24 novembre 2020
Moïra Tourneur

La filière de recyclage du papier en France a-t-elle un avenir ?

Le 16 novembre dernier, Zero Waste France participait à une table-ronde organisée par l’Assemblée nationale avec plusieurs ONGs environnementales sur la filière française de recyclage du papier. A cette occasion, les associations présentes ont rappelé les différents enjeux inhérents au traitement des déchets papiers.

Partager

Vers des valorisations en “mode dégradé” du papier ?

Quelles perspectives pour la filière de recyclage du papier en France ? C’est la question sur laquelle se penchent plusieurs député.es depuis quelques mois dans le cadre d’une mission d’information de l’Assemblée nationale. 

Le point de départ de leur réflexion est la fermeture de l’usine de recyclage de papier de la Chapelle-Darblay, à Grand-Couronne en Seine-Maritime, depuis juin 2020. En effet, avec la fermeture de ce site industriel rouennais et sans perspective de reprise à date, c’est le papier trié annuellement par 24 millions de citoyen.nes qui va devoir trouver de nouveaux débouchés. Impossible d’envisager traiter tout ce papier avec les seules papeteries restantes en France : dans ce contexte, c’est la perspective d’un export pour recyclage à l’étranger qui semble se dessiner. Cette solution est loin d’être satisfaisante, le coût environnemental et social de l’export n’étant absolument pas neutre.

D’aucuns pourraient songer au compostage du papier afin de réduire la part de gisement à exporter : si cette valorisation paraît séduisante de prime abord – le bois qui a servi à la fabrication du papier retourne à la terre et nourrit le sol pour la croissance d’autres espèces végétales -, elle pose question quant à son impact sur la qualité du compost. Un apport de papier en trop grande proportion pourrait effectivement créer des déséquilibres dans le compost, d’autant plus en présence des encres minérales, parfois toxiques, imprimées sur les papiers.

Dernier débouché possible pour se défaire de ces papiers : l’incinération à travers les combustibles solides de récupération. Le papier étant un bon combustible, pourquoi se priverait-on d’utiliser des déchets papiers non traités afin d’incinérer d’autres déchets résiduels ? Il faut garder en tête ici que brûler des déchets, c’est détruire des ressources : la fibre papetière peut souvent être recyclée de 5 à 7 fois, là où l’incinération émet des polluants dans l’air et l’eau.

Remettre en question la société du tout-recyclage ne veut pas dire rejeter toute forme de recyclage

Lors d’une table-ronde en ligne le 16 novembre dernier, les député.es de la mission d’information ont réuni les associations France Nature Environnement, Greenpeace, WWF et Zero Waste France dans le cadre de leur cycle d’auditions sur la filière de recyclage du papier. L’occasion pour Zero Waste France de rappeler sa position vis-à-vis des enjeux liés au recyclage : si l’association dénonce activement la société du tout recyclage qui légitime l’usage unique et le tout jetable, elle n’est pas pour autant opposée au recyclage et a fortiori des matériaux qui peuvent être recyclés de manière relativement efficace. 

Le recyclage n’est pas soutenable s’il n’est pas complémentaire de la prévention des déchets, surtout s’il incite au contraire à la consommation de produits jetables en la justifiant. En revanche, il est une partie de la solution pour les  déchets qui n’ont pu être évités et doivent être traités. C’est notamment le cas du papier, qu’il vaut souvent mieux recycler, d’autant plus dans le cadre d’un savoir-faire local. Dans cette perspective, la fermeture de l’usine de la Chapelle-Darblay est préoccupante à plus d’un égard.

Préserver une filière locale pour un recyclage soutenable

La fermeture du  site de la Chapelle-Darblay pose ainsi la question du devenir des déchets papiers qu’il traitait auparavant, mais aussi de la perte des emplois et du savoir-faire qu’il entretenait. Papeterie presque centenaire employeuse de plus de 200 salarié.es, elle constituait un fournisseur de choix de papier recyclé pour environ 25 % de la presse imprimée française. Symptomatique de la crise de la filière du papier-carton, son cas est ainsi porteur d’enjeux aussi bien environnementaux qu’industriels et sociaux : il s’agit de sauver voire créer des emplois, protéger un écosystème de traitement opérationnel et relativement vertueux, et participer au maillage industriel local sur le territoire français. 

Les député.es devraient remettre un rapport d’information courant janvier : elles et ils y proposeront notamment différentes pistes pour soutenir la filière de recyclage du papier.

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]