28 novembre 2019
Marine Foulon

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.

Partager

L’association Zero Waste France lance son alerte sur les réseaux sociaux. Elle rappelle que, sous les apparences trompeuses d’un cadeau fait aux consommateurs, les promotions du Black Friday cachent une triple exploitation : celle des ressources naturelles de la planète, de millions de travailleuses et travailleurs, et des revenus de chacun. 

“Les promotions n’existent pas, il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France souhaite insister, à l’occasion du Black Friday, sur les véritables coûts du système promotionnel dans son ensemble, et du modèle économique qui en est aujourd’hui dépendant. 

Ces coûts sont, avant tout, humain et sociaux : ce sont les travailleuses et travailleurs à toutes les étapes de la production et de la distribution qui sont les premières victimes des “prix cassés”. Des réductions de 50 ou 80%, lorsqu’elles s’enchaînent tout au long de l’année, ne sont possibles que parce que la rémunération des producteurs est tirée vers le bas. Les personnes qui fabriquent un tee- shirt vendu à 29 euros ne sont ainsi rémunérées que 0,18 euros

Mais nous sommes également tous touchés, indirectement, par la surexploitation des ressources naturelles, par les pollutions liées aux activités industrielles et par les changements climatiques qu’elles provoquent. Pour fabriquer ce même tee-shirt, il aura fallu consommer plus de 10 kg de matières premières et 2700 litres d’eau.  

“Les promotions sont présentées comme un cadeau fait aux consommateurs, ce qui est particulièrement cynique, puisque ce sont eux, in fine, qui en payent le prix. Les seuls véritables gagnants du Black Friday, ce sont ceux qui possèdent les enseignes dont le chiffre d’affaire explose ce jour là.” – Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France  

Pour résister au Black Friday : le Défi “Rien de neuf”

Plus de 25 000 personnes ont déjà rejoint le Défi Rien de neuf proposé par Zero Waste France et s’engagent à questionner leurs besoins et systématiquement rechercher une alternative au neuf pour tous leurs achats de vêtements, mobilier, électroménager, équipements électroniques, etc.

Le site internet du Défi – riendeneuf.org – recense plus de 400 alternatives disponibles (boutiques physiques ou plateformes en ligne permettant l’achat d’occasion, la location, le prêt, l’échange, la réparation…) et un groupe d’échange permet aux participants de s’entraider, se conseiller et résister ensemble à la pression marketing et publicitaire qui s’exerce notamment à l’approche du Black Friday.

« Demander où on peut trouver des ordinateurs reconditionnés, montrer sa fierté d’avoir recousu un vêtement, partager sa difficulté à convaincre son entourage, c’est ce qui fait l’objet des messages publiés sur ce groupe et pour lesquels les participants reçoivent toujours des réponses encourageantes ou inspirantes ». – Marine Foulon, coordinatrice du Défi « Rien de neuf »

Participez au Défi « Rien de neuf »

Pour repenser vos réflexes de consommation et découvrir les alternatives au neuf.

Je m’inscris

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]