30 juillet 2020
Marine Foulon

Le livre qui dévoile les travers du tout-recyclage

Cet article livre un résumé du livre "Recyclage, le grand enfumage : comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable", écrit par Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France et publié aux éditions Rue de l’échiquier.

Partager

Synopsis

« Recyclage, le grand enfumage – Comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable » alerte sur les limites, les écueils et même les dangers d’une politique du tout-recyclage. Celle-ci peut en effet encourager et alimenter un système fondé sur le jetable et l’usage unique, et in fine accentuer le problème des déchets et de la surconsommation, plutôt que d’aider à le résoudre. Le livre décrypte et dénonce aussi l’instrumentalisation du recyclage et de l’économie circulaire à des fins de greenwashing, de marketing et de lobbying. L’auteure et l’association Zero Waste France affirment qu’il faut avant tout en finir avec l’ère du jetable, et donner au recyclage sa juste place, celle d’une ultime étape permettant de récupérer la matière d’objets arrivés réellement en fin de vie, après une utilisation pouvant être prolongée par le réemploi ou la réparation.

Questions-Réponses

Pourquoi ce livre ?

A l’origine de ce livre, il y a plusieurs observations faites dans le cadre de l’activité militante de Zero Waste France depuis la fin des années 1990, parmi lesquelles :

  • le constat répété que la hiérarchie de traitement des déchets, qui veut que la priorité soit donnée à la réduction des déchets à la source, n’est tout simplement pas appliquée. Bien que ce principe figure dans la législation française et européenne, il est balayé par des logiques économiques et industrielles qui continuent de privilégier le « traitement » des déchets (par recyclage au mieux, mais encore trop souvent par l’incinération ou la mise en décharge) à l’évitement des déchets.
  • le constat, plus récent, que le recyclage est devenu l’argument n°1 de l’industrie du jetable, et des secteurs dépendants du jetable, pour justifier leur modèle.
  • le constat, enfin, que les campagnes de communication sur l’importance du « geste de tri » ont été tellement omniprésentes ces 30 dernières années, que celui-ci est désormais considéré comme l’éco-geste par excellence. Et, surtout, qu’il est considéré comme « suffisant » dans l’imaginaire collectif.

Face à ces constats, la position historique de Zero Waste France consistant à rappeler les insuffisances du recyclage est apparue trop mesurée. Flore Berlingen a proposé de la faire évoluer, au travers de ce livre, vers un message d’alerte plus radical.

Est-ce un livre contre le recyclage ?

Non. Le livre ne critique pas le recyclage en tant que tel, mais le fait de chercher à recycler des objets ou emballages dont l’utilité sociale ne justifie pas les impacts (sociaux et environnementaux) négatifs. Dans une société dans laquelle la parenthèse du jetable aura été refermée, le recyclage restera indispensable pour faire le meilleur usage des objets arrivés réellement en fin de vie.

La politique du « tout-recyclage » est critiquée, pour ses effets contre-productifs (encourager ou pérenniser une surconsommation de ressources) et lénifiants. Elle empêche en effet de se poser les bonnes questions : quelles sont les priorités de notre société en termes d’utilisation et de partage des ressources ?

Est-ce un livre franco-français ?

Non. Bien que la partie concernant la gouvernance des filières de responsabilité élargie du producteur traite d’exemples français, une partie de l’analyse pourrait être transposée à d’autres contextes. Dans le reste de l’ouvrage, les exemples et les références citées sont aussi bien français qu’internationaux. Les problèmes identifiés ne sont pas spécifiquement français, ils tiennent au contraire à un modèle de production aujourd’hui globalisé.

Résumé du livre

La première partie du livre reprend et synthétise les limites du recyclage, en tant qu’ensemble de techniques d’une part, et en tant que système organisé, d’autre part.

  • Limites techniques/physiques du recyclage : d’un matériau à l’autre, les possibilités de recyclage diffèrent, et la dégradation inhérente au processus de recyclage est plus ou moins importante. Cependant, quel que soit le matériau, le recyclage entraîne des pertes, des consommations et des rejets. Il ne peut être présenté comme une activité intrinsèquement bénéfique du point de vue environnemental, comme c’est trop souvent le cas, et le « recyclage à l’infini » est également un mythe à déconstruire.
  • Critique du fonctionnement des filières de recyclage en France : la gouvernance des filières de responsabilité élargie du producteur (REP), dans laquelle ces derniers gardent la main sur des décisions stratégiques (application d’éco-modulations sur les contributions, financements de R&D, communication grand public) a pour conséquence une moindre efficacité, mais aussi des actions contradictoires avec l’objectif de réduction des déchets.
« Le recyclage est devenu un argument de vente pour des objets à usage unique ou à courte durée de vie, en contradiction complète avec les objectifs de réduction des déchets. Des moyens humains et financiers considérables sont déployés à tenter d’élaborer des procédés de recyclage qui resteront imparfaits, pour des emballages ou objets qui ne devraient même pas exister. » (Flore Berlingen)

Une deuxième partie décrypte ensuite l’instrumentalisation du recyclage, à des fins de greenwashing, de marketing et de lobbying pour éviter toute réglementation contraignante concernant l’usage du jetable ou la fin de vie des produits.

