10 avril 2019
Flore Berlingen

N’offrez plus de sacs en coton !

Haro sur le totebag ! Les offrir à l'occasion d'un événement, ou au sein de son entreprise est une fausse bonne idée. On vous explique pourquoi dans cet article, avec quelques idées pour faire autrement.

Partager

A l’approche des Festivals de l’été ou de la semaine du développement durable, vous êtes peut-être sur le point de finaliser une commande de «totebags», ces sacs en coton souvent joliment décorés aux couleurs d’un événement ou d’une entreprise. Pas si vite ! Derrière l’intention, l’image ou le message écologiques (« utilisez-moi plutôt qu’un sac plastique ! »), la réalité environnementale de cette action est tout autre.

La production d’un sac en coton neuf est en effet extrêmement coûteuse en ressources : eau, énergie, matières premières. A tel point que sa fabrication peut être totalement contre-productive par rapport à l’intention de départ qui était de promouvoir une démarche écologique. Le scénario du pire : le totebag est utilisé quelques fois avant de rejoindre, au fond d’un placard, une collection de sacs accumulés à diverses occasions. Ou jeté à la poubelle, et donc brûlé ou enfoui en décharge.

Pour être rentable, d’un point de vue écologique, le sac réutilisable doit permettre  d’éviter l’utilisation de dizaines, centaines voire milliers de sacs à usage unique. Nous n’entrerons pas ici dans le détail des ACV (analyses de cycle de vie) qui permettent de le prouver et de le chiffrer précisément, car elles sont spécifiques à chaque sac produit et peuvent varier selon les conditions de fabrication, les matériaux utilisés, etc. Le nombre de réutilisations nécessaires pour rendre le bilan positif est ainsi variable selon le choix du sac réutilisable, mais aussi selon le type de sac à usage unique qu’il remplace, d’où la largeur de la fourchette indiquée plus haut. Et la pondération des différents critères d’impact environnemental n’étant pas un choix neutre, la lecture d’une ACV doit en outre se faire avec un certain recul critique.

Mais retenons l’essentiel, c’est à dire que le principe évoqué plus haut est valable même en cas d’écoconception des sacs, même s’ils sont en coton bio et équitable, même s’il s’agit d’une autre fibre innovante issue du recyclage d’un quelconque plastique. Sans un nombre suffisant de réutilisations (et je parle des réutilisations qui évitent effectivement l’utilisation d’un sac jetable, pas d’un usage en guise de sac à main par exemple…) l’impact environnemental sera globalement négatif, du fait de la phase de production du sac neuf.

L’alternative : utiliser des sacs déjà en circulation ! #riendeneuf

Cher.e.s organisateurs.trices d’événements : cet impact négatif n’étant certainement pas ce que vous visiez initialement, il est peut être encore temps d’annuler la commande ! Le sac « goodies » est certainement apprécié des visiteurs de votre événement (et nous sommes conditionnés à accepter les cadeaux !) mais rappelons l’évidence : ce n’est pas la raison pour laquelle ils participent. S’il est particulièrement important pour vous d’offrir un souvenir supplémentaire aux participants, pourquoi ne pas inviter un artisan-sérigraphe à animer un atelier ou à sérigraphier sur place des totebags ordinaires apportés par les participants ou collectés à l’avance ?

Cher.e.s responsables RSE, vous qui souhaitiez sensibiliser vos collaborateurs : voici une occasion idéale de faire de la pédagogie. Organiser une collecte de sacs réutilisables peut être l’occasion d’expliquer la notion de cycle de vie (par la diffusion d’une vidéo, quelques panneaux explicatifs ou encore l’intervention d’un.e expert.e). Les sacs rassemblés pourront au choix : servir à ceux qui n’en sont pas encore équipés, constituer un stock à usage de tous et judicieusement placé à la sortie des bureaux pour faciliter les courses du midi ou du soir (l’idée étant de re-déposer les sacs dans ce stock à son retour pour les faire circuler le plus possible), être rassemblés par taille et couleur pour une customisation future (cf idée ci-dessus à l’attention des organisateurs d’événements).

Cher.e.s gérant.es de boutiques, qui cherchiez la solution la plus écologiquement acceptable pour dépanner les clients venus sans leur sac : pourquoi ne pas instaurer un point d’apport et de « libre-service » de ces sacs réutilisables que nous avons tendance à accumuler ? Solution testée et approuvée à la Maison du Zéro Déchet !

Cher.e.s créateurs.trices, qui utilisez le sac en coton comme une surface d’expression et un vecteur de diffusion de votre identité graphique : le réemploi peut être une solution pour éviter la commande de sacs vierges et neufs. Première option, dans une démarche upcycling artisanale qui donnera encore plus de valeur à votre collection : récupérer des sacs totebags en bon état, et les retourner pour en sérigraphier ou imprimer l’envers. Autre possibilité : commander auprès d’un atelier de couture ou d’une ressourcerie la fabrication de sacs à partir de tissus récupérés, ou, à défaut auprès d’un acteur spécialiste de la fibre recyclée, et fabricant en France, comme Indispensac.

NB : ce raisonnement vaut aussi pour les mugs, gourdes, ou tout autre cadeau à intention écologique… « Il n’y a pas de goodies utiles » pourrait être le titre de notre prochain article !

à la une
30 juin 2022

Et si le pouvoir d’achat devenait pouvoir de réparation ?

« Zéro déchet » doit aussi rimer avec justice sociale : Zero Waste France, soutenue par trois autres organisations environnementales, milite pour que la réparation des objets soit moins coûteuse p[...]

29 juin 2022

3 nouvelles missions en service civique !

Vous cherchez une mission en service civique ? Rejoignez notre équipe pour nous aider à faire avancer la démarche zéro déchet, zéro gaspillage et à faire grandir notre mouvement !

22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]