Loi de transition énergétique : après le passage à l’Assemblée, la balle est dans le camp du sénat

L'Assemblée nationale a adopté lors de sa séance du 26 mai 2015, une nouvelle version du Projet de Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Sur le titre IV dédié à l'économie circulaire, les députés sont revenus sur de nombreuses modifications effectuées par leurs collègues sénateurs.

Partager

L’Assemblée nationale a adopté lors de sa séance du 26 mai 2015, une nouvelle version du Projet de Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Sur le titre IV dédié à l’économie circulaire, les députés sont revenus sur de nombreuses modifications effectuées par leurs collègues sénateurs.

Ils ont notamment réaffirmé la volonté d’une généralisation sans condition du tri à la source des biodéchets à l’horizon 2025 et précisé que la construction de nouvelles installations de TMB pour valorisation organique serait donc inutile.

Les députés ont réintroduit in extremis l’interdiction de mise sur le marché de la vaisselle jetable en plastique, à l’exception des couverts et de tous les équivalents compostables domestiquement. Ils sont également revenus sur l’article relatif aux sacs plastiques en rétablissant l’interdiction au 1er janvier 2016 pour tous les sacs de caisse.

Concernant l’obsolescence programmée, ils ont rétabli leur propre définition qui avait été modifiée par les sénateurs et introduit une amende de 5% du chiffre d’affaire de l’entreprise. L’affichage de la durée de vie des produits ne fera par contre l’objet que d’une expérimentation comme l’a décidé le Sénat, tandis que l’extension de la durée de garantie légale de 2 à 5 voire 10 ans fera l’objet d’un rapport.

De nouvelles sécurités ont été adoptées pour éviter un développement déraisonnable de l’incinération avec valorisation énergétique et du marché des combustibles solides de récupération (CSR), avec la demande d’une part d’un rapport tous les 2 ans sur la teneur en matières organiques des déchets incinérés, et d’autre part d’un rapport tous les 3 ans sur la composition des CSR et les pistes d’amélioration des process de tri et des matériaux mis sur le marché.

Plusieurs mesures importantes ont été adoptées pour lutter contre le gaspillage alimentaire, au premier rang desquelles l’interdiction pour les commerces alimentaires de rendre les invendus impropres à la consommation.

L’administration et les collectivités locales ne sont pas en reste puisque le texte leur impose désormais des objectifs de réduction de l’utilisation de papier, ainsi que de réemploi des matériaux issus des déchets du BTP dans leurs marchés publics de construction routière.

Gros point noir au tableau, les députés ont supprimé l’extension de la REP papier à la presse qu’avaient votée leurs collègues du Sénat. Closer et Gala, peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Le texte est désormais entre les mains du Sénat, qui l’examinera en Commission spéciale le 10 juin, puis en séance le 30 juin. La Commission mixte paritaire, qui décidera si les deux assemblées s’accordent ou non sur une même version du texte, devrait avoir lieu courant juillet. Nous espèrons que ce processus législatif, qui nous aura occupé presque un an, débouchera rapidement sur un texte à l’ambition augmentée.

Actualités

26 janvier 2024

Moins 30% d’ordures ménagères avec la mise en place d’une tarification incitative

L’Ademe a publié en janvier deux études sur les collectivités ayant adopté une tarification incitative, montrant leurs meilleures performances en matière de réduction des ordures ménagères, et rel[...]

18 janvier 2024

Réparation : la loi AGEC a-t-elle permis de limiter la casse ?

Indice de réparabilité, accès aux pièces détachées, bonus réparation : autant de mesures prévues par la loi AGEC pour allonger la durée de vie des produits, notamment des équipements électriques e[...]

à la une
22 décembre 2023

Loi AGEC : assistera-t-on aux changements annoncés pour le 1er janvier 2024 ?

Bientôt quatre ans après la publication de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, de nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2024. Zero[...]

21 décembre 2023

Fast-fashion : les ONG demandent une loi pour encadrer les pratiques du secteur de la mode

Alors que le Black Friday et autres soldes continuent de s’imposer en France à grands coups de publicités tapageuses, Zero Waste France a lancé avec une coalition d’ONG la campagne “Stop fast-fash[...]

04 décembre 2023

Retour sur la matinée technique : “Réduction du plastique à usage unique : accompagner les acteurs du territoire à adopter le réemploi”

Zero Waste France a organisé le 16 novembre 2023 une matinée technique de retour d’expérience de la part de collectivités ayant mis en place des actions de lutte contre le plastique à usage unique[...]

20 novembre 2023

Qu’attendre du futur règlement européen sur les emballages ?

Le règlement européen sur les emballages en discussion au niveau européen représente une opportunité majeure pour la transition des systèmes d'emballage, à un moment où il est crucial de réduire d[...]

19 novembre 2023

Retour sur la table ronde “Sport et zéro déchet : carton rouge ou pari gagnant” ?

Zero Waste France a organisé le samedi 7 octobre 2023 une table ronde sur le thème du sport zéro-déchet. Cette soirée d’échanges a mis en avant le parcours et l’engagement de trois acteurs·rices q[...]

16 novembre 2023

Semaine européenne de réduction des déchets (SERD) 2023 : les militant·es Zero Waste s’emballent contre l’usage unique !

Du 16 au 28 novembre, pour la SERD 2023, le réseau des groupes locaux de Zero Waste prévoit un programme du tonnerre ! Ateliers participatifs, dénonciations, ou encore mobilisation en ligne : les [...]

15 novembre 2023

Filière REP emballages : un cahier des charges toujours en retard sur les enjeux

Réduction, réemploi, collecte, tri et recyclage des emballages : malgré l’urgence d’accélérer la réduction à la source des emballages à usage unique et la transition vers le réemploi, le nouveau c[...]

14 novembre 2023

Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : les émissions de dioxines ne sont pas contrôlées comme elles devraient l’être

Une étude de l’ONG Toxicowatch a mis en évidence que les appareils de contrôle de dioxines émises par l’incinérateur, censés fonctionner 24h/24, n’auraient pas effectué de prélèvements pendant prè[...]