06 novembre 2014
Thibault Turchet

Sortie d’un référentiel ASQA exigeant pour les composts

Face à des normes officielles laxistes, des acteurs de la filière compost ont souhaité relevé le niveau d'ambition en développant un label exigeant.

Partager

Annoncé lors du dernier Salon de l’Agriculture de Paris, en partenariat avec l’Assemblée Permanente des Chambres d’agriculture de France (APCA) et l’Ademe, Compostplus lance enfin son label ASQA, Amendement Sélectionné Qualité Attestée. Ce label, élaboré en partenariat avec le monde agricole et soutenu par les institutionnels est un nouveau label qualité concernant les plateformes de compostage et leurs produits.

Un label applicable aux moyens de production et de résultat

Il s’agit d’une démarche qualité intégrée reposant à la fois sur des exigences de produit et sur des exigences de process de fabrication, qui, selon les dires du Président de l’APCA, est “incompatible” avec un process de tri mécano biologique (TMB – consistant en un surtri des ordures ménagères en mélange). Ainsi, ce label exclut de fait une fabrication de compost à partir de TMB, quelle que soit la qualité du produit final. Les déchets devront obligatoirement être triés à la source, sans mélange avec d’autres déchets non organiques.

Les objectifs de résultats ASQA se trouvent donc renforcés et couplés à des obligations de moyens.
Ce label a été créé pour mieux répondre aux besoins des agriculteurs en termes de qualité et de traçabilité et donc pour améliorer la confiance dans la filière. En effet, la réglementation en vigueur, notamment basée sur la norme NFU 44-051, est jugée insuffisante et laxiste par bons nombres d’acteurs, dont les agriculteurs et les associations de protection de l’environnement, qui réclament des exigences plus strictes accompagnées d’un contrôle indépendant. C’est chose faite avec ce label. En effet, des organismes de contrôle indépendants sont en charge de vérifier la conformité au cahier des charges du label des plateformes concernées et de leurs produits.

23 janvier 2020

Vrac, consigne : la loi anti-gaspillage devrait encourager les alternatives aux emballages jetables

La loi anti-gaspillage modifie la réglementation applicable à de nombreux secteurs : conception des produits, information des consommateurs, gestion des déchets... Elle clarifie et soutient aussi [...]

17 janvier 2020

Zero Waste France recrute son·sa chargé·e des relations adhérents

Dans le cadre d’un remplacement lié à un changement de poste interne, l’association recrute un·e chargé·e des relations adhérents

à la une
16 janvier 2020

Enquête : se passer de neuf est-il possible ?

Zero Waste France publie les résultats de plusieurs études sur le Défi “Rien de neuf”, que 30 000 personnes ont relevé en 2019.

15 janvier 2020

Incinérateur de Vaux-le-Pénil: une condamnation historique pour mise en danger d’autrui

A la suite de l'exploitation d'un incinérateur en méconnaissance des normes environnementales, la Cour d'appel de Paris, par un arrêt du 11 octobre 2019, a condamné l'exploitant (la Communauté d'a[...]

14 janvier 2020

Plastique et produits jetables : le point sur les interdictions en vigueur et à venir

Le 1er janvier 2020 marque l’entrée en vigueur de nouvelles interdictions de produits plastiques, dont le champ d’application de certaines vient d’être précisé par un décret publié le 24 décembre.[...]

20 décembre 2019

Loi anti-gaspillage adoptée : notre analyse

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été adoptée tard dans la nuit par l’Assemblée Nationale.

19 décembre 2019

Deux recrutements chez Zero Waste France !

Dans le cadre d'un remplacement et d'une création de poste, Zero Waste France recrute un·e chargé·e des affaires juridiques et un·e chargé·e de plaidoyer en CDI.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]