22 mai 2018
Marine Foulon

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : le débat est ouvert

Paris, le 22 mai 2018 - L'ouverture de l'enquête publique sur l'incinérateur d'Ivry-Paris XIII permet aux associations de faire valoir à nouveau des alternatives à ce projet.

Partager

Alors que l’enquête publique sur le projet de reconstruction de l’usine d’incinération d’Ivry-Paris XIII s’ouvre aujourd’hui, Zero Waste France et le Collectif 3R rappellent l’incohérence de ce projet gigantesque (de l’ordre de 1 milliard d’euros de dépenses publiques) avec les objectifs décidés au niveau national et européen en matière d’économie circulaire. Les associations environnementales appellent plus que jamais à une remise à plat des hypothèses justifiant le projet, exercice auxquels elles ont d’ores et déjà contribué en élaborant un plan alternatif, le Plan B’OM dont une version actualisée sera présentée le 7 juin. L’enquête publique, passage obligé avant autorisation du projet par l’Etat, permet notamment l’analyse de l’étude d’impact.

Une dépense publique incohérente

Le Syctom (syndicat de traitement des déchets ménagers de Paris et 83 communes alentour) prévoit de dépenser environ 1 milliard d’euros dans la reconstruction de l’usine d’incinération d’Ivry-Paris XIII et son exploitation pendant 23 années. Cette décision repose sur des hypothèses de progression du tri ridiculement faibles : le Syctom considère que le taux de recyclage ne sera que de 27% en 2025, et 31% en 2030. Cela même, alors que les objectifs de la Loi de Transition Énergétique fixent la barre à 55% en 2020, et que l’Union européenne s’oriente vers un objectif à 55% pour 2025.

“Le Syctom traite 10% des déchets ménagers français, rappelle Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, un tel retard reviendrait donc à remettre en cause l’atteinte des objectifs non seulement à l’échelle régionale, mais aussi à l’échelle nationale, ce qui n’est pas acceptable compte tenu de l’urgence à agir”.

L’appel des associations à prendre le tournant de l’économie circulaire

Zero Waste France et le Collectif 3R continueront, tout au long de l’enquête publique, à faire entendre leur voix pour que la réduction des déchets, le recyclage et le compostage soient enfin mis au premier rang des priorités des dépenses publiques. “Notre objectif, c’est que soient appliquées en région parisienne les mesures qui ont fait leurs preuves ailleurs en France et en Europe” explique Anne Connan, co-présidente du Collectif 3R, “en Italie, la moyenne nationale est déjà à 50% de valorisation matière*!” (*recyclage + compostage)

Les associations environnementales avaient, dès les premières phases de concertation sur le projet, fait valoir des projections alternatives. Un plan avait été publié en 2015 pour esquisser les contours d’une politique publique permettant d’éviter la reconstruction de l’usine. Ce “Plan B’OM” réactualisé sera publié le 7 juin 2018, quelques jours avant la réunion publique organisée à Ivry le 14 juin dans le cadre de l’enquête publique. L’enquête publique, passage obligé avant autorisation du projet par l’Etat, permet notamment de débattre à propos de l’étude d’impact fourni par le maître d’ouvrage, laquelle doit inclure “Une description des solutions de substitution examinées et les principales raisons de son choix au regard des incidences sur l’environnement” (Source : Ministère de la transition écologique)

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]

05 janvier 2021

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.