Les larves mangeuses de plastique, miracle ou arnaque ?

La récente découverte d'une larve mangeuse de plastique serait-elle la solution miracle aux continents de plastique qui polluent les océans ?

Partager

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge a révélé que la larve Galleria mellonella, qui se nourrit habituellement de la cire des ruches d’abeilles, est également capable d’ingérer du polyéthylène, un polymère utilisé pour la fabrication de 40% des emballages dans le monde. Plus précisément, la chaîne carbonée du polyéthylène est dégradée par un processus biologique sectionnant chaque maillon qui se recombinent  en éthylène glycol. De plus, la larve dégraderait le plastique plus rapidement que les autres méthodes étudiées actuellement. En bref, on aurait trouvé la solution face aux déchets de plastique dont on ne sait plus que faire !

Enfin presque… Car si comme le concluent les scientifiques, cette larve a un gros potentiel d’application en biotechnologie, quelques questions restent cependant en suspens. A commencer par savoir si la dégradation du plastique provient de la larve ou bien des bactéries se trouvant dans les entrailles de cette dernière. Dans le premier cas, il faudrait élever un nombre astronomique de larves pour dégrader suffisamment de plastique, or, ces larves sont des nuisibles, connues en apiculture pour leur capacité à manger la cire des ruches… Dans le second cas, il faudrait isoler la bactérie responsable de la dégradation puis isoler l’enzyme s’attaquant spécialement au polyéthylène et trouver un moyen de produire cette enzyme en grande quantité. C’est un procédé complexe mais parfaitement réalisable, comme l’a récemment démontré l’entreprise française Carbios. Cette solution reste toutefois imparfaite car le produit de la dégradation, l’éthylène glycol, est un produit toxique couramment utilisé comme antigel, un polluant que l’on n’aimerait pas voir s’ajouter dans les océans.

La solution est ainsi loin d’être au point et bien qu’elle suscite l’enthousiasme, elle suppose encore plusieurs années de recherche et passe sous silence de nombreux verrous technologiques ou environnementaux. Or, la production de plastique au niveau mondial augmente de jour en jour, les continents de plastique et les zones mortes dans les océans s’accroissent et participent chaque année à rendre notre écosystème planétaire plus instable.

La solution ne serait-elle pas plutôt, avant tout et plus simplement, d’éviter la consommation de plastique autant que possible ? Face à tant d’incertitudes scientifiques et technologiques, des alternatives existent déjà et enthousiasment de plus en plus de personnes, attirées par un mode de consommation respectueux de l’environnement et de la santé : le “zéro déchet”, qui applique la règle des “3 R” (Réduire, Réutiliser, Recycler). Pour l’alimentaire, on privilégiera ainsi les produits en vrac avec des emballages réutilisables ; pour les produits d’équipement, on fera le choix de produits éco-conçus qui s’inscrivent dans la logique de l’économie circulaire, soit, concrètement, des produits réparables, évolutifs et modulables, sobres et recyclables. En bref, repenser ses besoins et privilégier le durable, vers plus de sobriété. Si la solution miracle au plastique n’existe pas, on peut davantage attendre qu’elle vienne de nous plutôt que de larves !

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]