03 décembre 2020
Alice Elfassi

Zero Waste France dénonce les dérives du Black Friday

Reporté mais pas annulé, le Black Friday 2020 aura lieu le 4 décembre 2020. Dans le contexte actuel difficile pour les commerçant.e.s, il est important de rappeler que cette journée pose divers problèmes à la fois juridiques, environnementaux et sociaux.

Partager

Le Black Friday 2020, opération commerciale illégale d’après la loi anti-gaspillage

Le Black Friday a été reporté du vendredi 27 novembre au vendredi 4 décembre cette année, en raison de la crise sanitaire. Le débat autour de son maintien, de son report ou de son annulation a duré plusieurs semaines et fait couler beaucoup d’encre dans les médias. Au-delà de ces discussions d’ordre politique et économique qui ont fini par aboutir au report d’une semaine de l’événement pour permettre aux commerces d’être ouverts, Zero Waste France tient à rappeler que la loi a déjà tranché pour l’interdiction de cette opération.

En effet, l’article 12 de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (dite loi AGEC) a intégré dans le code de la consommation l’interdiction du fait, “dans une publicité, de donner l’impression, par des opérations de promotion coordonnées à l’échelle nationale, que le consommateur bénéficie d’une réduction de prix comparable à celle des soldes”, en-dehors des périodes de soldes définies par la loi. Ces périodes recouvrent les quatre semaines de soldes d’hiver débutant en janvier et les quatre semaines de soldes d’été débutant en juin, et excluent donc le Black Friday qui se tient le dernier vendredi de novembre, lendemain de la fête américaine de Thanksgiving.

Plus précisément, cette pratique est intégrée parmi les pratiques commerciales trompeuses énumérées par le code de la consommation, qui sont sanctionnées d’une peine d’emprisonnement de deux ans maximum et d’une amende de 300 000 euros maximum, cette amende pouvant être portée à 50 % des dépenses de la publicité ou de la pratique en cause.

Cette interdiction est entrée en vigueur dès le 12 février 2020, et est donc applicable au Black Friday 2020, exposant les commerces et enseignes qui y participent à des sanctions pénales en cas de recours. Ce rappel à la loi est aujourd’hui nécessaire, au-delà des problématiques sociales et environnementales posées par le Black Friday qu’il convient aussi de souligner.

Le Black Friday, une vaste opération commerciale souvent trompeuse

Le Black Friday consiste bien souvent pour les grandes enseignes à mettre en avant des promotions extrêmement avantageuses, des prix cassés qui en réalité ne représentent pas toujours de vraies réductions pour les consommateurs. C’est le sens de la mise en demeure déposée par l’UFC-Que Choisir à l’encontre de plusieurs grandes enseignes : l’association de consommateurs fait état de promotions mensongères et trompeuses, par lesquelles les professionnels augmentent leurs prix quelques semaines avant le Black Friday afin de mettre en avant des promotions extravagantes le jour J, en réalité calculées sur ce prix plus élevé. Les enseignes profitent ainsi de l’absence d’encadrement légal de la réduction des prix pour tromper les consommateurs en leur faisant croire à de bonnes affaires. A cet effet, l’interdiction législative des campagnes promotionnelles en-dehors des périodes légales de soldes, visant notamment le Black Friday, trouve tout son sens.

Le Black Friday, une incitation à la consommation défavorable aux petits commerces

Le Black Friday est une opération commerciale qui incite à la surconsommation et crée de nouveaux besoins chez les consommateurs, occasionnant une surexploitation tant des ressources naturelles que des travailleurs et travailleuses.

De plus, cet événement favorise les (très) grandes enseignes commerçantes, notamment en ligne, au détriment des petits commerces. C’est la raison pour laquelle quatre fédérations de commerçants ont publié le 8 novembre dernier une tribune dans le Journal du Dimanche pour demander au gouvernement l’interdiction pure et simple du Black Friday. L’un de leurs arguments majeurs est l’impossibilité pour les petits commerces de pratiquer des réductions de prix importantes dans un contexte de fermeture prolongée et de tentative de sauvetage de leur chiffre d’affaires. Loin d’être la solution à la crise économique découlant de la crise sanitaire, le Black Friday ne fait ainsi que creuser les inégalités entre géants du (e-)commerce et petits commerçants.

Pour résister au Black Friday, Zero Waste France préconise de privilégier les alternatives au neuf, par exemple la réparation ou l’occasion, ainsi que les commerces locaux et artisanaux.

Inscrivez-vous au Défi « Rien de neuf » !

Objectif : essayer d’acheter le moins d’objets neufs possible pendant un an en questionnant vos besoins et en découvrant les alternatives au neuf.

S’inscrire

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

à la une
20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]

08 avril 2022

Le réseau Zero Waste, reflet de la force de l’engagement citoyen pour une société plus sobre

Reportées plus de deux ans d’affilée à cause de la crise sanitaire, les rencontres annuelles du réseau Zero Waste ont enfin pu se tenir le weekend du 25 mars 2022. Retour en mots et en images sur [...]

06 avril 2022

Rien de neuf : un mois pour faire découvrir les alternatives aux étudiant·es !

En avril, Zero Waste France lance un Défi “Rien de neuf” à taille réduite aux étudiant·es. Objectif : leur faire découvrir les alternatives au neuf et lever les freins pour les aider à s’engager d[...]

17 mars 2022

Incendie d’un centre de tri de déchets à Saint-Chamas : Zero Waste France porte plainte

Le 17 mars 2022, Zero Waste France a porté plainte contre l’exploitant d’un centre de tri qui stockait des quantités illégales de déchets, jusqu’à prendre feu le 26 décembre 2021. Leçons d’un acci[...]

16 mars 2022

Quels leviers d’action pour développer le réemploi sur son territoire?

A l’occasion de la sortie du guide du Réseau Consigne à destination des collectivités, Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 10 mars dernier un temps d’échanges sur les solutions[...]

à la une
09 mars 2022

Suite du feuilleton “Fonds réparation” : Zero Waste France va en justice contre la baisse de son montant

Zero Waste France et les Amis de la Terre France ont attaqué le décret qui diminue le montant du fonds réparation, par un recours déposé le 25 février 2022 devant le Conseil d’Etat. Décryptage d’[...]