23 mai 2017
Pauline

McDonald’s : une politique déchets à contre-courant de l’économie circulaire

A l'occasion de l'assemblée générale de McDonald's, Zero Waste France publie un rapport sur la politique de gestion des déchets de la multinationale, encore largement insuffisante.

Partager

En tant que principale chaîne de restauration rapide, premier franchiseur, second employeur privé à travers le monde, premier distributeur de jouets (via les Happy Meal™) et l’un des principaux clients de l’industrie agro-alimentaire, McDonald’s marque de son empreinte l’économie mondiale, mais aussi l’environnement. Si la multinationale est déjà sous le feu des critiques pour ses pratiques fiscales, sociales, voire anticoncurrentielles, ses pratiques environnementales en matière de gestion des déchets n’avaient pas encore fait l’objet d’un examen approfondi, notamment en France, deuxième marché mondial de l’enseigne en termes de chiffre d’affaires juste derrière les Etats-Unis. En mai dernier, Zero Waste France publiait un rapport analysant la politique déchets de l’enseigne : modèle du tout jetable, faible taux de recyclage et absence de transparence dans les données communiquées.. les marges de progrès sont importantes pour McDonald’s France !

Déchets de McDonald’s : des résultats en régression

Le principe du tout-jetable sur lequel est fondé le modèle d’entreprise de McDonald’s est responsable de la production d’une quantité considérable de déchets : chaque minute, l’entreprise utilise près de 2,8 tonnes d’emballages jetables pour servir ses clients à travers le monde, ce qui représente 115 tonnes d’emballages jetés par jour en France (soit plus d’1 kg par seconde !). Malgré les actions d’éco-conception mises en avant par l’entreprise dans son plan déchets, la production totale de déchets de McDonald’s semble être en augmentation en France, de l’ordre de 20% entre 2013 et 2015.

Du côté du recyclage, l’entreprise affiche des chiffres en baisse : de 26,5% de recyclage en 2013 à 25% en 2015. Le tri ne semble toujours pas généralisé à l’ensemble des restaurants en France.

Enfin, la proportion des déchets organiques dans le total des déchets produits par McDonald’s a augmenté de 13 à 20,3% entre 2013 et 2015. La plupart des ingrédients utilisés par l’entreprise ne nécessitant pas d’étape de préparation supplémentaire en cuisine, on peut estimer qu’une part importante de ces déchets correspond à du gaspillage alimentaire, qui aurait ainsi considérablement augmenté en deux ans.

Une politique à “géographie variable”

La politique déchets de McDonald’s se caractérise par ailleurs par des mesures à “géographie variable”, malgré des menus et un service standardisés à travers le monde. Ainsi, seuls 25% des déchets produits par McDonald’s en France sont recyclés alors que dans des pays européens voisins (Allemagne, Belgique, Pays-Bas), l’entreprise affiche des taux de recyclage de plus de 90%.

La logique est la même pour la composition des emballages. McDonald’s a abandonné les boîtes de sandwiches en polystyrène (1990) et les gobelets en polystyrène (2013) aux Etats-Unis, en raison de l’impact environnemental de ce matériau. En revanche, l’enseigne continue d’utiliser le polystyrène dans de nombreux autres pays, notamment en Chine. Une pratique dénoncée par plusieurs associations qui demande à McDonald’s, à l’occasion de l’assemblée générale du groupe, de bannir l’utilisation du polystyrène partout dans le monde.

Un manque de transparence

La politique déchet de McDonald’s France se caractérise également par une certaine opacité. Ainsi, contrairement à d’autres filiales comme McDonald’s Allemagne, l’enseigne ne communique ni la quantité de déchets produits par ses restaurants chaque année, ni le nombre de restaurants ayant mis en place le tri.

Zero Waste France a ainsi adressé un courrier à l’entreprise pour demander que soient communiqués ces données. De nouvelles réglementations sont en effet entrées en vigueur ces dernières années qui obligent les entreprises à trier les déchets organiques et les déchets recyclables en papier carton au delà de certaines quantités. Un respect des réglementations que les clients de l’enseigne devraient être en mesure de vérifier.

