07 octobre 2021
Alice Elfassi

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé une révision du marché carbone européen, outil économique majeur de lutte contre le réchauffement climatique. Or, cette proposition persiste à exclure du marché les incinérateurs municipaux, malgré la pollution qu’ils génèrent.

Partager

Qu’est-ce que le marché carbone européen ?

Le système européen d’échanges de quotas d’émissions de gaz à effet de serre (SEQE), aussi appelé marché carbone européen, a pour objectif de limiter les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle de l’Union européenne, en reposant sur un principe de plafonnement et d’échange des droits d’émission. Ainsi, les installations appartenant aux secteurs couverts par le système doivent respecter un plafond d’émissions de gaz à effet de serre ; dans la limite de ce plafond, les installations peuvent recevoir ou échanger entre elles des quotas d’émissions. À la fin de l’année, chaque installation doit avoir suffisamment de quotas pour couvrir intégralement ses émissions, sous peine de s’exposer à de lourdes amendes. Une installation ayant réduit ses émissions peut conserver l’excédent de quotas pour couvrir ses besoins futurs, ou bien les vendre à une autre installation qui en a besoin.

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a proposé une révision de la directive SEQE, en vue d’y inclure de nouveaux secteurs d’activité économique pour assurer une Europe neutre en carbone d’ici 2050. Cette révision persiste à exclure du marché les unités d’incinération des ordures ménagères, sauf volonté expresse des Etats membres.

Pourquoi faut-il inclure les émissions des incinérateurs dans le marché carbone ?

Le 7 octobre 2021, Zero Waste Europe a publié une étude, réalisée par le cabinet européen CE Delft, qui apporte des chiffres quant aux nombreux bénéfices tant environnementaux qu’économiques et sociaux résultant d’une inclusion de l’incinération dans le marché carbone européen.

L’incitation des entreprises à la réduction de leurs déchets

Si les incinérateurs sont inclus dans le marché carbone, le recours à l’incinération sera de facto plus cher, et les entreprises seront donc incitées financièrement à réduire leurs tonnages incinérés – ce qui découragera également la construction de nouvelles installations. D’après l’étude, cette inclusion générerait pour les entreprises entre 8 et 25% de réduction de leurs déchets, et entre 0.2 et 5% pour les ménages. Il s’agit d’inciter les acteurs du marché à mieux gérer leurs déchets, et en particulier à détourner des ordures résiduelles les matériaux valorisables comme les déchets organiques, les plastiques et les textiles, permettant de réaliser des économies de quotas carbone mais également de réduire les émissions. L’inclusion du secteur dans le marché carbone permettrait donc finalement de respecter la hiérarchie des modes de traitement des déchets prévue par le code de l’environnement, favorisant la prévention des déchets, le réemploi puis le recyclage au détriment de l’incinération.

Une réduction des émissions de CO2 produites par les incinérateurs

D’après l’étude, l’inclusion de l’incinération dans le SEQE pourrait réduire les émissions de CO2, jusqu’à 8,8 millions de tonnes par an en 2030, principalement du fait de la réduction des déchets commerciaux et industriels. A titre d’exemple, la Suède, qui a volontairement inclus les émissions de ses incinérateurs d’ordures ménagères dans le marché carbone européen, a observé une réduction de ses émissions carbone liées aux incinérateurs de l’ordre de 33 000 tonnes par an, soit 75% des émissions du secteur.

Cette réduction est essentielle compte tenu de l’impact climatique avéré de l’incinération. En effet, les incinérateurs ont un coût environnemental élevé de par la toxicité des mâchefers, résidus imbrûlés qui représentent entre 20 et 25% du tonnage de déchets entrants, ainsi que des résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères classés dangereux, équivalant environ à 3% du tonnage entrant, et de par leurs stockages. Pourtant, leurs impacts sont souvent sous-évalués au regard de la prétendue “valorisation énergétique” issue de l’incinération – alors même que l’électricité générée par les incinérateurs est deux fois plus chargée en carbone que la moyenne du réseau électrique de l’Union européenne, d’après l’Agence européenne de l’environnement.

