10 avril 2019
Flore Berlingen

N’offrez plus de sacs en coton !

Haro sur le totebag ! Les offrir à l'occasion d'un événement, ou au sein de son entreprise est une fausse bonne idée. On vous explique pourquoi dans cet article, avec quelques idées pour faire autrement.

Partager

A l’approche des Festivals de l’été ou de la semaine du développement durable, vous êtes peut-être sur le point de finaliser une commande de «totebags», ces sacs en coton souvent joliment décorés aux couleurs d’un événement ou d’une entreprise. Pas si vite ! Derrière l’intention, l’image ou le message écologiques (« utilisez-moi plutôt qu’un sac plastique ! »), la réalité environnementale de cette action est tout autre.

La production d’un sac en coton neuf est en effet extrêmement coûteuse en ressources : eau, énergie, matières premières. A tel point que sa fabrication peut être totalement contre-productive par rapport à l’intention de départ qui était de promouvoir une démarche écologique. Le scénario du pire : le totebag est utilisé quelques fois avant de rejoindre, au fond d’un placard, une collection de sacs accumulés à diverses occasions. Ou jeté à la poubelle, et donc brûlé ou enfoui en décharge.

Pour être rentable, d’un point de vue écologique, le sac réutilisable doit permettre  d’éviter l’utilisation de dizaines, centaines voire milliers de sacs à usage unique. Nous n’entrerons pas ici dans le détail des ACV (analyses de cycle de vie) qui permettent de le prouver et de le chiffrer précisément, car elles sont spécifiques à chaque sac produit et peuvent varier selon les conditions de fabrication, les matériaux utilisés, etc. Le nombre de réutilisations nécessaires pour rendre le bilan positif est ainsi variable selon le choix du sac réutilisable, mais aussi selon le type de sac à usage unique qu’il remplace, d’où la largeur de la fourchette indiquée plus haut. Et la pondération des différents critères d’impact environnemental n’étant pas un choix neutre, la lecture d’une ACV doit en outre se faire avec un certain recul critique.

Mais retenons l’essentiel, c’est à dire que le principe évoqué plus haut est valable même en cas d’écoconception des sacs, même s’ils sont en coton bio et équitable, même s’il s’agit d’une autre fibre innovante issue du recyclage d’un quelconque plastique. Sans un nombre suffisant de réutilisations (et je parle des réutilisations qui évitent effectivement l’utilisation d’un sac jetable, pas d’un usage en guise de sac à main par exemple…) l’impact environnemental sera globalement négatif, du fait de la phase de production du sac neuf.

L’alternative : utiliser des sacs déjà en circulation ! #riendeneuf

Cher.e.s organisateurs.trices d’événements : cet impact négatif n’étant certainement pas ce que vous visiez initialement, il est peut être encore temps d’annuler la commande ! Le sac « goodies » est certainement apprécié des visiteurs de votre événement (et nous sommes conditionnés à accepter les cadeaux !) mais rappelons l’évidence : ce n’est pas la raison pour laquelle ils participent. S’il est particulièrement important pour vous d’offrir un souvenir supplémentaire aux participants, pourquoi ne pas inviter un artisan-sérigraphe à animer un atelier ou à sérigraphier sur place des totebags ordinaires apportés par les participants ou collectés à l’avance ?

Cher.e.s responsables RSE, vous qui souhaitiez sensibiliser vos collaborateurs : voici une occasion idéale de faire de la pédagogie. Organiser une collecte de sacs réutilisables peut être l’occasion d’expliquer la notion de cycle de vie (par la diffusion d’une vidéo, quelques panneaux explicatifs ou encore l’intervention d’un.e expert.e). Les sacs rassemblés pourront au choix : servir à ceux qui n’en sont pas encore équipés, constituer un stock à usage de tous et judicieusement placé à la sortie des bureaux pour faciliter les courses du midi ou du soir (l’idée étant de re-déposer les sacs dans ce stock à son retour pour les faire circuler le plus possible), être rassemblés par taille et couleur pour une customisation future (cf idée ci-dessus à l’attention des organisateurs d’événements).

Cher.e.s gérant.es de boutiques, qui cherchiez la solution la plus écologiquement acceptable pour dépanner les clients venus sans leur sac : pourquoi ne pas instaurer un point d’apport et de « libre-service » de ces sacs réutilisables que nous avons tendance à accumuler ? Solution testée et approuvée à la Maison du Zéro Déchet !

Cher.e.s créateurs.trices, qui utilisez le sac en coton comme une surface d’expression et un vecteur de diffusion de votre identité graphique : le réemploi peut être une solution pour éviter la commande de sacs vierges et neufs. Première option, dans une démarche upcycling artisanale qui donnera encore plus de valeur à votre collection : récupérer des sacs totebags en bon état, et les retourner pour en sérigraphier ou imprimer l’envers. Autre possibilité : commander auprès d’un atelier de couture ou d’une ressourcerie la fabrication de sacs à partir de tissus récupérés, ou, à défaut auprès d’un acteur spécialiste de la fibre recyclée, et fabricant en France, comme Indispensac.

NB : ce raisonnement vaut aussi pour les mugs, gourdes, ou tout autre cadeau à intention écologique… « Il n’y a pas de goodies utiles » pourrait être le titre de notre prochain article !

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]