Performances de tri : la Cour des comptes met en cause le dispositif géré par Eco-emballage

Un rapport de la Cour des Comptes concernant Eco-emballage (nouvellement CITEO depuis 2018) et sa filière Adelphe a été remis au Ministère de l'écologie. Il pointe notamment l'incertitude quant à la capacité du dispositif de permettre l'atteinte de l'objectif de recyclage de 75% des emballages ménagers en 2016.

Partager

Plus de transparence demandé, et un effet de la part des collectivités peu performantes

En plus de ces remarques de fond, la Cour émet plusieurs critiques sur l’éco-organisme, notamment sur ses charges de structure « qui se sont fortement accrues en valeur absolue » et qui « devraient être mieux encadrées », dans la mesure où l’entreprise est supposée remplir une mission d’intérêt général. L’effort devrait se concentrer, selon la Cour, sur une plus grande « transparence », en rendant « obligatoire, l’identification des coûts réels du service rendu par les collectivités ». Elle recommande également une action prioritaire dans les zones affichant de moins bonnes performances de collecte, qui sont situées principalement en milieu urbain, dans le sud-est de la France (10 collectivités visées) et en Ile-de-France (6 collectivités visées).

Ainsi, la Cour constate la forte « diversité des performances » entre les collectivités. Alors que la moyenne nationale de collecte est de 50 kg de déchets d’emballages par an et par habitant (dont 30 kg de verre), les meilleures en collectent « près de 100 kg » alors que les moins performantes se situent à 25 kg.

Le rapport est également critique à l’égard de la politique de communication de l’éco-organisme notamment concernant la signification du Point vert. En effet, ce logo est généralement compris comme une consigne de tri, alors qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’afficher le fait que l’entreprise productrice de l’emballage s’est bien acquittée de son éco-contribution.

Le rapport relève cependant les progrès accomplis depuis sa création en 1992 en matière de recyclage : l’information auprès des consommateurs a été développée (5 milliards d’emballages portent aujourd’hui des consignes de tri), le bac de recyclage s’est déployé sur la majeure partie du territoire, l’industrie nationale du recyclage s’est considérablement développée (3 millions de tonnes de matériaux sont recyclées par an en France) et par ailleurs les entreprises ont réduit à la source leurs emballages (moins 20 % du poids moyen des emballages).

L’avis de la Cour concernant la « clause de revoyure »

Ce rapport est survenu à quelques jours de la négociation importante du 12 février, entre Eco-Emballages, les collectivités et le ministère de l’Ecologie sur une « clause de revoyure » prévue de longue date. La décision des pouvoirs publics concernant cette clause de revoyure est désormais annoncée pour le lundi 3 mars. Cette clause est associée à d’importants enjeux financiers pour l’éco-organisme (enveloppe supplémentaire de 80 à 300 millions d’euros par an à la charge des entreprises adhérentes) dans le but de revaloriser le dispositif de soutien aux collectivités.

La Cour recommande de ne pas revoir cette clause (pas d’enveloppe supplémentaire donc), pointant les défaillances des collectivités dans l’atteinte d’un taux de recyclage de 75 % (le taux actuel étant de 67 %) sachant que le dispositif de soutien aux collectivités finance à l’heure actuelle à hauteur de 80 % le traitement de ces déchets, le reste étant financé par les impôts locaux (TEOM ou REOM principalement).

L’augmentation significative des prélèvements sur les entreprises adhérentes ces deux dernières années n’a en effet pas été corrélée à une augmentation des résultats en termes de performances de tri et de recyclage. La Cour estime que cette absence de corrélation directe est due au dispositif lui-même, qui fait peser sur les éco-organismes des obligations dont la réalisation dépend très largement de tiers, en l’occurrence de la volonté politique des collectivités territoriales et du comportement des particuliers en matière de tri et d’apport volontaire.

De plus, la filière est susceptible d’accomplir de nombreux progrès, notamment sur la récupération des 5 % de non-contribuants (à l’éco-contribution), le déploiement du tri sélectif dans les grands centres urbains pas encore concernés et l’amélioration de la recyclabilité et du tri des plastiques (notamment les plastiques souples). Selon la Cour, ces progrès devraient entraîner de fortes dépenses pour des résultats incertains. Cette position est ambiguë car ces dépenses supplémentaires devront être prises en charge d’une manière ou d’une autre, et risquent logiquement de peser in fine sur les collectivités.

Gageons que cette éventuelle absence de clause de revoyure n’handicapera pas les collectivités dans l’augmentation de leurs taux de recyclage, mais qu’elle participera à la remise en cause du système fiscal obsolète de gestion des déchets massivement basé sur la TEOM (et donc sur la taxe foncière et non sur la quantité de déchets produits), en encourageant les collectivités à finalement adopter une redevance incitative basée sur le coût réel du service.

22 septembre 2022

Plaidoyer zéro déchet : journal de bord 2022

Depuis sa création en 1997, Zero Waste France se donne pour mission de faire avancer les politiques publiques pour réduire les déchets. À travers ses actions de plaidoyer, l'association vise à fai[...]

15 septembre 2022

Quand les citoyen·nes font bouger les politiques locales

Les citoyen·nes, mobilisé·es au sein des groupes locaux, s’unissent pour laisser une autre empreinte dans la vie démocratique française au niveau local en matière de prévention des déchets et de l[...]

05 septembre 2022

Quiz du zéro déchet : testez vos connaissances !

À l'occasion de son 25ème anniversaire, Zero Waste France propose un quiz en ligne sur le zéro déchet. Jouez et tentez de gagner en avant première le nouveau livre de l'association.

30 juin 2022

Et si le pouvoir d’achat devenait pouvoir de réparation ?

« Zéro déchet » doit aussi rimer avec justice sociale : Zero Waste France, soutenue par trois autres organisations environnementales, milite pour que la réparation des objets soit moins coûteuse p[...]

22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]