Investissons dans les vraies solutions, pas dans l’incinération

Avec le soutien du Bureau Européen de l'Environnement (BEE), Zero Waste France dévoile une nouvelle vidéo appelant la société civile ainsi que les décideurs publics et privés, à basculer les investissements en faveur de la réduction des déchets.

Partager

La réglementation européenne tout comme le droit français instaurent une “hiérarchie des modes de traitement des déchets”. Ceux-ci doivent en priorité être réduits à la source, réemployés, compostés ou recyclés : la mise en décharge et l’incinération n’arrivent qu’en bout de course. Mais l’incinération des déchets demeure encore un moyen de traitement des déchets massivement utilisé, et les fonds alloués à la réduction des déchets sont encore minimes, comparés aux investissements lourds dans l’incinération.

Pourquoi réduire le recours à l’incinération des déchets ?

Les Français le savent peu, mais chaque année en France, 126 usines d’incinération des ordures ménagères (UIOM) brûlent environ 14.5 millions de tonnes de déchets, soit environ un tiers des déchets ménagers. 80% voire 90% de ces déchets incinérés sont des ordures ménagères résiduelles, le sac “noir” non trié (le reste est issu des déchèteries, des déchets industriels, etc.). Ce qui fait de la France un des pays ayant le plus recours, en Europe, à l’incinération.

Les déchets sont bien gérés et il n’y a pas de quoi s’en faire“, “l’incinération est une technologie verte et compatible avec l’économie circulaire” : voilà pourtant les plus connus des éléments de langage diffusés par les promoteurs de l’incinération. Un discours qui mérite d’être déconstruit.

En effet, cette industrie présente des défauts majeurs. D’une part elle est polluante (émissions atmosphériques, aqueuses, résidus solides issus de la combustion, transports afférents…). D’autre part, elle coûte cher : il faut compter entre 100 millions d’euros pour les plus petites usines, et jusqu’à 500 millions d’euros pour les plus grandes, sans inclure le coût de fonctionnement ! Surtout, elle détruit les déchets lors de la combustion, empêchant leur récupération pour qu’ils soient dûment compostés, réparés, recyclés… Autant de ressources précieuses qui partent, chaque jour, en fumée.

L’incinération, une industrie bénéficiant de nombreux coups de pouce

La réduction des déchets à la source peine encore largement à être intégrée dans les politiques publiques et pâtit d’un défaut notable de soutien de la part de l’Etat, des collectivités et des entreprises. Les collectivités consacrent ainsi seulement 1% en moyenne de leur budget “déchet” à la prévention. L’incinération, à l’inverse, bénéficie de nombreux coups de pouce fiscaux et réglementaires (notamment du fait de la récupération d’énergie) :

  • la moitié de l’énergie produite par une usine d’incinération sous forme de chaleur et/ou d’électricité est considérée comme “renouvelable” (pour la part de déchets “non fossiles” censée s’y trouver), ce qui permet à l’incinération de bénéficier d’une meilleure “image” et de réductions fiscales ;
  • les réseaux de chaleur distribuant cette énergie récupérée par certaines usines bénéficient, sous certaines conditions, d’un taux de TVA réduit ;
  • les usines jugées les plus “performantes” bénéficient d’une réduction significative de la taxe générale sur les activités polluante (TGAP) payée pour chaque tonne incinérée (le taux de base, de 15€/tonne, peut ainsi être réduit à 3€/tonne !) ;
  • enfin, les exploitants bénéficient de certains soutiens financiers, comme par exemple le rachat de l’électricité produite. Selon la Commission de régulation de l’énergie, à ce seul titre, “la rémunération totale cumulée perçue par les exploitants d’installations d’incinération entre 2002 et 2014 s’élève à 1,66 milliards d’euros courants“.

Face à ces nombreux coups de pouce réglementaires et fiscaux, difficile pour les politiques de réduction des déchets, qui ne bénéficient pas du même soutien, de se développer.

Une vidéo pour revenir à la réalité : brûler des déchets, c’est détruire des ressources

incineration
Crédit photo : Futura-Sciences

En réalisant cette vidéo avec le soutien du Bureau européen de l’environnement, Zero Waste France souhaite interpeller la société civile, ainsi que tous les décideurs publics et privés, sur la situation actuelle. En effet, selon les caractérisations menées par l’Ademe, et nos propres constatations de terrain, environ la moitié des ordures ménagères peuvent dès aujourd’hui faire l’objet d’actions de prévention à la source, avec des gestes du quotidien. Et environ 70% de ces déchets sont en tout état de cause déjà compostables ou recyclables. Mais la mise en oeuvre de ces solutions à grande échelle nécessite un basculement massif des financements en faveur des alternatives, qui sans cela peineront à se généraliser.

Le gouvernement dispose de plusieurs opportunités afin de revoir ces réglementations, telle que la programmation pluriannuelle de l’énergie en cours (retrouvez la participation de Zero Waste France à ce processus), ou lors de la révision de la TGAP lors du prochain projet de loi de finances (taxe applicable aux usines d’incinération). Autant d’opportunités à saisir pour rééquilibrer les règles du jeu et miser sur les vraies solutions.

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

à la une
22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]

10 février 2021

Les suites de la Convention citoyenne pour le climat : vers une loi Climat et Résilience en demi-teinte

Huit mois après la remise des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi issu de ces travaux a été officiellement présenté ce 10 février 2021. Analyse de cette premiè[...]

05 février 2021

La réglementation européenne limite les exports de déchets plastiques

Depuis le 1er janvier 2021, l’export de déchets plastiques par les pays européens dans les pays extérieurs à l’OCDE est réservé aux déchets propres et recyclables. Zero Waste France revient sur ce[...]

12 janvier 2021

Collectivités sans compétence déchets : quels moyens d’agir ?

Si la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés relèvent de l’échelon intercommunal (EPCI, syndicat de collecte et/ou traitement), les autres collectivités locales, comme les com[...]

06 janvier 2021

Les suites de la loi anti-gaspillage : ce qui change au 1er janvier 2021

Plusieurs dispositions de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, promulguée le 10 février 2020, entrent en vigueur en ce début d’année. L’occasion de faire un point d’étape sur l’app[...]