30 octobre 2015
Thibault Turchet

L’impact sous-évalué des déchets sur le climat

A l'occasion de la COP21, un rapport démontre que l'impact du secteur des déchets est sous-évalué d'un point de vue climatique

Partager

De nombreux impacts indirects sur le climat non comptabilisés

3% c’est la part que représenterait la gestion des déchets (décharges, incinération, …) dans la comptabilisation officielle des émissions de gaz à effet de serre européennes. Pourtant ce chiffre est loin du compte car l’impact total des déchets dépasse largement cette estimation, ce que démontre le rapport commandité par Zero Waste France, Zero Waste Europe et ACR+.

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, des délégations du monde entier se réuniront à Paris pour négocier un nouvel accord sur le climat, visant à remplacer le protocole de Kyoto. Les pays membres de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) ont déjà commencé à publier leurs engagements en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), avec pour but de contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.

Parmi les solutions mises en avant, le rôle de prévention des déchets et d’une gestion des déchets optimisée dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le développement d’une économie bas carbone a, jusqu’à présent, été complètement sous-estimé. La raison principale à cela réside dans le fait que la partie “déchets” des inventaires nationaux de la CCNUCC ne prend pas en compte la plupart des émissions de ce secteur. Les émissions associées à ce secteur concernent principalement les “émissions de méthane des “décharges”. Toutes les émissions relatives au transport de déchets ou à l’incinération avec valorisation énergétique sont respectivement incluses dans les parties “transport” et “énergie”.

Le rapport montre que dans un contexte de  “décarbonation” de l’économie nécessaire à l’atténuation des pires impacts des changements climatiques, des technologies comme l’incinération vont devenir de moins en moins attractives et constitueront au final un obstacle à la mise en œuvre d’une économie bas carbone.

De plus, dans ce reporting, les émissions de CO2 biogéniques (issues de la combustion ou de la dégradation aérobie du carbone de sources organiques) ne sont pas comptabilisées, car le GIEC2 les considère comme neutres en carbone. Ce présupposé conduit la valorisation énergétique à bénéficier d’un  statut d’ “énergie renouvelable”, lui permettant d’être prise en compte comme un “bénéfice”, alors même qu’elle contribue aux changements climatiques. On considère ainsi que l’impact climatique du secteur des déchets est limité et compte pour à peine plus de 3% du total des émissions de GES de l’Union européenne. Cependant, si l’on prend en compte la totalité des impacts du secteur, se chiffre tend à augmenter sensiblement et le potentiel de réduction des GES grâce à la prévention, la réutilisation et le recyclage est bien plus important que les émissions réelles du secteur.

Le rapport confirme que les modes de traitement les plus hauts dans la hiérarchie européenne – la prévention, le réemploi et le recyclage – ont un potentiel considérable pour réduire les émissions responsables des changements climatiques.

Comme il l’indique, “une stratégie favorable au climat sera une stratégie dans laquelle les matières circulent en boucle fermée dans l’économie, et où les fuites de matières dans les déchets résiduels seront minimisées”. Par exemple, le recyclage d’ 1 tonne d’emballages en plastique permet d’éviter 500 kg de CO2eq, alors que l’utilisation d’1 tonne de plastique de moins permet d’économiser 6 fois plus d’émissions (3 tonnes de CO2eq).

Des recommandations pour de meilleures politiques publiques

Le rapport établit 11 recommandations, appelant à redessiner les politiques déchets pour donner la priorité aux options les plus hautes dans la hiérarchie européenne des déchets (prévention, réemploi, recyclage) et de ré-allouer immédiatement les subventions destinées à lutter contre les changements climatiques qui soutiennent actuellement la production d’énergie à partir de déchets.

