Le MEDEF s’attaque à la loi anti-gaspillage

Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositions prévues pour une application dès 2021 seraient ainsi reportées à 2022, soit deux ans après le vote de la loi.

Partager

Paris, le 23 avril 2020 – Dans un courrier du 3 avril 2020 dévoilé par le Canard enchaîné et rendu public par le JDD, le MEDEF demande à la ministre de l’environnement Elisabeth Borne “un moratoire sur la préparation de nouvelles dispositions énergétiques et environnementales, notamment celles élaborées en application de la loi du 10 février dernier relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire.” Les travaux sur les décrets d’application de la loi étant d’ores et déjà rallongés, Zero Waste France s’inquiète de la demande de report supplémentaire portée par le MEDEF. Les premières dispositions prévues pour une application dès 2021 seraient ainsi reportées à 2022, soit deux ans après le vote de la loi, un délai qui mettra en difficulté les acteurs de l’économie circulaire déjà malmenés par la crise actuelle et un report injustifiable au vu de l’urgence à agir en matière environnementale.  

Les mesures visées par le MEDEF

Parmi les avancées de la loi anti gaspillage applicable dès le 1er janvier 2021, on trouve notamment la refonte complète du cadre réglementaire des filières REP (Responsabilité élargie du producteur), autrement dit, les règles de fonctionnement du principe pollueur-payeur en France. Nouvelle redevance versée à une autorité de contrôle, création de nouvelles filières, nouvelles obligations de financement et nouveaux objectifs, assortis de sanctions en cas de non respect, sont notamment prévus. Un report des concertations de 6 mois tel que demandé par le MEDEF, reporterait d’autant les décrets d’application et se traduirait en réalité par un décalage de ces nouvelles exigences au 1er janvier 2022 (le temps de traduire ces mesures dans les différents cahiers des charges de filières). Ce seraient ainsi plusieurs centaines de millions d’euros d’économies pour ces acteurs industriels et autant d’argent qui ne bénéficieraient pas aux collectivités locales, acteurs de l’ESS et de la réparation pour l’organisation du tri, la réduction des déchets et le développement d’une économie plus sobre en ressources. 

Les acteurs de l’économie circulaire, victimes collatérales d’un report de la loi

Les concertations prévues pour l’application de la loi anti-gaspillage doivent notamment permettre de déterminer les modalités de mise en oeuvre des fonds, créés par la loi et dédiés au financement des activités de réparation, réemploi et réutilisation. Alimenté par ce système du pollueur-payeur, ces fonds doivent venir soutenir les acteurs de l’économie circulaire (ressourceries, acteurs de l’ESS, réparateurs…) et permettre de développer des filières locales et créatrices d’emplois de réutilisation des biens. Ces activités sont ainsi essentielles au “monde d’après”, plus résilient, que beaucoup appellent de leurs voeux. Il serait incompréhensible que la crise sanitaire serve de prétexte pour reporter l’application de ces mesures, d’autant plus nécessaires que les acteurs de l’économie circulaire souffrent également de l’arrêt de leur activité consécutive au confinement et auront, en sortie de crise, plus que jamais besoin de soutien. 

Le risque d’un détricotage d’une loi structurante en matière d’économie circulaire

Le discours policé du MEDEF et ses demandes de report laissent poindre un risque concret de détricotage insidieux de la loi anti-gaspillage, notamment via les nombreux décrets d’application qui doivent encore être négociés. 

Il y a clairement une volonté de la part de certains lobbies de “rejouer le match” sur des mesures pourtant adoptées à une très large majorité par les députés et sénateurs il y a seulement quelques mois, explique Laura Châtel, responsable du plaidoyer à Zero Waste France. “au delà des courriers officiels, nul doute que les tractations en coulisse se font pressantes pour amoindrir l’ambition environnementale de tout ce qui peut l’être”.

Cette stratégie de lobbying au niveau français fait bien sûr écho aux démarches de l’AFEP ou encore de l’EUCP (lobby du plastique) au niveau européen, qui n’ont pas attendu longtemps pour exiger des reports dans l’entrée en vigueur des mesures prévues par la Commission européenne en faveur de l’économie circulaire.

Le Commissaire européen à l’environnement, Franck Timmermans, a opposé une réponse ferme aux demandes de report des lobbys industriels adressés à la Commission, affirmant dans la presse “qu’il ne fallait pas tomber dans le piège de ceux qui utilisait le Covid 19 comme une excuse pour détricoter ce qui devait être fait dans tous les cas”. La même détermination doit être de mise en France vis-à-vis des tentatives du MEDEF. Il est temps d’affirmer haut et fort que la protection de l’environnement ne pâtira pas de cette crise sanitaire mais devra au contraire s’accélérer dans les mois qui viennent. 

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]