Le secteur de la restauration rapide à l’Heure de l’économie circulaire

Le rapport dresse en conclusion un certain nombre de recommandations pour diminuer les quantités de déchets produits par McDonald’s France, allant de l’utilisation de vaisselle réutilisable pour les repas sur place à la généralisation du tri dans tous les restaurants. Si McDonald’s porte une responsabilité particulière en matière de production de déchets au regard de sa taille et de ses activités, ces recommandations s’adressent également aux autres acteurs du secteur de la restauration rapide, dont le modèle repose souvent sur le tout-jetable.

12 décembre 2019

Fin du plastique en 2040 : pourquoi nous n’en parlerons pas.

L’Assemblée nationale a adopté lundi soir, dans le cadre des débats autour de la loi anti-gaspillage, le principe d'une sortie du plastique à usage unique en 2040. Cette mesure fait depuis débat, [...]

10 décembre 2019

Incinérateur de Belgrade : une étude pointe les irrégularités du partenariat public-privé

Le partenariat public-privé (PPP) dans le domaine des déchets solides contracté avec Suez/Itochu par la municipalité de Belgrade a été entaché d'irrégularités juridiques et a contourné des process[...]

09 décembre 2019

L’interdiction du « tout-jetable » dans la restauration sur le point d’être adoptée en France !

Alors que la loi anti-gaspillage est débattue cette semaine à l’Assemblée Nationale, une mesure, proposée par Zero Waste France, est en passe d’être adoptée : l’obligation d’utiliser de la vaissel[...]

28 novembre 2019

Black Friday : “Il y a toujours quelqu’un qui paye”

Zero Waste France appelle à résister au Black Friday et à réduire notre production et consommation d’objets neufs.

21 novembre 2019

Exports de déchets et retours à l’envoyeur : analyse d’une crise mondiale des déchets (3/3)

Suite à la fermeture des frontières chinoises annoncée en 2017, et de l'effet domino qui s'en est suivi en Asie, un véritable séisme agite le monde du traitement des déchets. Voici un dossier en t[...]

21 novembre 2019

Exports de déchets et retours à l’envoyeur : analyse d’une crise mondiale des déchets (2/3)

Suite à la fermeture des frontières chinoises annoncée en 2017, et de l'effet domino qui s'en est suivi en Asie, un véritable séisme agite le monde du traitement des déchets. Partie 2/3 du dossier[...]

21 novembre 2019

Exports de déchets et retours à l’envoyeur : analyse d’une crise mondiale des déchets (1/3)

Suite à la fermeture des frontières chinoises annoncée en 2017, et de l'effet domino qui s'en est suivi en Asie, un véritable séisme agite le monde du traitement des déchets. Voici un dossier en t[...]

15 novembre 2019

Élections municipales 2020 : comment les citoyens peuvent-ils agir pour le zéro déchet ?

C'est le moment d'agir ! Les 15 et 22 mars 2020 se tiendront les élections municipales. L'occasion pour les citoyen.ne.s de sensibiliser un maximum de candidat.e.s pour faire du mandat 2020/2026 c[...]

08 novembre 2019

MAIF Ekiden de Paris 2019® : À quoi ressemble un évènement sportif engagé dans le zéro déchet ?

Ce dimanche 3 novembre 2019 à 9h précises, le top départ du MAIF Ekiden de Paris® était donné au pied de la Tour Eiffel. Parmi les nouveautés de cette 7ème édition, les sportives et sportifs ont p[...]

05 novembre 2019

Déchets : l’incinération n’a plus la cote auprès des institutions (financières) européennes

La Banque Européenne d'Investissement (BEI) vient de rejeter le financement de l'incinération de Belgrade (Serbie). L'occasion de faire le point sur les réglementations européennes qui, les unes a[...]