Investissons dans les vraies solutions, pas dans l’incinération

Avec le soutien du Bureau Européen de l'Environnement (BEE), Zero Waste France dévoile une nouvelle vidéo appelant la société civile ainsi que les décideurs publics et privés, à basculer les investissements en faveur de la réduction des déchets.

Partager

La réglementation européenne tout comme le droit français instaurent une “hiérarchie des modes de traitement des déchets”. Ceux-ci doivent en priorité être réduits à la source, réemployés, compostés ou recyclés : la mise en décharge et l’incinération n’arrivent qu’en bout de course. Mais l’incinération des déchets demeure encore un moyen de traitement des déchets massivement utilisé, et les fonds alloués à la réduction des déchets sont encore minimes, comparés aux investissements lourds dans l’incinération.

Pourquoi réduire le recours à l’incinération des déchets ?

Les Français le savent peu, mais chaque année en France, 126 usines d’incinération des ordures ménagères (UIOM) brûlent environ 14.5 millions de tonnes de déchets, soit environ un tiers des déchets ménagers. 80% voire 90% de ces déchets incinérés sont des ordures ménagères résiduelles, le sac “noir” non trié (le reste est issu des déchèteries, des déchets industriels, etc.). Ce qui fait de la France un des pays ayant le plus recours, en Europe, à l’incinération.

Les déchets sont bien gérés et il n’y a pas de quoi s’en faire“, “l’incinération est une technologie verte et compatible avec l’économie circulaire” : voilà pourtant les plus connus des éléments de langage diffusés par les promoteurs de l’incinération. Un discours qui mérite d’être déconstruit.

En effet, cette industrie présente des défauts majeurs. D’une part elle est polluante (émissions atmosphériques, aqueuses, résidus solides issus de la combustion, transports afférents…). D’autre part, elle coûte cher : il faut compter entre 100 millions d’euros pour les plus petites usines, et jusqu’à 500 millions d’euros pour les plus grandes, sans inclure le coût de fonctionnement ! Surtout, elle détruit les déchets lors de la combustion, empêchant leur récupération pour qu’ils soient dûment compostés, réparés, recyclés… Autant de ressources précieuses qui partent, chaque jour, en fumée.

L’incinération, une industrie bénéficiant de nombreux coups de pouce

La réduction des déchets à la source peine encore largement à être intégrée dans les politiques publiques et pâtit d’un défaut notable de soutien de la part de l’Etat, des collectivités et des entreprises. Les collectivités consacrent ainsi seulement 1% en moyenne de leur budget “déchet” à la prévention. L’incinération, à l’inverse, bénéficie de nombreux coups de pouce fiscaux et réglementaires (notamment du fait de la récupération d’énergie) :

  • la moitié de l’énergie produite par une usine d’incinération sous forme de chaleur et/ou d’électricité est considérée comme “renouvelable” (pour la part de déchets “non fossiles” censée s’y trouver), ce qui permet à l’incinération de bénéficier d’une meilleure “image” et de réductions fiscales ;
  • les réseaux de chaleur distribuant cette énergie récupérée par certaines usines bénéficient, sous certaines conditions, d’un taux de TVA réduit ;
  • les usines jugées les plus “performantes” bénéficient d’une réduction significative de la taxe générale sur les activités polluante (TGAP) payée pour chaque tonne incinérée (le taux de base, de 15€/tonne, peut ainsi être réduit à 3€/tonne !) ;
  • enfin, les exploitants bénéficient de certains soutiens financiers, comme par exemple le rachat de l’électricité produite. Selon la Commission de régulation de l’énergie, à ce seul titre, “la rémunération totale cumulée perçue par les exploitants d’installations d’incinération entre 2002 et 2014 s’élève à 1,66 milliards d’euros courants“.

Face à ces nombreux coups de pouce réglementaires et fiscaux, difficile pour les politiques de réduction des déchets, qui ne bénéficient pas du même soutien, de se développer.

