Vote en Commission de la LTE : les Sénateurs tournent en rond

Réunis en Commission spéciale le 10 juin 2015, les sénateurs ont amendé le texte de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Sur le volet économie circulaire, ils ont tout fait pour revenir sur la version sortie de leur chambre en première lecture, piétinant toutes (ou presque) les avancées de l’Assemblée nationale.

Partager

Sur proposition de la sénatrice Jouanno, presque tous les rapports thématiques du gouvernement au Parlement ont été supprimés. Arguant qu’ils n’étaient jamais transmis, sous-entendant ainsi que l’administration ne fait pas son travail, elle a ainsi passé à la moulinette le rapport sur l’expérimentation d’affichage de la durée de vie des produits, l’extension de garantie à 5 voire 10 ans, ainsi que celui sur la composition des combustibles solides de récupération (CSR) et les marges d’amélioration en matière de tri et de substitution des matériaux. Quand on sait que ce sont notamment les rapports du MEDDE au Parlement qui ont permis de lancer le débat sur la fiscalité déchets, l’argument semble pétri de mauvaise foi. Si ces rapport ne constituent pas une fin en soi, ils avaient au moins le mérite d’obliger le gouvernement à se saisir des questions sur lesquelles il n’est pas prêt à légiférer. Le rapport sur la composition des CSR était notamment un garde-fou pour éviter le développement sauvage d’une filière dont la viabilité repose sur la pérennité de résidus de tri, alors même que la France et l’UE se sont données comme priorité  la réduction à la source. Les sénateurs ne semblent pas avoir pris conscience de l’enjeu, puisqu’ils ont en outre modifié le texte pour encourager le développement de la filière, là où les députés avaient joué d’une saine prudence en proposant un cadre réglementaire spécifique.

Concernant les déchets organiques, les sénateurs ont à nouveau fait preuve de frilosité, en réaffirmant leur demande d’une étude d’impact sur la généralisation du tri à la source des biodéchets. Les nombreux exemples de collectivités faisant le tri à la source des biodéchets en France, mais surtout partout en Europe, semblent ne pas être suffisants pour rassurer nos sénateurs…. mais le seront-ils un jour ? Il n’est de secret pour personne que la demande d’une étude d’impact est un moyen avéré pour faire trainer toute avancée…

Balayant d’un revers de la main la hiérarchie dans l’utilisation des ressources qu’ils ont eux-mêmes adopté, et la hiérarchie des modes de traitement qui donne la priorité à la prévention, les sénateurs ont à nouveau remplacé l’interdiction de la vaisselle jetable en plastique par une obligation de tri à la source. Ils ont bien sur prétexté des difficultés de mise en œuvre. Et pourtant, à cœur vaillant rien d’impossible… sauf quand le lobby du plastique s’en mêle !

Même reculade sur les sacs de caisse, dont les biosourcés compostables domestiquement sont désormais exemptés d’interdiction. Passons sur le fait que le « compostable domestiquement » pour un sac de caisse de taille et de solidité suffisante pour justement transporter une quantité raisonnable de commissions, n’existe pas… parce qu’il doit par essence être suffisamment fin pour se dégrader rapidement. Zero Waste France félicite le Club Bioplastique pour son lobbying fructueux, et s’excuse auprès des pays en développement qui ne pourront bientôt plus se nourrir à cause d’une pression trop forte sur les cours mondiaux des matières agricoles. « Ils ont faim, mais qu’ils mangent des sacs en bioplastique ! » aurait dit Marie-Antoinette.

Seule la filière REP papier semble avoir trouvé grâce auprès d’une majorité de sénateurs, qui ont réinstauré la contribution de la presse, sauf politique, générale et professionnelle qui pourront passer par la publicité pour soutenir Eco-Folio. Notons que les sénateurs ont réussi à tenir bon face au chantage absurde de l’industrie papetière, de Federec et d’Eco-Folio qui souhaitent faire disparaître l’objectif de 30 % de réduction de l’utilisation de papier dans l’administration. Comment peut-on s’opposer à la prévention d’un tel gaspillage sans rougir ? Ce n’est certainement pas cet objectif qui mettra en péril la filière papetière française, qui plutôt que de s’apitoyer sur son sort devrait sauter sur l’opportunité que lui donne la suite de l’article 19 sexies en fixant des objectifs d’utilisation de papier recyclé.

Les Sénateurs doivent maintenant se prononcer le 30 juin en séance. De nouvelles reculades sont à prévoir. L’Assemblée nationale devrait ensuite repartir de son propre texte de 2ème lecture et décider d’intégrer ou non les amendements votés par le Sénat.

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]

05 janvier 2021

STOP PUB : un courrier pour le faire respecter

Vous recevez des publicités non-sollicitées alors que votre boîte aux lettres dispose d'un autocollant STOP PUB ? Interpellez les enseignes qui ne respectent pas la loi.