant des exports français. L’éco-organisme Citéo communique sur un export hors Europe de 1% des déchets d’emballages français (soit environ 35 000 tonnes sur les 3.5 millions de tonnes de déchets d’emballages ménagers annuels). Ce chiffre ne concerne cependant qu’un seul flux de déchets (rappelons que la France produit environ 37 millions de tonnes de déchets ménagers, et environ 60 millions de tonnes de déchets d’activités économiques chaque année), ni bien sûr n’inclut les exports illégaux passant sous les radars.

Pour sa part, la fédération des entreprises du recyclage (FEDEREC), soulignait dans son rapport 2018 « le marché du recyclage », le fort impact des restrictions d’import par la Chine, en particulier sur les matières plastiques. Ce rapport pointe le chiffre (voir page 24), pour la filière des plastiques (904 000 tonnes collectées en 2018), de 250 000T destinées à la Chine en 2017 (chiffre quasi nul en 2018), pour des exports évalués à 409 000T en 2018 (Europe + grand export).

Toujours est-il que deux filières semblent co-exister, ce qui ne facilite pas la compréhension du sujet. Certains exports de déchets bien triés et ayant une vraie valeur de marché sont tout à fait légaux au sens du droit international ; d’autres exports concernent des déchets en mélange, impropres au recyclage ou beaucoup moins demandés, allant jusqu’à nourrir des mafias locales et bien évidemment pas toujours notifiés aux Etats receveurs. D’où des actions spectaculaires de « retours à l’envoyeur » de certains pays asiatiques, notamment au cours de l’été 2019, faisant valoir l’absence de notification de certains conteneurs (voir article 1/3). Le rapport précité semble confirmer cette « dualité » des filières, pour le plastique en particulier (page 25) : « Les films en mélange ou « à laver » sont particulièrement touchés par la baisse de la demande. Nécessité d’ amélioration du tri et des qualités produites, réorientation des flux, saturation des filières, difficultés de placement des volumes et chute des cours. Les plastiques techniques, les monoproduits propres et ceux de bonnes qualités sont quant à eux relativement épargnés, et continuent de trouver preneurs à des prix décents, même en Chine. »

La filière illégale, qui génère trafics et pollutions à l’étranger, est inacceptable. La filière légale doit quant à elle nous amener à questionner la mondialisation sans limite, et la prétendue « circularité » de l’envoi de déchets suivi du retour de produits manufacturés, dont l’impact environnemental est catastrophique également.

L’évolution récente de la convention de Bâle: un contrôle accru des exportations de déchets plastiques ?

Retour au cadre juridique : les États parties à la convention de Bâle, en mai 2019 lors de la COP 14, ont décidé de modifier les annexes de la convention afin que les mouvements transfrontières de déchets plastiques (y compris en mélanges) soient désormais soumis à la procédure d’accord préalable (sauf certains plastiques facilement recyclables).

En résumé, cette décision :

  • limite l’application de la procédure “souple” d’information aux exports des déchets plastiques non mélangés, de certaines résines qui se recyclent couramment (PE, PET, PP…), s’ils sont effectivement destinés à être recyclés (rubrique B3011),
  • soumet à la procédure plus “lourde” de notification les déchets plastiques contaminés par des substances dangereuses (ajout d’une rubrique A3210),
  • soumet par défaut les autres plastiques à la procédure de notification (“examen spécial” – ajout d’une rubrique « balai » Y48).

Pour mémoire, c’est en octobre 2018 que l’État norvégien avait décidé de mettre les pieds dans le plat, en communiquant une série de proposition d’amendements à la convention de Bâle afin de la renforcer concernant l’exportation des déchets plastiques. L’acte envisagé consistait à créer de nouvelles rubriques aux annexes de la convention afin que les déchets de matières plastiques non dangereux / dangereux (y compris en mélanges) soient désormais soumis à la procédure de notification.

A la suite de cette proposition d’amendements, les réactions ont été partagées. Les ONG spécialisées ont salué et soutenu cette proposition, compte-tenu de l’amélioration du contrôle des exportations des déchets qu’elle constitue. A l’inverse, les entreprises de recyclage ainsi que certains États industrialisés considéraient que cette proposition “aurait des conséquences importantes, administratives et financières, pour les entreprises” (voir communiqué FNADE à ce sujet).

Cette série d’amendements a par la suite fait l’objet de nombreuses discussions au sein du groupe de travail de la convention de Bâle, ainsi qu’au sein de l’Union européenne, aboutissant à une position unique pour l’UE fin avril 2019, quelques jours avant ladite COP 14. Cette position reprenait la proposition norvégienne, en précisant son contenu, et en décalant son entrée en vigueur.

En définitive, dans la mesure où la convention de Bâle ne revêtait pas un tel degré de précision, cette décision qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, permettra selon les autorités publiques françaises un meilleur contrôle des flux mondiaux de déchets plastiques. Le site internet France Diplomatie énonce à cet égard:

Cette décision permettra une plus grande traçabilité des flux mondiaux de déchets plastiques. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2021. A cette date, toutes les cargaisons de déchets plastiques impropres au recyclage seront soumises à la procédure d’accord préalable de la Convention. Les pays qui ne seraient pas en mesure de traiter ces déchets pourront donc les refuser.

A la suite de l’annonce chinoise, le sujet des exportations de déchets a été rapidement médiatisé, amenant in fine à une évolution des règles internationales comme rappelé ci-avant. En synthèse, l’amendement apporté à la Convention de Bâle rend beaucoup plus drastiques les contrôles liés aux exports de déchets plastiques (rappelant à quel point le plastique en particulier est un matériau problématique), et rend beaucoup plus difficile l’export de déchets en mélange. Les années 2019/2020 apparaissent ainsi comme une période de transition, dans la mesure où cet amendement doit désormais être transcrit en droit européen, et « adapté » dans le cadre du régime propre aux pays membres de l’OCDE. Bien évidemment, les discussions diplomatiques vont bon train, face à des pays tels que les États-Unis d’Amérique non signataires de la convention de Bâle, a priori peu enclins à suivre la logique plus vertueuse dictée par la nouvelle réglementation.

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]