03 juillet 2019
Alice Elfassi

L’industrie plastique, grande gagnante du Tour de France !

Cette année, l’équipe favorite du Tour de France sera sponsorisée par le plus gros producteur de plastique vierge, INEOS. Pour Zero Waste France, cette participation d'un géant de la pétrochimie à un événement sportif majeur est un signal catastrophique, alors même que la conscience citoyenne autour de la pollution plastique progresse.

Partager

Cette année, l’équipe favorite du Tour de France, qui compte dans ses rangs le maillot jaune de l’édition précédente Geraint Thomas, sera sponsorisée par l’entreprise INEOS. Inconnue en France, cette entreprise leader de la pétrochimie est le plus gros producteur de plastique vierge en Europe. Très controversée pour ses activités de fracturation hydraulique au Royaume Uni, l’entreprise a développé en Europe des activités de transformation du gaz de schiste en plastique et est accusée d’importantes pollutions aux particules de plastique à proximité de ses usines en Ecosse et en Belgique.

Symptomatique des liens entre pétrochimie et production plastique, l’exemple d’INEOS illustre comment le boom de l’extraction du gaz de schiste aux Etats-Unis a offert à l’industrie de la plasturgie une opportunité pour augmenter sa production à faible coût, menant à l’augmentation exponentielle des déchets plastiques que l’on connaît.

Des liens étroits entre l’industrie du plastique et la pétrochimie

Depuis le milieu des années 2000, le secteur des énergies fossiles connaît un nouveau boom avec le développement de nouvelles techniques d’extraction de pétrole et de gaz à partir des roches de schiste ou d’argile, principalement aux États-Unis.

Qu’est-ce que le gaz de schiste ?

Le gaz de schiste est un gaz naturel retenu à grande profondeur dans des roches. C’est un gaz dit non conventionnel. Pour l’extraire, il faut fracturer la roche, en injectant de grandes quantités d’eau et de produits chimiques, à forte pression.

Celui-ci représente une véritable opportunité économique puisque l’exploitation du gaz de schiste permet d’augmenter les ressources pétrolières et gazières d’un pays. Les États-Unis, qui possèdent d’importantes ressources en gaz de schiste, sont ainsi devenus le premier producteur mondial, devant la Russie et l’Arabie Saoudite. La production de gaz de schiste a été multipliée par 13 entre 2006 et 2012 aux Etats-Unis.

Mais l’exploitation de ce gaz est extrêmement controversée du fait des impacts environnementaux qu’elle provoque :

  • Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le gaz de schiste détruit les écosystèmes et est susceptible de contaminer les sols, l’air et les nappes phréatiques. 
  • Dans l’Etat de l’Oklahoma, 900 séismes ont été recensés en 2015 alors que l’Etat n’avait pas d’antécédents sismiques avant les débuts d’exploitation du gaz de schiste. 
  • En Pennsylvanie, des nappes phréatiques situées jusqu’à un kilomètre autour des points de forage ont été polluées au méthane 
  • Le méthane, un gaz libéré lors de l’extraction du gaz de schiste est 72 fois plus puissant que le CO2 en potentiel de réchauffement climatique.

L’arrivée de quantités importantes sur le marché a tiré les prix vers le bas (le coût des matières premières comme le gaz naturel et le pétrole a diminué de près de moitié au cours de la dernière décennie).

Ce boom dans le secteur des énergies fossiles a été une aubaine pour la plasturgie. En effet le gaz naturel contient de l’éthane, un hydrocarbure qui peut être transformé en éthylène, puis par polymérisation en polyéthylène (PET), une matière plastique très commune. Du fait d’une concurrence internationale accrue sur le marché du pétrole brut, l’industrie européenne s’est tournée vers des matières premières peu chères, telles que le gaz de schiste américain, pour produire du plastique à bas prix, notamment le plastique à usage unique des emballages (secteur qui absorbe 40% du plastique produit en Europe).