Une vidéo pour revenir à la réalité : brûler des déchets, c’est détruire des ressources

incineration
Crédit photo : Futura-Sciences

En réalisant cette vidéo avec le soutien du Bureau européen de l’environnement, Zero Waste France souhaite interpeller la société civile, ainsi que tous les décideurs publics et privés, sur la situation actuelle. En effet, selon les caractérisations menées par l’Ademe, et nos propres constatations de terrain, environ la moitié des ordures ménagères peuvent dès aujourd’hui faire l’objet d’actions de prévention à la source, avec des gestes du quotidien. Et environ 70% de ces déchets sont en tout état de cause déjà compostables ou recyclables. Mais la mise en oeuvre de ces solutions à grande échelle nécessite un basculement massif des financements en faveur des alternatives, qui sans cela peineront à se généraliser.

Le gouvernement dispose de plusieurs opportunités afin de revoir ces réglementations, telle que la programmation pluriannuelle de l’énergie en cours (retrouvez la participation de Zero Waste France à ce processus), ou lors de la révision de la TGAP lors du prochain projet de loi de finances (taxe applicable aux usines d’incinération). Autant d’opportunités à saisir pour rééquilibrer les règles du jeu et miser sur les vraies solutions.

Actualités

14 mai 2024

Tendances maison : un nouveau rapport dénonce les dérives de la fast-déco

Dans un nouveau rapport, Zero Waste France, le Réseau National des Ressourceries et Recycleries et les Amis de la Terre France pointent l’emballement de la production dans l’ameublement et la déco[...]

14 mai 2024

Célébration du militantisme pour le réseau Zero Waste

Cette année encore, Zero Waste France a profité de l’arrivée des beaux jours pour inviter les militant·es du réseau à un week-end de militantisme et de convivialité à la Maison du Zéro Déchet. [...]

30 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : des avancées insuffisantes pour la 4e session de négociations (INC-4)

La 4e session de négociations internationales sur la pollution plastique (INC-4) a pris fin cette nuit. Pour Zero Waste France, les progrès sont réels, mais encore insuffisants. Elle appelle à pou[...]

25 avril 2024

Loi fast-fashion : la coalition Stop Fast-Fashion appelle à concrétiser les efforts face aux lobbies

La loi fast-fashion votée en 1ère lecture le 14 mars à l’Assemblée nationale reste toujours sans date de passage au Sénat. Censée enrayer un système de surproduction délétère pour les droits humai[...]

24 avril 2024

Retours d’expériences européens et français sur le tri à la source des biodéchets

Réunissant des intervenants européens et nationaux de premier plan, la journée d’étude LIFE BIOBEST a permis le partage des meilleures pratiques sur le tri à la source des biodéchets. Organisé les[...]

19 avril 2024

Traité mondial sur la pollution plastique : Zero Waste France se rend à Ottawa pour la reprise des négociations

Alors que les gouvernements reprennent, mardi 23 avril à Ottawa (Canada), les discussions en vue de l’adoption d’un texte contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, Zero Waste France s[...]

11 avril 2024

Prévention des déchets : les dysfonctionnements du principe pollueur-payeur

Dans son nouveau rapport, rendu public lors d’un débat organisé à l’Assemblée nationale le 11 avril 2024, Zero Waste France dresse un bilan critique de l’application du principe pollueur-payeur, à[...]

à la une
04 avril 2024

Affichage environnemental du textile, un étiquetage qui s’affiche ambitieux

L’affichage environnemental, prévu dans la loi Agec, voit son rôle renforcé par la proposition de loi fast-fashion en débat au Parlement. En quoi consiste ce nouvel étiquetage prévu sur les vêteme[...]

14 mars 2024

Loi sur l’impact environnemental du textile : un premier pas historique pour en découdre avec la fast-fashion

Après des mois de forte mobilisation, la coalition Stop Fast-Fashion se félicite du vote par les député·es de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du textile. Malgré des[...]

08 mars 2024

La lutte écologique ne se fera pas sans une lutte féministe

A travers la démarche zéro déchet zéro gaspillage, c’est souvent l’écologie des petits gestes qui est privilégiée. Au-delà du fait que cette démarche ne peut être considérée comme l’unique et seul[...]