Une création de milliers d’emplois supplémentaires

Les activités de réemploi, de compostage et de recyclage nécessitant plus de main-d’œuvre que l’incinération des déchets, l’inclusion de l’incinération dans le marché carbone pourrait entraîner la création de 6 800 emplois supplémentaires en 2022, et jusqu’à plus de 21 000 emplois en 2030.

Dans le respect du principe “pollueur-payeur”, consacré par le droit de l’Union européenne et le droit français, il est donc urgent que le secteur de l’incinération paye pour les pollutions qu’il génère, au même titre que d’autres secteurs industriels déjà concernés par le marché carbone. Zero Waste France espère vivement que le Gouvernement français prendra position en faveur de l’inclusion des unités d’incinération d’ordures ménagères au sein du marché carbone européen, dans le cadre de l’examen prochain de la proposition au Conseil de l’Union européenne.

14 octobre 2021

Expérimentation du “Oui Pub” : la candidature est ouverte pour les collectivités locales

Jusqu’au 26 novembre 2021, les collectivités territoriales qui souhaitent expérimenter le dispositif “Oui Pub” peuvent soumettre leur candidature à l’Ademe : une opportunité d’engagement dans la l[...]

à la une
17 septembre 2021

Matinée technique : réduire le jetable et la pollution plastique sur son territoire, l’exemple de la restauration collective

Zero Waste France et le WWF organisent le 20 octobre une matinée technique de partage d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique et l’usag[...]

08 septembre 2021

Le Plan national de prévention des déchets 2021-2027 : comprendre et participer

Le prochain Plan national de prévention des déchets (PNPD) est en phase de concertation jusqu’au 30 octobre prochain. Zero Waste France fait le point sur ce document structurel dans la politique d[...]

25 août 2021

Tri mécano-biologique : les collectivités doivent justifier d’un tri à la source des biodéchets pour y recourir

Un décret et un arrêté parus à l’été 2021 viennent préciser les critères justifiant de la mise en place du tri à la source des biodéchets, désormais condition sine qua non à remplir pour les colle[...]

20 juillet 2021

Loi Climat : un manque d’ambition global, malgré quelques avancées à l’issue de la commission mixte paritaire

La commission mixte paritaire, destinée à trouver un compromis entre l’Assemblée Nationale et le Sénat, a été conclusive et signe donc la fin des débats sur la loi Climat et résilience. Malgré que[...]

13 juillet 2021

Comment faire entendre sa voix en tant que citoyen·ne ? Les outils prévus par le droit français

Plusieurs outils d’information et de participation citoyenne existent en droit français, afin de permettre à chacun·e de donner son avis sur la réglementation en cours de construction ou sur des p[...]

30 juin 2021

Développer le réemploi : un enjeu pour les territoires

Zero Waste Europe propose un guide destiné aux collectivités, afin de développer le réemploi sur leur territoire et créer ainsi des emplois locaux. Zero Waste France revient sur ces actions clés e[...]

30 juin 2021

Quand les professionnel·les du sport se mettent au Défi “Rien de neuf” !

Réduire les achats neufs, dans un cadre professionnel et un secteur spécifique comme celui du sport vous semble compliqué ? Pourtant c’est possible ! Inspirez-vous de ces clubs, fédérations, colle[...]

29 juin 2021

Retour sur la matinée technique : Soutenir les initiatives de consigne pour réemploi

Zero Waste France et le Réseau Consigne ont organisé le 24 juin une matinée d’échanges et de retours d’expériences sur les initiatives locales de consigne pour réemploi, et le rôle que peuvent jou[...]

17 juin 2021

La loi Climat en discussion au Sénat

Un mois après que l’Assemblée nationale a rendu sa version du projet de loi Climat, c’est au tour des sénateurs et sénatrices de plancher sur le texte. Alors, bonnes ou mauvaises nouvelles sur le [...]