Vote en Commission de la LTE : les Sénateurs tournent en rond

Réunis en Commission spéciale le 10 juin 2015, les sénateurs ont amendé le texte de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Sur le volet économie circulaire, ils ont tout fait pour revenir sur la version sortie de leur chambre en première lecture, piétinant toutes (ou presque) les avancées de l’Assemblée nationale.

Partager

Sur proposition de la sénatrice Jouanno, presque tous les rapports thématiques du gouvernement au Parlement ont été supprimés. Arguant qu’ils n’étaient jamais transmis, sous-entendant ainsi que l’administration ne fait pas son travail, elle a ainsi passé à la moulinette le rapport sur l’expérimentation d’affichage de la durée de vie des produits, l’extension de garantie à 5 voire 10 ans, ainsi que celui sur la composition des combustibles solides de récupération (CSR) et les marges d’amélioration en matière de tri et de substitution des matériaux. Quand on sait que ce sont notamment les rapports du MEDDE au Parlement qui ont permis de lancer le débat sur la fiscalité déchets, l’argument semble pétri de mauvaise foi. Si ces rapport ne constituent pas une fin en soi, ils avaient au moins le mérite d’obliger le gouvernement à se saisir des questions sur lesquelles il n’est pas prêt à légiférer. Le rapport sur la composition des CSR était notamment un garde-fou pour éviter le développement sauvage d’une filière dont la viabilité repose sur la pérennité de résidus de tri, alors même que la France et l’UE se sont données comme priorité  la réduction à la source. Les sénateurs ne semblent pas avoir pris conscience de l’enjeu, puisqu’ils ont en outre modifié le texte pour encourager le développement de la filière, là où les députés avaient joué d’une saine prudence en proposant un cadre réglementaire spécifique.

Concernant les déchets organiques, les sénateurs ont à nouveau fait preuve de frilosité, en réaffirmant leur demande d’une étude d’impact sur la généralisation du tri à la source des biodéchets. Les nombreux exemples de collectivités faisant le tri à la source des biodéchets en France, mais surtout partout en Europe, semblent ne pas être suffisants pour rassurer nos sénateurs…. mais le seront-ils un jour ? Il n’est de secret pour personne que la demande d’une étude d’impact est un moyen avéré pour faire trainer toute avancée…

Balayant d’un revers de la main la hiérarchie dans l’utilisation des ressources qu’ils ont eux-mêmes adopté, et la hiérarchie des modes de traitement qui donne la priorité à la prévention, les sénateurs ont à nouveau remplacé l’interdiction de la vaisselle jetable en plastique par une obligation de tri à la source. Ils ont bien sur prétexté des difficultés de mise en œuvre. Et pourtant, à cœur vaillant rien d’impossible… sauf quand le lobby du plastique s’en mêle !

Même reculade sur les sacs de caisse, dont les biosourcés compostables domestiquement sont désormais exemptés d’interdiction. Passons sur le fait que le « compostable domestiquement » pour un sac de caisse de taille et de solidité suffisante pour justement transporter une quantité raisonnable de commissions, n’existe pas… parce qu’il doit par essence être suffisamment fin pour se dégrader rapidement. Zero Waste France félicite le Club Bioplastique pour son lobbying fructueux, et s’excuse auprès des pays en développement qui ne pourront bientôt plus se nourrir à cause d’une pression trop forte sur les cours mondiaux des matières agricoles. « Ils ont faim, mais qu’ils mangent des sacs en bioplastique ! » aurait dit Marie-Antoinette.

Seule la filière REP papier semble avoir trouvé grâce auprès d’une majorité de sénateurs, qui ont réinstauré la contribution de la presse, sauf politique, générale et professionnelle qui pourront passer par la publicité pour soutenir Eco-Folio. Notons que les sénateurs ont réussi à tenir bon face au chantage absurde de l’industrie papetière, de Federec et d’Eco-Folio qui souhaitent faire disparaître l’objectif de 30 % de réduction de l’utilisation de papier dans l’administration. Comment peut-on s’opposer à la prévention d’un tel gaspillage sans rougir ? Ce n’est certainement pas cet objectif qui mettra en péril la filière papetière française, qui plutôt que de s’apitoyer sur son sort devrait sauter sur l’opportunité que lui donne la suite de l’article 19 sexies en fixant des objectifs d’utilisation de papier recyclé.

Les Sénateurs doivent maintenant se prononcer le 30 juin en séance. De nouvelles reculades sont à prévoir. L’Assemblée nationale devrait ensuite repartir de son propre texte de 2ème lecture et décider d’intégrer ou non les amendements votés par le Sénat.

Actualités

16 janvier 2023

Emballages des fruits et légumes : contre le grand retour du plastique !

Près d’un an après sa mise en œuvre, l’interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique est déjà en sursis. Zero Waste France agit avec les citoyen·nes pour se prémunir d’un recul cont[...]

à la une
09 janvier 2023

Zero Waste France et 2 autres ONGs assignent Danone en justice pour son utilisation de plastique

Zero Waste France, ClientEarth et Surfrider Foundation Europe assignent en justice le géant de l’agroalimentaire Danone pour son utilisation de plastique. Selon ces ONGs, Danone ne respecte pas la[...]

01 janvier 2023

Loi anti-gaspillage : quoi de neuf en 2023 ?

Bientôt trois ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, certaines de ses mesures se font encore attendre. Zero Waste France revient su[...]

13 décembre 2022

Retour sur la matinée technique du 17 novembre 2022 : « Commande publique contre déchets plastiques »

Zero Waste France et le WWF ont organisé le 17 novembre 2022 une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique e[...]

07 décembre 2022

Plaidoyer zéro déchet : journal de bord 2022

Depuis sa création en 1997, Zero Waste France se donne pour mission de faire avancer les politiques publiques pour réduire les déchets. À travers ses actions de plaidoyer, l'association vise à fai[...]

05 décembre 2022

Déchets = énergie verte : vraiment ?

Alors que l’Assemblée nationale arrive vers la fin de l’examen du projet de loi énergies renouvelables, Zero Waste France revient sur l’occasion manquée d’aligner les politiques déchets et énergie[...]

15 novembre 2022

La résistance à la fast-fashion s’organise sur tout le territoire !

SERD 2022 : du 19 au 27 novembre, les groupes locaux Zero Waste vous ont concocté un programme aux petits oignons, pour résister à la fast-fashion partout en France. Cinés-débats, jeux de société,[...]

06 octobre 2022

Zéro déchet : un livre pour en finir avec la société du tout-jetable

Dans leur nouveau livre "Déchets partout, justice nulle part. Manifeste pour un projet de société zéro déchet, zéro gaspillage", Alice Elfassi et Moïra Tourneur, toutes deux salariées de Zero Wast[...]

05 octobre 2022

Un rapport de la Cour des comptes critique la gestion des déchets en France

Ce nouveau rapport se montre sévère avec le service public de gestion des déchets ménagers en France. Il valide également une grande partie de l’analyse et des propositions de Zero Waste France.[...]

28 septembre 2022

9 entreprises mises en demeure pour non-respect du devoir de vigilance lié à leur utilisation du plastique

Surfrider Foundation Europe, ClientEarth et Zero Waste France mettent en demeure 9 géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution pour l’insuffisance de leurs actions dans la réduction d[...]