  • Le recyclage comme alibi du jetable, voire comme argument de vente : face à un public de plus en plus préoccupé par l’impact environnemental des déchets (plastiques en particulier), la recyclabilité (théorique ou effective) est utilisée comme une justification et comme un écran de fumée. L’instrumentalisation du recyclage passe par des opérations de communication typiques du greenwashing, et parfois par un support direct à la vente (ex. bons d’achats offerts en échange de vêtements rapportés à des grandes enseignes de la fast fashion).
  •  La stratégie des engagements volontaires et des effets d’annonce : l’argument du recyclage est mis au service de stratégies de lobbying, au travers de plans d’actions « volontaires » mis en avant par les entreprises et visant à se substituer à des trajectoires définies de manière plus démocratique par la législation et qui seraient plus ambitieuses, contraignantes et collectives.

La troisième partie du livre remonte à la source de ces écueils, en observant comment le modèle industriel et économique du recyclage entretient la surconsommation.

  • Parallélisme entre l’industrie du recyclage et l’économie linéaire : bien qu’il soit associé à l’économie circulaire, et donc souvent présenté en opposition à l’économie linéaire, la majorité des activités de recyclage relève des mêmes logiques industrielles et économiques (exploitation d’un gisement, rémunération de l’activité au volume traité, recherche de volumes croissants et d’économies d’échelles…)
  • Le recyclage comme débouché d’une surproduction : à l’instar de l’obsolescence programmée, on peut voir le recyclage comme le nouveau débouché d’une surproduction caractéristique du capitalisme, et qui tient aussi au caractère productiviste de notre économie.

La quatrième et dernière partie de l’ouvrage présente quelques-unes des propositions de Zero Waste France pour, d’une part sortir de l’ère du jetable et d’autre part améliorer le recyclage :

  • quotas de réemploi obligatoires et progressifs,
  • relative standardisation des emballages,
  • soutiens au secteur de la réparation,
  • refonte des filières REP

Recyclage, le grand enfumage : comment l’économie circulaire est devenue l’alibi du jetable

Flore Berlingen, Editions Rue de l’échiquier, disponible en librairies et en version numérique, 13 euros. 

Commander sur le site de l’éditeur

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]

05 janvier 2021

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.

04 janvier 2021

Non-respect du « STOP PUB » : fiche pratique pour déposer plainte

Si votre autocollant « STOP PUB » n’est pas respecté et que le dialogue avec les enseignes concernées n’a pas abouti, il est possible d’aller plus loin et de déposer plainte contre les enseignes a[...]

à la une
23 décembre 2020

Lancez-vous dans un défi pour réduire le gaspillage des ressources

Essayer de réduire au maximum ses achats d’objets neufs pendant un an, c’est le défi que propose Zero Waste France en guise de résolution pour commencer la nouvelle année.

17 décembre 2020

Loi ASAP : vers une régression plus qu’une “simplification” du droit de l’environnement

La loi d’accélération et de simplification de l’action publique (dite loi ASAP) a été définitivement adoptée le 7 décembre 2020, après une validation du Conseil constitutionnel. Elle porte plusieu[...]

15 décembre 2020

5 ans après l’Accord de Paris : le dérèglement climatique s’accélère et toujours pas d’action concrète à l’horizon

Le 12 décembre 2015, 195 pays adoptaient l’Accord de Paris sur le climat à la suite des négociations menées dans le cadre de la COP21. Cinq ans après, le bilan est loin d’être à la hauteur des amb[...]

08 décembre 2020

Pires pollueurs plastiques au monde en 2020 : et le gagnant est …

De quelles marques proviennent la majorité des déchets plastiques ? Le mouvement Break Free From Plastic vient de publier son audit 2020. Sans surprise, Coca-Cola, Pepsi Co et Nestlé restent les p[...]

03 décembre 2020

Zero Waste France dénonce les dérives du Black Friday

Reporté mais pas annulé, le Black Friday 2020 aura lieu le 4 décembre 2020. Dans le contexte actuel difficile pour les commerçant.e.s, il est important de rappeler que cette journée pose divers pr[...]

26 novembre 2020

Les mots (zéro) déchet

Bioplastiques, recyclage, réemploi, biodéchets... pas toujours facile de s’y retrouver dans ce vocabulaire spécialisé. Zero Waste France vous propose quelques définitions liées aux déchets ou à la[...]