Une ZAD à sur le site de l’incinérateur d’Echillais

Après l'autorisation d'exploiter un incinérateur et un TMB, une Z.A.D. s'est montée depuis le 31 décembre 2014 sur le terrain qui doit accueillir le nouvel incinérateur à Echillais.

Partager

Cela fait déjà plusieurs années que Zero Waste France suit de près la reconstruction d’un incinérateur à Rochefort – Echillais. Après de nombreux échanges dont une intervention infructueuse de Ségolène Royal (« si les élus concernés ont la capacité d’inventer le futur, ils renoncent à cet incinérateur » avait-elle affirmé le 30 septembre dernier à l’antenne de France Inter), le Syndicat intercommunautaire du littoral (SIL) a été autorisé le 15 octobre 2014 par arrêté préfectoral à exploiter un incinérateur d’une capacité de 69 000 tonnes par an. Un TMB d’une capacité de 85 000 tonnes par an a également été autorisé, ce qui va à l’encontre des objectifs de généralisation du tri à la source des biodéchets issus de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, qui prévoit que cette technique devrait être « évitée ».

Plusieurs recours ont été engagés en réponse. Un premier a été introduit par Pays Rochefortais Alert’ contre le plan départemental de prévention et de gestion des déchets, trop peu ambitieux s’agissant notamment de la gestion des biodéchets. Un autre, auquel Zero Waste France est partie, vise à contester le permis de construire l’usine. Enfin, PRA a récolté plus de 12 000€ afin de financer le recours imminent contre l’autorisation d’exploiter.

Dernier rebondissement en date : le 31 décembre dernier s’est spontanément constituée une Zone à défendre (ZAD). Entre vingt et trente personnes occupent en permanence le terrain sur lequel doit être construit l’incinérateur. Ce mouvement citoyen a été très bien accueilli par la population, puisque plusieurs réunions publiques ont été organisées par les occupants (notamment le 8 janvier puis tous les dimanches suivants), et ont rassemblé jusqu’à 800 personnes !

Le SIL a saisi la justice afin d’obtenir leur expulsion : le 12 janvier 2015, le Tribunal administratif de Poitiers a ainsi enjoint aux personnes identifiées de libérer les lieux, et autorisé le recours à la force publique le cas échéant. Le Tribunal a notamment estimé que cette présence d’individus extérieurs à l’usine de compostage située à proximité constituait un risque pour la sécurité des personnes et des biens, eu égard aux émanations de méthane. Il a également souligné que l’entrave à l’accès risque de porter atteinte au bon fonctionnement du service public de traitement des déchets. Pour l’instant le site est toujours occupé dans le calme.

Au-delà de la contestation du projet, c’est aussi un mouvement de proposition de solutions alternatives qui germe. Ainsi, la création d’un « collectif zéro déchet » est imminente, dans le but de promouvoir la réduction des déchets à la source ainsi que des traitements plus respectueux de l’environnement. On ne peut évidemment que soutenir cette initiative qui fait souffler un vent nouveau sur la politique de gestion des déchets.

Suivre la page facebook des Zadistes : https://www.facebook.com/ZoneADefendreEchillais

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]

05 janvier 2021

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.