07 octobre 2021
Alice Elfassi

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé une révision du marché carbone européen, outil économique majeur de lutte contre le réchauffement climatique. Or, cette proposition persiste à exclure du marché les incinérateurs municipaux, malgré la pollution qu’ils génèrent.

Partager

Qu’est-ce que le marché carbone européen ?

Le système européen d’échanges de quotas d’émissions de gaz à effet de serre (SEQE), aussi appelé marché carbone européen, a pour objectif de limiter les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle de l’Union européenne, en reposant sur un principe de plafonnement et d’échange des droits d’émission. Ainsi, les installations appartenant aux secteurs couverts par le système doivent respecter un plafond d’émissions de gaz à effet de serre ; dans la limite de ce plafond, les installations peuvent recevoir ou échanger entre elles des quotas d’émissions. À la fin de l’année, chaque installation doit avoir suffisamment de quotas pour couvrir intégralement ses émissions, sous peine de s’exposer à de lourdes amendes. Une installation ayant réduit ses émissions peut conserver l’excédent de quotas pour couvrir ses besoins futurs, ou bien les vendre à une autre installation qui en a besoin.

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé une révision de la directive SEQE, en vue d’y inclure de nouveaux secteurs d’activité économique pour assurer une Europe neutre en carbone d’ici 2050. Cette révision persiste à exclure du marché les unités d’incinération des ordures ménagères, sauf volonté expresse des Etats membres.

Pourquoi faut-il inclure les émissions des incinérateurs dans le marché carbone ?

Le 7 octobre 2021, Zero Waste Europe a publié une étude, réalisée par le cabinet européen CE Delft, qui apporte des chiffres quant aux nombreux bénéfices tant environnementaux qu’économiques et sociaux résultant d’une inclusion de l’incinération dans le marché carbone européen.

L’incitation des entreprises à la réduction de leurs déchets

Si les incinérateurs sont inclus dans le marché carbone, le recours à l’incinération sera de facto plus cher, et les entreprises seront donc incitées financièrement à réduire leurs tonnages incinérés – ce qui découragera également la construction de nouvelles installations. D’après l’étude, cette inclusion générerait pour les entreprises entre 8 et 25% de réduction de leurs déchets, et entre 0.2 et 5% pour les ménages. Il s’agit d’inciter les acteurs du marché à mieux gérer leurs déchets, et en particulier à détourner des ordures résiduelles les matériaux valorisables comme les déchets organiques, les plastiques et les textiles, permettant de réaliser des économies de quotas carbone mais également de réduire les émissions. L’inclusion du secteur dans le marché carbone permettrait donc finalement de respecter la hiérarchie des modes de traitement des déchets prévue par le code de l’environnement, favorisant la prévention des déchets, le réemploi puis le recyclage au détriment de l’incinération.

Une réduction des émissions de CO2 produites par les incinérateurs

D’après l’étude, l’inclusion de l’incinération dans le SEQE pourrait réduire les émissions de CO2, jusqu’à 8,8 millions de tonnes par an en 2030, principalement du fait de la réduction des déchets commerciaux et industriels. A titre d’exemple, la Suède, qui a volontairement inclus les émissions de ses incinérateurs d’ordures ménagères dans le marché carbone européen, a observé une réduction de ses émissions carbone liées aux incinérateurs de l’ordre de 33 000 tonnes par an, soit 75% des émissions du secteur.

Cette réduction est essentielle compte tenu de l’impact climatique avéré de l’incinération. En effet, les incinérateurs ont un coût environnemental élevé de par la toxicité des mâchefers, résidus imbrûlés qui représentent entre 20 et 25% du tonnage de déchets entrants, ainsi que des résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères classés dangereux, équivalant environ à 3% du tonnage entrant, et de par leurs stockages. Pourtant, leurs impacts sont souvent sous-évalués au regard de la prétendue “valorisation énergétique” issue de l’incinération – alors même que l’électricité générée par les incinérateurs est deux fois plus chargée en carbone que la moyenne du réseau électrique de l’Union européenne, d’après l’Agence européenne de l’environnement.