INEOS, une production plastique en roue libre !

Le groupe britannique INEOS est le symbole de ce boom de la production plastique permise par le gaz de schiste. Producteur européen principal des deux matières utilisées pour produire le plastique, à savoir l’éthylène et le propylène, l’entreprise a produit en 2016 à l’échelle mondiale près de 10 millions de tonnes de plastique. Le groupe est également le premier à avoir importé en Europe du gaz de schiste issu de la fracturation hydraulique aux Etats-Unis.

En janvier 2019, INEOS a annoncé un investissement de 3 milliards d’euros dans une nouvelle usine basée à Anvers, afin de produire 1 million de tonnes d’éthylène par an. Cet investissement est totalement à contre-courant des mobilisations de la société civile pour lutter contre le plastique puisqu’il implique une hausse de la production plastique dans les prochaines années.

Le PDG d’INEOS, Jim Ratcliffe, a par ailleurs adressé en février 2019 une lettre ouverte à Jean-Paul Juncker, le Président de la Commission européenne, pour lui demander d’assouplir les taxes environnementales européennes en échange de son investissement record pour une nouvelle usine de production de plastique à Anvers.

Des implantations responsables de nombreuses pollutions

  • 4 usines belges d’INEOS ont émis à elles-seules 2,6 millions de tonnes de CO2 ainsi que d’autres polluants, entre 2011 et 2015. L’air de la Belgique, et particulièrement d’Anvers, est l’un des plus pollués au monde. Cela est dû aux installations portuaires et aux clusters pétrochimiques. L’industrie chimique a causé 42 % des émissions totales du pays en 2016, dont 45 % causées spécifiquement par l’industrie pétrochimique.
  • Le site de Grangemouth en Écosse a reçu plusieurs avertissements des autorités écossaises du fait d’émissions trop fortes, d’accidents (fuite de pétrole et de gaz, libération de substances toxiques dans l’atmosphère etc.) et d’infractions aux réglementations. Élue entreprise la plus polluante du pays en 2019 par l’Agence de Protection de l’environnement écossaise, la raffinerie d’INEOS à Grangemouth a émis 1,6 millions de tonnes de CO2. En 2017, cette raffinerie a accidentellement libéré dans l’atmosphère 370 kg de tétrachloroéthylène, un composé toxique et polluant. Par sécurité, les routes ont dû être barrées et les enfants se sont vus interdits de sortie.
  • INEOS et ses firmes étaient responsables de presque 10% des émissions de gaz à effet de serre de l’Ecosse en 2017.
  • Près des usines présentes en Ecosse, Norvège et Italie, INEOS a reconnu que son industrie était la source de pollution plastique, sous forme de pastilles de plastique issues de son activité de fabrication. En mai 2018, 450 000 pastilles de plastique ont été retrouvées sur une plage écossaise. 73 % des littoraux britanniques sont aujourd’hui pollués par du plastique, principalement sous forme de pastilles.
  • Les usines d’INEOS ont fait l’objet de nombreux accidents : des fuites (pétrole en Norvège, naphta en France, acide chlorydrique en Italie), des incendies (Belgique, France, Norvège) et la libération de gaz toxiques, tels que le trifluorure de bore, dans une usine en Belgique, ce qui a provoqué l’hospitalisation de plusieurs travailleurs.

Une volonté de verdir son image via le sport

Entreprise très contestée au Royaume Uni en raison de ses activités de fracturation hydraulique et des pollutions aux micro-plastiques, INEOS investit depuis quelques années dans des compétitions sportives et finance le sport amateur pour redorer son image.

Le groupe a ainsi  sponsorisé le programme “Daily Mile”, une initiative qui vise à encourager les écoles primaires britanniques à faire courir les élèves 15 minutes par jour. Ce sponsoring a provoqué de vives oppositions par le réseau d’étudiants pour le climat au Royaume Uni (UK Student Climate Network) ainsi que par plusieurs écoles primaires qui ont souligné que les activités d’INEOS compromettent le bien-être et la survie des générations futures. En mai 2019, le syndicat des salariés de l’Education Nationale du Royaume Uni a voté contre le sponsoring d’INEOS du programme “Daily Mile”.

