24 novembre 2020
Moïra Tourneur

La filière de recyclage du papier en France a-t-elle un avenir ?

Le 16 novembre dernier, Zero Waste France participait à une table-ronde organisée par l’Assemblée nationale avec plusieurs ONGs environnementales sur la filière française de recyclage du papier. A cette occasion, les associations présentes ont rappelé les différents enjeux inhérents au traitement des déchets papiers.

Newsletter
Partager

Vers des valorisations en “mode dégradé” du papier ?

Quelles perspectives pour la filière de recyclage du papier en France ? C’est la question sur laquelle se penchent plusieurs député.es depuis quelques mois dans le cadre d’une mission d’information de l’Assemblée nationale. 

Le point de départ de leur réflexion est la fermeture de l’usine de recyclage de papier de la Chapelle-Darblay, à Grand-Couronne en Seine-Maritime, depuis juin 2020. En effet, avec la fermeture de ce site industriel rouennais et sans perspective de reprise à date, c’est le papier trié annuellement par 24 millions de citoyen.nes qui va devoir trouver de nouveaux débouchés. Impossible d’envisager traiter tout ce papier avec les seules papeteries restantes en France : dans ce contexte, c’est la perspective d’un export pour recyclage à l’étranger qui semble se dessiner. Cette solution est loin d’être satisfaisante, le coût environnemental et social de l’export n’étant absolument pas neutre.

D’aucuns pourraient songer au compostage du papier afin de réduire la part de gisement à exporter : si cette valorisation paraît séduisante de prime abord – le bois qui a servi à la fabrication du papier retourne à la terre et nourrit le sol pour la croissance d’autres espèces végétales -, elle pose question quant à son impact sur la qualité du compost. Un apport de papier en trop grande proportion pourrait effectivement créer des déséquilibres dans le compost, d’autant plus en présence des encres minérales, parfois toxiques, imprimées sur les papiers.

Dernier débouché possible pour se défaire de ces papiers : l’incinération à travers les combustibles solides de récupération. Le papier étant un bon combustible, pourquoi se priverait-on d’utiliser des déchets papiers non traités afin d’incinérer d’autres déchets résiduels ? Il faut garder en tête ici que brûler des déchets, c’est détruire des ressources : la fibre papetière peut souvent être recyclée de 5 à 7 fois, là où l’incinération émet des polluants dans l’air et l’eau.

Remettre en question la société du tout-recyclage ne veut pas dire rejeter toute forme de recyclage

Lors d’une table-ronde en ligne le 16 novembre dernier, les député.es de la mission d’information ont réuni les associations France Nature Environnement, Greenpeace, WWF et Zero Waste France dans le cadre de leur cycle d’auditions sur la filière de recyclage du papier. L’occasion pour Zero Waste France de rappeler sa position vis-à-vis des enjeux liés au recyclage : si l’association dénonce activement la société du tout recyclage qui légitime l’usage unique et le tout jetable, elle n’est pas pour autant opposée au recyclage et a fortiori des matériaux qui peuvent être recyclés de manière relativement efficace. 

Le recyclage n’est pas soutenable s’il n’est pas complémentaire de la prévention des déchets, surtout s’il incite au contraire à la consommation de produits jetables en la justifiant. En revanche, il est une partie de la solution pour les  déchets qui n’ont pu être évités et doivent être traités. C’est notamment le cas du papier, qu’il vaut souvent mieux recycler, d’autant plus dans le cadre d’un savoir-faire local. Dans cette perspective, la fermeture de l’usine de la Chapelle-Darblay est préoccupante à plus d’un égard.

Préserver une filière locale pour un recyclage soutenable

La fermeture du  site de la Chapelle-Darblay pose ainsi la question du devenir des déchets papiers qu’il traitait auparavant, mais aussi de la perte des emplois et du savoir-faire qu’il entretenait. Papeterie presque centenaire employeuse de plus de 200 salarié.es, elle constituait un fournisseur de choix de papier recyclé pour environ 25 % de la presse imprimée française. Symptomatique de la crise de la filière du papier-carton, son cas est ainsi porteur d’enjeux aussi bien environnementaux qu’industriels et sociaux : il s’agit de sauver voire créer des emplois, protéger un écosystème de traitement opérationnel et relativement vertueux, et participer au maillage industriel local sur le territoire français. 

Les député.es devraient remettre un rapport d’information courant janvier : elles et ils y proposeront notamment différentes pistes pour soutenir la filière de recyclage du papier.

Actualités

à la une
11 juin 2024

Extrême droite : la position de Zero Waste France

Le score historique de l'extrême-droite aux élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale constituent un énorme risque pour la transition écologique et la réduction des déchets.[...]

07 juin 2024

Préservation des ressources, réduction des déchets : pourquoi nous avons besoin d’une Europe ambitieuse

Interdiction de plastiques à usage unique, responsabilité des producteurs : des règles qui ont en commun de résulter du droit de l'UE. À l’occasion du renouvellement du Parlement européen, Zero Wa[...]

06 juin 2024

Sondage : les Français·es majoritairement favorables à l’interdiction des bouteilles en plastique de moins de 50 cl

Alors que les scandales dans le secteur de l’eau en bouteille se succèdent, un sondage OpinionWay pour les associations Zero Waste France et No Plastic In My Sea, rendu public ce jour, montre que [...]

29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]