Moquette : la planète au bout du rouleau

Paris, le 28 février 2017 - Chaque année, 700 millions de m² de moquette sont mis sur le marché européen. La plupart est ensuite envoyée en décharge et en incinérateur.

Partager

Zero Waste France et Changing Markets publient aujourd’hui le premier rapport sur l’économie circulaire dans le secteur de la moquette. Le rapport “Moquette : la planète au bout du rouleau” montre que les circuits de réutilisation et le recyclage sont encore quasiment inexistants dans ce secteur, malgré les allégations environnementales de deux de ses acteurs principaux, Desso et Interface. Le “grand gâchis” atteint en France son paroxysme dans le secteur de l’événementiel, où la moquette est utilisée quelques heures ou quelques jours seulement avant d’être jetée.

Une moquette quasi totalement brûlée ou enfouie en décharges

A l’heure de l’économie circulaire, le secteur de la moquette est à la traîne. Après usage, la quasi-totalité des moquettes françaises et même européennes sont brûlées ou enfouies en décharges. Faute de transparence complète sur les statistiques de recyclage du secteur, le tonnage précis de moquette recyclée en Europe n’est pas connu. Les auteurs du rapport estiment cependant que moins de 3% des volumes sont collectés pour recyclage, et qu’une partie de ce recyclage se révèle être en réalité du downcycling, c’est-à-dire une transformation en un produit de qualité inférieure ne pouvant généralement pas être à son tour recyclé.

Fabricants : une communication en décalage avec la réalité

Depuis plusieurs années, deux des principaux fabricants affichent pourtant des objectifs environnementaux élevés, visant par exemple, pour 2020, à produire “zéro déchet” (Interface) et à inclure tous leurs produits dans une démarche “Cradle-to-cradle®” (Desso). Une communication ambitieuse, qui s’accompagne d’expérimentations de terrain, mais reste très éloignée des performances de recyclage réels de ces deux acteurs, qui s’établissent entre environ 1,5 et 3%. Plus problématique encore, la communication de l’Union Française des Tapis et Moquettes (UFTM) et de ses partenaires dans le cadre du programme Optimum qui propose de collecter les moquettes usagées pour un “recyclage” qui se révèle être, en réalité, une valorisation principalement énergétique, autrement dit de l’incinération. Des ressources précieuses sont ainsi brûlées, ce qui émet en outre du CO2 et de nombreux polluants.

Secteur de l’évènementiel : le niveau zéro de l’économie circulaire

Chaque année, quelques 1 135 foires et salons sont organisés en France, soit une surface de stands d’expositions de près de 6 millions de m², l’équivalent de plus de 65 000 logements moyens en France. Une grande partie de ces stands sont couverts de moquette à usage unique, sans compter les allées, les espaces extérieurs ou escaliers parfois également recouverts. On peut donc parler d’un produit jetable, qui n’est en outre quasiment jamais recyclé. Des solutions de réutilisation existent pourtant, via des systèmes de location qui sont utilisés à grande échelle dans d’autres pays européens.

Les auteurs du rapport présentent en conclusion une série de recommandations à l’adresse des fabricants, des utilisateurs, et des pouvoirs publics, afin de pouvoir engager le secteur dans une transition vers l’économie circulaire. “Il est urgent d’agir, sous peine de piéger l’industrie dans un modèle non-durable pour encore 10 ou 15 ans” souligne Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, “l’impact des mesures d’éco-conception permettant la réutilisation ou le recyclage des moquettes sera en effet décalé dans le temps, du fait du cycle d’usage relativement long de la moquette. Et dans le cas de l’événementiel, il s’agit d’arrêter au plus vite un gaspillage quotidien de milliers de m² de moquettes !”.

Rapport, infographies, visuels

Actualités

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

à la une
04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]