25 avril 2024
Manon Richert

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humains et l’environnement, cette loi fait aujourd’hui face à une levée de boucliers de la part du secteur de la mode.

Newsletter
Partager

Mobilisés pour une mode juste et durable, les membres de la coalition Stop Fast-Fashion appellent les décideur·euses politiques à adopter avant juillet et de la manière la plus ambitieuse cette loi historique.

Votée à l’unanimité le 14 mars à l’Assemblée nationale, la loi fast-fashion doit encore être débattue au Sénat avant d’être définitivement adoptée. A ce jour, aucune date n’a été fixée à cet effet. Quant au périmètre d’application de la loi, il dépend de l’ambition de l’affichage environnemental à venir, dans un contexte où les lobbys de la fast-fashion s’emparent de plus en plus du sujet dans l’espace médiatique.

Une loi conditionnée par la mise en place d’un affichage environnemental ambitieux

La pénalisation des enseignes aux pratiques non-respectueuses de l’environnement est une des principales dispositions de la loi telle que votée par l’Assemblée nationale. Les pénalités seront indexées à l’affichage environnemental dont la mise en place obligatoire est prévue pour 2025 [1]. La première méthode de calcul proposée par l’Ademe début avril permet de pénaliser des pratiques structurantes du système de fast-fashion, telles que, entre autres, les prix bas, le nombre excessif de références, ou encore l’utilisation de matières synthétiques. La coalition Stop Fast-Fashion salue cette première proposition et demande aux pouvoirs publics de maintenir ce niveau d’ambition dans l’affichage environnemental, afin de garantir l’efficacité de la loi.

La présence croissante du lobby de la fast-fashion dans l’espace médiatique

A l’exception notable de Shein, les lobbys de la fast-fashion sont restés très discrets pendant la première phase d’élaboration de la loi. A l’issue du vote à l’Assemblée nationale et du dévoilement de la méthode de l’affichage environnemental, les représentants de Shein, Primark ou encore l’Alliance du Commerce (représentant entre autres Zara, H&M et Uniqlo) ont largement accru leur présence dans les médias pour attaquer la loi, et amoindrir son contenu. La coalition Stop Fast-Fashion appelle les responsables politiques à maintenir le cap ambitieux défini jusqu’ici, malgré ces attaques.

Le besoin de maintenir le cap

L’affichage environnemental et la loi fast-fashion ont tous les deux pour objectif de réduire l’impact environnemental du secteur textile. Il est primordial pour la France, pays emblématique de la mode, d’être à l’avant-garde pour favoriser une filière textile plus durable .

La coalition Stop Fast-Fashion appelle donc les décideurs et décideuses politiques à maintenir le cap vers un encadrement strict de la fast-fashion. Ses membres enjoignent la France à mettre fin à l’impunité du secteur de la mode,  dont ils soulignent qu’elle a mené aux désastres humains et environnementaux actuels. Alors que s’ouvre enfin une opportunité de mettre en place une mode juste et durable, il est nécessaire de poursuivre les efforts jusqu’à une adoption définitive.

[1] Info.gouv.fr, Ecobalyse : l’outil qui mesure l’impact écologique d’un vêtement, 05/04/2024

Notre campagne

Actualités

à la une
11 juin 2024

Extrême droite : la position de Zero Waste France

Le score historique de l'extrême-droite aux élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale constituent un énorme risque pour la transition écologique et la réduction des déchets.[...]

07 juin 2024

Préservation des ressources, réduction des déchets : pourquoi nous avons besoin d’une Europe ambitieuse

Interdiction de plastiques à usage unique, responsabilité des producteurs : des règles qui ont en commun de résulter du droit de l'UE. À l’occasion du renouvellement du Parlement européen, Zero Wa[...]

06 juin 2024

Sondage : les Français·es majoritairement favorables à l’interdiction des bouteilles en plastique de moins de 50 cl

Alors que les scandales dans le secteur de l’eau en bouteille se succèdent, un sondage OpinionWay pour les associations Zero Waste France et No Plastic In My Sea, rendu public ce jour, montre que [...]

29 mai 2024

Evaluation de la loi AGEC : les associations appellent le gouvernement à mettre en oeuvre rapidement les recommandations des parlementaires

Alors que la mission d’évaluation de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a rendu ce jour son rapport, les associations Zero Waste France, No Plastic In My Sea, Les Amis de l[...]

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]