Une création de milliers d’emplois supplémentaires

Les activités de réemploi, de compostage et de recyclage nécessitant plus de main-d’œuvre que l’incinération des déchets, l’inclusion de l’incinération dans le marché carbone pourrait entraîner la création de 6 800 emplois supplémentaires en 2022, et jusqu’à plus de 21 000 emplois en 2030.

Dans le respect du principe “pollueur-payeur”, consacré par le droit de l’Union européenne et le droit français, il est donc urgent que le secteur de l’incinération paye pour les pollutions qu’il génère, au même titre que d’autres secteurs industriels déjà concernés par le marché carbone. Zero Waste France espère vivement que le Gouvernement français prendra position en faveur de l’inclusion des unités d’incinération d’ordures ménagères au sein du marché carbone européen, dans le cadre de l’examen prochain de la proposition au Conseil de l’Union européenne.

20 janvier 2022

L’Union Européenne peut-elle devenir Zéro Déchet ?

Le mercredi 19 janvier, le Président Macron a présenté devant les eurodéputé-es du Parlement européen de Strasbourg les priorités de la France dans le cadre de la Présidence Française de l’Union E[...]

14 janvier 2022

Presse ou publicité emballée sous plastique : un courrier pour y mettre fin

Vous recevez des articles de presse et/ou des publicités emballées sous plastique ? Depuis janvier 2022 c’est interdit et vous pouvez interpeller les expédients qui ne respectent pas la loi.

à la une
03 janvier 2022

Loi anti-gaspillage : quelles nouvelles résolutions pour janvier 2022 ?

Près de deux ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur au 1er janvier 2022. Zero Was[...]

13 décembre 2021

Faire du plaidoyer, ça veut dire quoi ? Retour sur un an d’actions de Zero Waste France

Développement du réemploi, soutien à la réparation, lutte contre le plastique à usage unique : à l’occasion de sa déclaration annuelle de plaidoyer, Zero Waste France revient sur les actions qu’el[...]

03 décembre 2021

Un Pacte du Pouvoir de Vivre pour (re)penser ensemble écologie, solidarité et démocratie

Le 5 novembre 2021, la coalition du Pacte du pouvoir de vivre publiait ses 90 propositions pour bâtir une autre société plus juste et écologique. Zero Waste France revient sur le mouvement et ses [...]

29 novembre 2021

Que deviennent les vêtements que l’on jette ?

La production de vêtements a doublé entre 2000 et 2014. Si une personne achète désormais 60 % de vêtements de plus qu’il y a 15 ans, elle les conserve cependant moitié moins longtemps. Mais alors,[...]

24 novembre 2021

Black Friday : une catastrophe écologique et sociale qui perdure en dépit de la loi

A l’heure où des photos de dunes de vêtements, prises dans le désert d’Atacama (au nord du Chili) scandalisent, les grandes entreprises préparent en toute impunité l’opération promotionnelle "Blac[...]

09 novembre 2021

Top 10 des pires pollueurs plastiques 2021 : comme un air de déjà-vu

Le mouvement Break Free From Plastic a récemment publié son audit de marques 2021 qui établit le top 10 des plus grands pollueurs plastique dans le monde. Sans surprise, Coca-Cola Company mainti[...]

08 novembre 2021

Zero Waste France s’attaque à la fast-fashion !

Zero Waste France lance sa nouvelle campagne nationale “Fast-fashion : il est temps de ralentir !”, invitant à la fois les citoyen·nes à changer leur relation aux vêtements, et les marques de la f[...]

02 novembre 2021

Réduire les déchets pour agir sur le climat

Alors que la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26) démarre dans un contexte d’urgence climatique et environnementale toujours plus pressant, Zero Waste France revient sur les lien[...]