05 mars 2018
Pauline Debrabandere

Moquettes : une détox s’impose !

Paris, le 5 mars 2018 - Un rapport révèle la présence de substances toxiques pour la santé et l'environnement dans les moquettes vendues dans l'UE. Pour Zero Waste France, ce nouveau rapport démontre le besoin urgent de faire évoluer la manière dont nous produisons et dont nous utilisons de la moquette en Europe.

Partager

Des substances toxiques mises en cause dans une série de maladies sont présentes dans les moquettes vendues dans l’Union européenne (UE) : c’est ce que révèlent la European Public Health Alliance (EPHA) et la Health and Environment Alliance (HEAL) sur la base d’une nouvelle étude menée par Anthesis.

L’étude identifie plus de 59 substances dangereuses dans les moquettes, dont des perturbateurs endocriniens, des cancérogènes et autres composés mis en cause dans des maladies graves telles que des cancers, troubles de l’apprentissage ou de la fertilité. L’exposition à ces toxiques par inhalation, ingestion ou contact cutané peut s’avérer extrêmement dangereuse pour les femmes enceintes, les bébés et les jeunes enfants, particulièrement vulnérables aux expositions à des substances chimiques. Les professionnels de l’industrie des moquettes sont également en première ligne du fait de mesures de sécurité inadaptées. Beaucoup de ces substances toxiques persistent également dans l’environnement et peuvent impacter les écosystèmes. Dans certains cas, les effets sanitaires et environnementaux n’apparaissent que des décennies plus tard.

En outre,  les substances toxiques présentes dans les moquettes sont des obstacles au recyclage, nuisent à la qualité du matériau recyclé final et au rapport coût-efficacité de l’opération de recyclage. Des réglementations moins exigeantes pour les matériaux recyclés peuvent conduire à la présence dans ce type de matériaux de substances chimiques pourtant interdites aujourd’hui, et donc impacter la santé. Par ailleurs au moins 37 substances toxiques ne font pas l’objet de restriction d’usage ou d’interdiction dans les moquettes. Les effets sur la santé et l’environnement d’un grand nombre d’entre elles n’ont d’ailleurs pas été évalués. 10 substances sont actuellement identifiées par l’UE comme substances extrêmement préoccupantes (SVHC) selon le règlement REACH, dont 4 seulement sont visées par une interdiction de mise sur le marché.

Le rapport émet une série de recommandations claires à l’encontre de l’UE, des Etats membres et des fabricants du secteur, avec pour objectif une approche basée sur la primauté de la santé dans l’économie circulaire. Les recommandations portent sur la protection de l’environnement et de la santé des citoyens européens par l’élimination des substances toxiques, le renforcement des règles applicables aux nouveaux produits, une règlementation plus rapide et plus exigeante des substances chimiques, une responsabilité élargie du producteur et des mesures d’éco-conception pour des moquettes sans toxiques.

« Cette étude montre clairement des lacunes dans le travail de la Commission européenne, qui n’a pas pris en compte les impacts sanitaires lors de l’élaboration de l’Initiative pour une Economie Circulaire », commente Nina Renshaw de la European Public Health Alliance (EPHA). « Elle peut remédier à cette situation en allouant les ressources nécessaires à l’évaluation des risques pour la santé, et en consultant des experts indépendants avant de formuler des propositions. Elle s’assurera ainsi que la santé des consommateurs est bien prise en considération, et qu’ils ne perdent pas confiance dans les produits recyclés. »

« Des matériaux sans danger pour la santé sont un élément clé pour des environnements intérieurs plus sains – fabriquer des moquettes sans substances toxiques serait un pas important pour la santé publique et pour une transition vers une économie circulaire non toxique en Europe », explique Genon K. Jensen de la Health and Environment Alliance (HEAL). « Les recommandations faites à la Commission européenne d’accélérer la mise en œuvre de la réglementation existante comme le règlement REACH – en liaison avec les Etats membres – et de respecter son engagement de publier une Stratégie pour un Environnement non-toxique en 2018 sont justifiées. La Commission doit saisir l’opportunité de prévenir de nombreuses maladies chroniques en réduisant l’exposition aux substances toxiques des populations, en particulier des plus fragiles que sont les bébés, les enfants et les travailleurs exposés. »

Lire « Des moquettes sans toxiques »

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]