  • Recommandation 1 : Concevoir des politiques de gestion des déchets privilégiant la prévention, la préparation au réemploi et le recyclage;
  • Recommandation 2 : Passer d’un indicateur de performance “quantité de déchets mis en décharge” à un indicateur “quantité de déchets résiduels produits”;
  • Recommandation 3 : Préférer les obligations de tri et de valorisation matière aux interdictions de mise en décharge;
  • Recommandation 4 et 5 : Supprimer tout soutien à la production d’énergie à partir des déchets résiduels et de biomasse primaire;
  • Recommandation 6 : Etudier la possibilité d’intégrer le secteur déchets dans le Système européen d’échange de quotas d’émissions (ou ETS pour Emission Trading Scheme) ou renforcer l’ambition de la “décision relative à la répartition de l’effort” (Effort Sharing Decision);
  • Recommandation 7 : Faire évoluer les inventaires pour la CCNUCC en indiquant les émissions évitées par le recyclage en annexe de la section “déchets”par l’utilisation des matériaux recyclés par les industries dans la section “industrie”
  • Recommandation 8 : Inclure les émissions de CO2 biogénique dues à l’incinération (et aux installations de valorisation énergétique de la biomasse) jusqu’à ce que les méthodes de comptabilisation du secteur agriculture permettent de mesurer correctement les variations de stock de carbone biogénique;
  • Recommandation 9 : Inclure les émissions de CO2 issues de sources non fossiles (biogénique) dans les analyses de cycle de vie comparant différents modes de traitement des déchets;
  • Recommandation 10 : Évoluer à long terme vers des inventaires basés sur la consommation;
  • Recommandation 11 : Réorienter les fonds régionaux (et les fonds des institutions financières internationales) vers le financement de prévention, du réemploi et du recyclage.

Préalablement à la mise en place d’un accord global pour maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C, les parties à la CCNUCC devraient non seulement s’engager sur un objectif de réduction des émissions mais aussi établir un plan de transition qui pourrait effectivement construire une économie bas carbone.  C’est probablement le défi le plus important auquel chaque gouvernement et chaque communauté auront à faire face cette décennie. Comment pouvons-nous y parvenir ? Ce rapport s’est fixé pour objectif de répondre à cette question.

14 avril 2021

La tarification incitative, un outil clé pour une politique ambitieuse de prévention

L’Ademe a publié en mars 2020 une synthèse du projet de recherche TI AMO (“Tarification incitative : acteurs, modalités et obstacles”), ayant pour objectif de mieux comprendre les enjeux du déploi[...]

à la une
06 avril 2021

Loi Climat : une nouvelle occasion manquée pour la consigne

L’Assemblée nationale a adopté les articles vrac et consigne du projet de loi Climat ce vendredi 2 avril. Sans grande surprise, l’ambition quant au déploiement de la consigne reste minimale, bien [...]

16 mars 2021

Loi Climat à l’Assemblée nationale : point d’étape sur le vrac et la consigne

Le 11 mars dans la soirée, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a clos l’examen du premier titre “Consommer” du projet de loi Climat et Résilience. Si les évolutions votées sur le vrac [...]

10 mars 2021

Va-t-on réellement assister au grand retour de la consigne pour réemploi ?

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à faire un premier examen du sujet consigne dans le projet de loi climat, Zero Waste France revient sur les enjeux fondamentaux liés à ce dispositif opéra[...]

04 mars 2021

Compost pollué issu du tri mécano-biologique : épandage illégal sur des terres agricoles en Charente-Maritime

Le 20 février 2021, les associations Pays Rochefortais Alert’ et Zero Waste Pays Rochefortais ont dénoncé la présence de compost fortement pollué, issu de l’incinérateur d’Echillais, sur un terrai[...]

24 février 2021

La fin de vie des réfrigérateurs : un grand enjeu climatique méconnu

Les équipements de froid (réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs) contiennent souvent des gaz fluorés, utilisés comme fluides frigorigènes, destructeurs de la couche d’ozone et/ou ayant un e[...]

23 février 2021

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la gestion locale des déchets, à court comme à long terme ?

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a eu des impacts sur le service public de gestion des déchets : fermeture ponctuelle d’installations, prolifération de plastique à usage unique… Ze[...]

22 février 2021

Masques de protection contre le Covid-19 : le réutilisable est toujours à privilégier au jetable

Face au flou qui entoure les communications récentes des autorités gouvernementales et sanitaires sur les recommandations liées au port du masque, Zero Waste France rappelle que le masque réutilis[...]

19 février 2021

La restauration livrée signe des engagements pour réduire ses déchets

Ce 15 février 2021, Zero Waste France assistait à la signature par les acteurs de la restauration livrée de leurs “engagements zéro déchet” avec le ministère de la Transition écologique. Des engag[...]

17 février 2021

Construction d’un incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc : le tribunal valide le projet en dépit de ses impacts environnementaux

Suite au recours formé par Zero Waste France et les associations environnementales locales Aube Durable et Aube Ecologie, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a tranché le 11 février [...]