L’entreprise INEOS a également racheté le club de football de Lausanne, et sponsorisé, en 2018,  la Coupe de l’Amérique, une compétition nautique internationale. En 2019, c’est au tour du Tour de France cycliste d’être associé à l’image d’INEOS.

Les choses évoluent cependant : en mai, l’entreprise pétrolière et gazière Total (également sponsor du Tour de France) a annoncé renoncer à être partenaire des Jeux Olympiques de Paris 2024, du fait des réticences de la maire de Paris, qui a réclamé des Jeux exemplaires sur le plan environnemental.

Espérons qu’à l’avenir, les grands événements sportifs ne pourront plus faire l’impasse sur les grandes thématiques environnementales.

Mobilisons-nous !

à la une
22 juin 2022

À vos marques, prêts, attaquez : Zero Waste France porte plainte contre Adidas et New Balance pour greenwashing

Alors que les soldes d’été 2022 démarrent, Zero Waste France attaque Adidas et New Balance pour leur communication mensongère. « 100% recyclé », « privilégiant l'environnement », « solution contre[...]

15 juin 2022

Zéro gaspi, pour le sport aussi ! Des exemples inspirants de collectivités

Par l'accompagnement des clubs à l'adaptation de leur pratiques, le soutien d'initiatives de réemploi d'équipements sportifs ou encore le prêt de matériel, les collectivités ont un rôle central à [...]

15 juin 2022

Vous reprendrez bien un peu de consigne ?

Aux côtés de trois autres organisations environnementales et de deux associations professionnelles, Zero Waste France et Surfrider Foundation Europe profitent du « world refill day » (journée inte[...]

09 juin 2022

Les groupes locaux mouillent le maillot

Partout en France, des militant·es lient leur passion pour le sport et la réduction des déchets en s’engageant pour des pratiques sportives zéro déchet, zéro gaspillage. Tour d’horizon des actions[...]

25 mai 2022

Hiérarchie des modes de traitement des déchets : une décision favorable du Conseil constitutionnel

Par une décision du 22 avril 2022, le Conseil constitutionnel a validé les dispositions restreignant la construction de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB). Retour sur une décis[...]

22 mai 2022

Réduire les déchets pour préserver la biodiversité

À l’occasion de la journée internationale de la diversité biologique, Zero Waste France revient sur les liens entre l’augmentation de la production de déchets et l’effondrement de la biodiversité,[...]

20 mai 2022

Révision du marché carbone européen : il est urgent d’y inclure les incinérateurs !

Le 17 mai 2022, la commission environnement du Parlement européen a proposé d'inclure l'incinération des déchets municipaux dans le marché carbone européen à partir de 2026, contrairement à la pro[...]

16 mai 2022

Collectivités : soutenons les filières du réemploi à travers la commande publique !

Un décret de la loi AGEC impose un minimum d’achats de fournitures issues du réemploi ou de la réutilisation. Malgré le manque d’ambition de ce décret, certaines collectivités ont su s’en saisir e[...]

26 avril 2022

Interdiction d’emballer les fruits et légumes sous plastique : des outils pour la faire respecter

Les enseignes n’ont plus le droit de proposer à la vente des fruits et légumes emballés sous plastique depuis le 1er janvier 2022, avec une période transitoire d’écoulement des stocks jusqu’au 1er[...]

20 avril 2022

6ème rapport du GIEC : sobriété et justice climatique au cœur des solutions pour s’adapter face au dérèglement climatique

Sorti début avril 2022, le dernier volet du rapport 6 du GIEC est dédié aux solutions pour limiter les dégâts liés à la crise climatique. Pour la première fois, ce document incontournable consacre[...]